Examens de Paris-1. De la normalisation à la suspension

Academia suit depuis le début du confinement la quête glorieuse des organisations syndicales étudiantes dans l’adoption de modalités du contrôle des connaissances en période de confinement. Après la décision du tribunal administratif de Paris et l’appel du président Haddad aux composantes d’appliquer le plan de cadrage adopté le 5 mai 2020. François-Guy Trébulle1 a sollicité un déféré rectoral pour obtenir rapidement un jugement au fond du tribunal administratif de Paris.

Pendant que les élites s’agitent devant le tribunal pour discuter de la « valeur des diplômes », qui se dévalorisent à mesure que la publicité autour de l’université prend de l’ampleur2, l’UNEF Paris 1 Panthéon-Sorbonne a recenser les composantes qui ont choisi d’appliquer le plan de cadrage voté par la CFVU.

Situation partiels UFR en date du 26 mai 2020 (mise à jour 1er juin)

UFR 02 (économie) : cadrage non appliqué (problèmes possible sur certains QCM)
UFR 03 : cadrage appliqué
UFR 04 : cadrage appliqué sauf CNED (licence d’art plastique à distance)
UFR 06 : cadrage appliqué
UFR 08 : DM sur 1 mois, cadrage plus qu’appliqué !
UFR 09 : cadrage appliqué
UFR 10 : cadrage appliqué
UFR 11 : cardage appliqué
EDS : cadrage pas appliqué… illégalité totale
UFR27 (MIASH) : aucun respect du cadrage : examens déjà passés donc recours individuels des étudiant.e.s
IAE : aucun respect du cadrage : partiels qui commencent aujourd’hui
CAVEJ : cadrage appliqué
IAES : cadrage appliqué
IREST : cadrage appliqué
IDUP : cadrage appliqué

Source : UNEF Paris-1 Panthéon Sorbonne

Crédit: Université ouverte

Pendant ce temps-là, le recteur a décidé de suspendre le plan de cadrage, le temps que le tribunal administratif de Paris statue au fond de l’affaire. L’arrêté du recteur Gilles Pécout documente les pressions exercés hors du cadre des conseils centreux par l’École de droit de la Sorbonne, par quarante-six enseignant·es-chercheur·ses d’économie (UFR 02), et mentionne un courriel de la directrice de l’UFR de mathématiques et informatique, pressions qui, associées à des doutes sur la légalité de la décision de la CFVU, lui permettent de conclure que l’exécution des décisions du 16 avril et du 5 mai  sont « de nature à porter gravement atteinte au fonctionnement de l’université de Paris-1 », il prend un arrêté afin de suspendre pour un mois le cadrage adopté, le temps que le tribunal administratif de Paris statue.

Pour satisfaire quelques egos limités au droit, à l’économie et aux mathématiques/informatique — disciplines sans doute divisées en leur sein — les étudiant·es sont donc censé·es attendre encore.

  1. Directeur de l’École de droit de la Sorbonne, professeur de droit privé et de sciences criminelles (page universitaire) et maire de Verrières-le-Buisson, selon sa page LinkdIn. []
  2. Voir le traitement par BFM TV, 26 mai 2020. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.