Racisme dans l’ESR : où en est-on (au CNRS) ?

L’immense rassemblement pour la vérité pour Adama Traoré dans plusieurs villes de France ce mardi 2 juin 2020, ainsi que la dénonciation de la discrimination systémique pratiquée par la police pour le Défenseur des droits1, amène Academia à reposer la question du racisme dans une autre institution républicaine : l’Université. Nous avons commencé, timidement, à faire émerger cette question dans nos pages, en inaugurant une collection « The Elephant in the Room: Racisme et discriminations dans l’ESR » en mai dernier.

Au lendemain de cet événement anti-raciste majeur en France, et par solidarité avec nos collègues universitaires états-unien·nes, n’est-il pas temps de nous demander où nous en sommes en France?

Pas très loin. Sans doute est-il temps de recenser les travaux qui portent sur l’ESR et le racisme. Soulignons tout de même le léger frémissement venu du CNRS, à l’Institut national des sciences humaines et sociales (INSHS). À l’occasion d’un colloque « Quelle politique postcoloniale et genrée des carrières scientifiques et universitaires et quels mots pour le dire? » le 2 octobre 2018, le Conseil scientifique de l’INSHS a émis des recommendations transmises non seulement au PDG Petit, gagné depuis au darwinisme social, mais aussi aux autres CS du CNRS.

L’InSHS en tant qu’institution de recherche dédiée notamment à l’analyse des sociétés contemporaines devrait se donner pour mission de promouvoir la recherche sur ces sujets, ce serait la première phase d’un édifice à construire.
Actuellement, en effet, on ne dispose pas de travaux historiques et sociologiques sur la question de la contribution des étrangers et des nationaux d’origines étrangères (et tout particulièrement des citoyens descendants des anciennes colonies françaises). (p.3)

Les conclusions sont de la même eau.

Conseil scientifique de l’institut des sciences humaines et sociales

Recommandation du CS de l’InSHS
sur la lutte contre les inégalités et les discriminations

Le Conseil Scientifique de l’InSHS, à la suite de ses travaux menés autour de la question « Quelle politique postcoloniale et genrée des carrières scientifiques et universitaires et quels mots pour le dire ? », constate que les problèmes d’inégalités dans les recrutements et les carrières se posent, et qu’ils doivent être pris en compte par l’institution.

Le Conseil Scientifique de l’InSHS considère que

    • la dynamique ouverte par la récente adoption du socle européen des droits sociaux doit conduire les organismes publics de recherche à prendre part à l’édification d’une citoyenneté inclusive assurant à toutes et tous égalité de traitement, mais aussi égalité des chances et conditions de travail équitables
    • la lutte contre toutes les discriminations pouvant être rapportées à un critère défini par la loi est un objectif transversal des politiques publiques françaises
    • les données existantes relatives au recrutement, à la carrière et aux conditions de travail des agents du CNRS ne permettent pas à l’heure actuelle une évaluation des pratiques de l’organisme au regard de tous ces critères, et moins encore la prise de décisions visant à assurer le respect de ces exigences.

Il recommande donc que soit régulièrement commanditée par le CNRS, à intervalle maximal de cinq ans, une enquête – y compris incluant des données quantitatives – sur le recrutement, les carrières, les rémunérations et les conditions de travail de tous les agents, quel que soit leur statut. Cette enquête prendra en compte les parcours et les appartenances des agents et postulants aux emplois CNRS, et particulièrement toutes les dimensions pouvant constituer, au regard de la loi, un facteur de discrimination.

Dans ce sens, le Conseil Scientifique de l’InSHS recommande également la création d’une Mission pour la place des minorités visibles et l’égalité des chances au CNRS dotée de moyens humains et financiers adéquats.

Le Conseil Scientifique de l’InSHS considère enfin que la connaissance des processus de discrimination et des facteurs conduisant à la reproduction des inégalités d’accès au marché du travail, comme à la formation ou aux biens essentiels est en ce contexte indispensable à tous les acteurs publics et qu’elle est à ce jour, particulièrement pour certains facteurs, insuffisamment développée. Il recommande donc que l’InSHS soutienne, par divers moyens, la production de connaissances relatives à ces phénomènes, et particulièrement aux discriminations liées aux facteurs structurants explicitement mentionnés par le socle européen des droits sociaux, soit « le sexe, la race ou l’origine ethnique, la religion ou les convictions, un handicap, l’âge ou l’orientation sexuelle ».

Adoptée à l’unanimité des présents le 2 octobre 2018

Cécile MICHEL
Présidente du CSI InSHS

Destinataires:

    • M. Antoine PETIT, Président-directeur général du CNRS
    • M. Alain SCHUHL, Directeur général délégué à la science du CNRS
    • M. François-Joseph RUGGIU, Directeur de l’InSHS
    • M. Olivier COUTARD, Président de la CPCN
    • Mme Danièle ESCUDIE, Présidente de la C3N
    • M. Bruno CHAUDRET, Président du Conseil scientifique du CNRS
    • Les président-e-s des conseils scientifiques d’instituts du CNRS :
      • Pascale LAUNOIS-BERNEDE, présidente du CS INP,
      • Bertram BLANK, président du CS IN2P3,
      • Danièle ESCUDIE, présidente du CS INSIS,
      • Franck POITRASSON, président du CS INSU,
      • Jean-Pierre DJUKIC, président du CS INC,
      • Christian BARILLOT, président du CS INS2I
      • José- Miguel SANCHEZ-PEREZ, président du CS INEE,
      • Fabrice PLANCHON, président du CS INSMI,
      • Christelle BAUNEZ, présidente du CS INSB

Recommendations aussitôt enterrées? Si c’est bien le cas, il ne nous reste plus qu’à adopter l’attitude constante et déterminée d’Assa Traoré, réclamant chaque jour vérité et justice, et entraînant avec elle chaque jour davantage d’hommes et de femmes dans son sillage. L’Université le mérite.

Ch Rabier, Marseille, 2 juin 2020

 

Merci à Anthony Pecqueux de m’avoir signalé cette table-ronde.

Lien:

  1. Sur ce point, voir Didier Fassin, La Force de la police, Paris, Le Seuil, 2011. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.