La guerre de la #LPPR aura donc lieu

Mise à jour: 4 juin 2020

Aujourd’hui, les syndicats ont appris leur convocation au Comité technique de l’Enseignement Supérieur et de la recherche le 17 juin 2020. Son objet unique :l’examen du projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche.

En direct de la DGRH (15h) : calendrier de la LPPR

      • Multilatérale 12 juin matin avec le Cabinet (et la Ministre ?)
      • CNESER 12 juin
      • CTMESRI 17 juin
      • CTU 22 juin
      • Passage en Conseil des Ministres : 8 juillet

Le texte du projet de loi (qui a été présenté dans ses grandes lignes, mais jamais communiqué aux organisations syndicales) devrait être communiqué en toute fin de semaine ou début de semaine prochaine. (Info Sud)

https://www.flickr.com/photos/jclor/4424611679/in/photolist-7JZhUg-CADg1t-aqqWZc-89U1Y5-DEeqK-5oTeWM-fDgCL-4SjKwv-fMNd96-2Pswy-6JosWJ-2hPA23G-2hPHBRw-2hPFnNd-8GxqxN-2Uyq8u-7nNP-2hPcQH7-HfV6yv-7zbwT4-9EX8cX-8SiVeJ-9atjE-6TRtgJ-T3nmX-27xRuv-DLCa7K-5Gjnvn-6TMhXn-7TmXu-8FimK5-6Y3jre-2hPsC1p-6TMfiV-zKRZq-2hPqjqy-6TMn1v-5CkRY3-GhJe95-MEN7md-6TMfSx-4cZrZV-jQTCU-2g2ZA2z-6TMrAX-mcKwP-2hPr3yz-6TRuMm-25HxMeL-v6zsb

Monster, by jclor, 2019

Ce texte annoncé déjà par la Ministre en mai, puis récemment par Philippe Berta à Newstank1, va donc arriver. Sous quelle forme? Nul ne le sait.Aucun document n’est parvenu aux organisations représentatives à cette heure.

Enfin, nous avons une petite idée2

 

Le CNESER est également convoqué, par courrier du 4 juin 2020, pour le 12 juin 2020, courrier qui menace de reconvoquer le 19 si le quorum n’était pas atteint à la première réunion. Même ordre du jour, toujours pas de texte.

Pendant ce temps-là, selon une dépêche AEF n°628931 que nous avons pu consulter, la Ministre — qui fait son petit tour des régions (Hauts de France hier, Brest aujourd’hui) — a écrit aux présidents et aux recteurs le 2 juin 2020, en leur indiquant qu’il « est aujourd’hui essentiel […] d’améliorer |leurs]capacités à agir pour libérer pleinement les initiatives et les énergies ». Avec un vocabulaire inspiré du management nazi3.

À cette lettre est jointe une « fiche de proposition » permettant aux présidents d’établissement et recteurs de recenser les moyens qui « permettront de lever ces obstacles, de remédier aux inconvénients signalés et d’assouplir [les] contraintes ».

Vous avez sans doute, écrit la ministre, identifié des difficultés liées à des normes législatives et réglementaires inadaptées, au caractère trop restreint de votre autonomie ou de vos compétences, à l’inadéquation de procédures qui vous sont imposées, à vos possibilités trop limitées de faire appel à certains outils, matériels ou technologies qui vous auraient permis de faire mieux, plus vite ou plus efficacement.

Frédérique Vidal utilise Twitter pour dire des choses encore différentes de ses communiqués, et communiquées rectificatifs, suscitant la colère noire de ses agents4, faisant fi du respect que la Ministre doit à ses agents, qui ont déjà dénoncé l’absence de moyens pour conduire une rentrée 2020, digne des futurs cadres de la nation que l’Université est censée formée5. En revanche, elle utilise d’étranges circuits parallèles pour préparer la loi de programmation pluriannuelle de la recherche.

Ainsi, en s’appuyant sur une idéologie nauséabonde que Johann Chapoutot6 a pu mettre tout récemment en évidence, et d’une stratégie connue, depuis Naomi Klein, comme la stratégie du choc, le gouvernement voudrait mettre à profit la réelle fatigue post-confinement de la communauté universitiare pour faire passer un texte dont personne ne veut, qui viserait en priorité à fragiliser le statut d’enseignant-chercheur.

Nous avions fait connaître à la Ministre notre appel solennel à ne pas passer des mesures non-urgentes en période de confinement. Samedi 6 juin, le collectif Facs et labos en lutte organise une rencontre dématérialisée dont l’ordre du jour va intégrer ce nouveau calendrier insupportable. À peine sorti·es et encore soumis·es à des restrictions au droit de se réunir et de manifester, nous voici confronté à un texte de loi dont personne n’a encore vu la couleur mais qui va être passé en urgence, avec la complaisante complicité des présidents d’université : sommes-nous encore sous le régime de la Ve République?

Lien

Sur la LPPR, voir notamment sur Academia

  1. Newstank, Actualité n°183983. []
  2. Sur ce point, voir la série de billets sur la LPPR. []
  3. Sur ce vocabulaire, voir Johan Chapoutot,2020, Libres d’obéir: le management, du nazisme à aujourd’hui, Paris, Gallimard, 2020? []
  4. Voir, par ex. les fils d’une maîtresse de conférences en histoire, d’une professeure d’université en informatique, ou d’un directeur de recherche en mathématiques, 4 juin 2020. []
  5. Voir à ce sujet, l’entretien de Gabriel Galvez-Béhar, doye de la faculté des Humanités à l’Université de Lille à AEF, n°629624. []
  6. Voir note 2. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.