Le président de Paris-1, la CFVU et le citoyen

Hier, 22 mai, en début d’après-midi, le président de Paris-1 Panthéon-Sorbonne a sifflé la fin de la récrée

Par ce communiqué laconique, le président demande de mettre en œuvre les décisions prises le 5 mai par la Ccommission de la formation et de la vie étudiante (CFU), après vote de l’ensemble des représentant∙es étudiant∙es, personnels, des administrations des UFR et de la présidence. Mais l’homme Haddad n’arrête pas là son devoir de président.

https://www.flickr.com/photos/paulhagon/9706482621/in/photolist-fMJg7D-2G4y3C-4zDi2b-4kz6Z6-4kz5ZT-9uDz38-L6Ctv-npyiT-ciVkCs-byyBuD-b9eDHF-CvZbd-kHcoGs-GpX7ar-2iV5qtm-2iRRXvP-287vBHp-yrfQyh-5Dpqh-2heoXMF-Lev2d-2feUesf-ouT8TD-bE8aa3-LA4vTb-4rhUjF-c7pCF-2kgh3S-6i3UFs-A95ZK-9hYsK-89oaLX-cU7fFw-6XWzNj-4ZPbTr-4yLV65-2fbCLw-4FXHgn-ZEUZQx-5pC59b-6CmJme-2f7b9V-2f763i-2f6XPr-2fbw1d-cE6MjG-2f7cSn-cC2Pfj-KGcynn-2f6VMV

Flipping, by Paul Hagon, 2013

Le professeur d’université  a souhaité émettre un jugement moral — stratégico-gaullien, un je vous ai compris — à destination de celles et ceux, enseignant·es, étudiant·es, se sentant lésé·es en ce samedi 23 mai. En cause la dévaluation de la «qualité» des diplômes.

Date: 23 mai 2020 à 11:18:37 UTC+2
À: etudiants@listes.univ-paris1.fr, personnels@listes.univ-paris1.fr
Répondre à: Cabinet de la présidence <cabpresi@univ-paris1.fr>Communiqué de Georges Haddad

Mesdames, Messieurs,
Le communiqué précédent était celui d’un président d’université garant du respect des lois et des règlements de la fonction publique universitaire.
Il est de mon devoir « citoyen » de professeur des universités d’exprimer maintenant mon désaccord avec le document voté par la CFVU le 5 mai 2020.
Sous prétexte de bienveillance « légitime » à l’égard d’étudiants victimes parmi des millions d’autres de la tragédie sanitaire que nous subissons, le document porte atteinte aux principes essentiels de pertinence et de qualité indispensables à la reconnaissance nationale et internationale des diplômes et documents qui leurs seront délivrés.
Je reconnais les grandes difficultés auxquelles est confrontée notre université nullement préparée, comme la plupart des universités nationales, à cette crise sans précédent.
On ne peut lui en faire le reproche au regard des  problèmes rencontrés dans tous les secteurs d’activités socio-économiques en France comme partout dans le monde.
Cette épreuve nous impose la plus grande humilité mais ne nous exempte aucunement de nos devoirs universitaires portés par l’excellence des services dus à nos étudiants.
L’avenir sera un juge impartial des actions et des comportements de chacun, à l’université comme ailleurs.

Georges Haddad,
Professeur des Universités
Président de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Avant de revenir plus longuement sur cette saga — émaillée de si multiples rebondissements et incidants — rappelons qu’elle a été initiée par le souhait des étudiant∙es qui ont souhaité garantir à tous et à toutes une équité de traitement après le début de l’épidémie. Nous renvoyons pour les étapes qu’a suivi Academia à la documentation disponible ici. Nous pouvons penser que le dernier message de George Haddad en signe l’épilogue, partagé entre le principe de réalité — l’épidémie — celui de la décision— la délibération collective — et celui de la valeur — la justice, bienveillante ou non, le diplôme comme mesure ou comme fin de l’enseignement supérieur. Nul doute que ces principes, leur sens et leur mise en œuvre vont nous occuper encore quelque temps.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.