Déconfinement des universités : nouvelles mesures

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #27
← Article précédent

Voilà des mesures qui tombent du ciel, sans concertation, ni information, et que chacun·e regarde un peu ahuri·e : le décret du 20 mai 2020, puis celui du 31 mai 2020 lâchent enfin un peu de lest dans l’accès aux universités. Est désormais autorisé l’accès aux « bibliothèques et centres de documentations », aux « laboratoires et unités de recherche » ou encore « aux locaux donnant accès à des équipements informatiques » (article 34). Dans un communiqué de presse publié hier – 30h après la publication du décret au Journal officiel, conformément à la légendaire réactivité du ministère… – la ministre précise deux points d’interprétation des décrets particulièrement importants : d’une part, ces mesures ont pour conséquence « le libre accès aux laboratoires pour les doctorants qui y sont rattachés » ; et d’autre part, les BU « seront intégralement ouvertes », « qu’il s’agisse des services de prêts ou des salles de lecture ».

Que ces décisions soient prises, c’est une très bonne chose, en particulier parce que la situation des doctorant·es sans lieu de travail devenait intenable, alors même que la prolongation des thèses est traitée avec une immense mesquinerie, comme cela a été rappelé jeudi dernier au Sénat lors du débat sur le projet de loi relatif à diverses dispositions liées à la crise sanitaire. Encore eût-il fallu que les président·es d’université, les responsables de composantes, de laboratoires et d’unités, et les responsables de bibliothèques universitaires soient informé·es de ces décisions, pour les anticiper un minimum : à l’évidence, l’immense majorité a découvert le décret au moment de sa parution. Face à cette « mesure surprise », les responsables de BU sont placé·es dans une situation particulièrement difficile : après avoir très largement communiqué autour d’une réouverture des salles de lecture en septembre, les voilà contraint.e.s de se réorganiser dans la précipitation, au rythme des coups de menton ministériels et au risque des tensions dans leurs équipes – légitimement inquiètes – et avec leurs usager·es – légitimement demandeu·ses.

Et les élections ? Et les comités de sélection ?

On notera que le communiqué de presse ministériel passe sous silence deux sujets pourtant de première importance, sur lesquels on est fatigué de revenir une fois encore.

Pas un mot sur les élections universitaires, en dépit du traitement très particulier de la prolongation des mandats des président·es d’université, établi dans des conditions particulièrement indignes par l’entremise du député Berta. Pas un mot non plus s’agissant de la tenue des comités de sélection. Rappelons qu’aucun commencement de réponse n’a jamais été apporté aux 16 associations professionnelles et 65 président·es de comité de sélection issus de 16 sections CNU différentes qui, en avril dernier, avaient demandé à ce que tout soit fait pour que les recrutements en présentiel soient maintenues. Résultat : nombre de CoS ont dû se tenir à distance ces dernières semaines, avec des résultats très variables dont le bilan reste à faire. Et l’on déduit du communiqué de presse d’hier que rien de plus ne sera donc fait pour les trois semaines à venir, particulièrement cruciales au vu du nombre d’auditions à venir. Il semble bien qu’on a tellement perdu de vue, rue Descartes, ce qui distingue un recrutement collégial à dix ou douze personnes, d’une part, d’un entretien de ressources humaines, d’autre part, qu’on n’y comprend littéralement pas pourquoi les recrutements à distance posent problème.

Et la rentrée ?

La dernière phrase du communiqué de presse est, enfin, à signaler : « sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire, les activités de formation initiale en présentiel pourraient reprendre de manière régulière au sein des campus à la rentrée ». Certes, la formule, tout au conditionnel, ne mange pas de pain ; mais elle prend à contre-pied les précédentes annonces du ministère et, plus encore, les prises de position de plusieurs universités qui, ces jours-ci, annonçaient un enseignement très majoritairement à distance pour la rentrée 2020 (80% d’enseignements à distance pour 20% en présentiel). Peut-être vise-t-elle à calmer la grogne montante dans les établissements : le fait que « le Covid-19 ne doit pas être un prétexte pour installer dans la durée une université virtuelle » fait relativement consensus, et c’est heureux, tant il est clair que « de façon cynique, le ministère de l’enseignement supérieur trouve dans l’épidémie de Covid-19 le moyen commode d’installer ce qu’il promeut depuis des années : une université virtuelle, baptisée «Université numérique», qui permettrait enfin de gérer les flux énormes d’étudiants inscrits dans les établissements du supérieur ».

https://www.flickr.com/photos/richardleonard/104837076/in/photolist-agjpN-pPNida-8ioBVU-dUVE1i-e9ryr5-2eQDFb-3D7gB-Rbxu47-azAhw6-7bpPLN-jQnMq-9vVR4-y2u6X-a7JBCg-b7oSsV-cbSjr5-eNS4h-21Gthu-24PM3i-7bm2jc-7ArD3P-aQCVjg-GzcWLg-5BBR6D-81fJ57-56JUci-9y5NBN-4dGLq-5evgZn-9tzbC-tHa93-63VDU-Aob8Q-6Q7knn-eXTkxr-vdUhf-bKNVT-fQbf94-9zzgC5-8a7rVa-diMXvJ-3oY4fP-6UKHSt-XkiPCw-nvXwS1-jjuGMQ-82KLY-p8NCPL-3MgJwR-2Pj3j

Phare de Talacre au nord du Pays de Galles,par Richard Loanes, 2006

Le communiqué se garde bien, en revanche, de préciser que le décret du 31 mai confirme un point que nous dénonçons depuis son apparition le 11 mai : par l’article 57 du décret, le préfet de département se voit reconnaître le pouvoir, « lorsque l’évolution de la situation sanitaire le justifie et aux seules fins de lutter contre la propagation du virus », de suspendre « l’accueil des usagers des activités de formation des établissements d’enseignement supérieur mentionnés aux livres IV [établissements d’enseignement privé] et VII [établissement d’enseignement supérieur] du [code de l’éducation] ». Ce choix n’avait rien d’une évidence : c’est à des fonctionnaires du ministère de l’Intérieur, les préfets, que l’on confie le soin de décider en dernier ressort de l’ouverture des universités aux étudiant.e.s en septembre prochain. Si l’on veut bien se souvenir que, pas plus tard qu’hier soir, c’est un préfet qui, sans ciller, a décidé d’interdire le rassemblement demandant justice pour Adama et George Floyd, il y a de quoi être inquiet pour nos universités… Nous vivons dans un contexte violent, nos libertés restent confinées comme rarement elles l’avaient été ces dernières décennies, et les décisions de justice qui seront rendues dans les prochains jours vont être importantes. Rappelons que l’on attend, coup sur coup, la décision du Conseil d’État sur l’interdiction de « tout rassemblement, réunion ou activité sur la voie publique ou dans un lieu ouvert au public, mettant en présence de manière simultanée plus de dix personnes, […] sur l’ensemble du territoire de la République », annoncée pour vendredi, et la décision du Conseil constitutionnel sur la proposition de loi Avia. Sans compter, s’agissant d’un sujet qui intéresse les historiens, la décision d’Assemblée du Conseil d’État sur l’accès aux archives présidentielles, qui sera rendue vendredi 5 juin aussi.

Article suivant →

Sur la rentrée en présentiel, voir aussi :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.