Au-delà de la crise sanitaire : redonner une mission à l’Université et du sens à notre métier !

1. Constat

La crise sanitaire est un révélateur des principes de fonctionnement du système mis en place dans l’ESR depuis quinze ans : les décisions prises dans l’urgence pour y faire face sont le plus souvent un instrument de renforcement de ces principes.
Si des réponses ont été apportées – tardivement, mais ce fut le cas partout en France – pour gérer le confinement en protégeant les étudiants et les personnels, si les risques ont été contrôlés et si le « lien » a souvent été maintenu, au prix d’efforts considérables, avec un nombre non négligeable d’étudiants et d’étudiantes, beaucoup d’entre eux ont cependant été laissés de côté pour des raisons sociales, sanitaires ou logistiques : de 10 à 40 % au moins selon les universités et les années d’études. Malgré les difficultés dans lesquelles les personnels administratifs et enseignants se retrouvaient pour exercer leur métier, la défense illusoire de la « continuité » à tout prix l’a souvent emporté dans les mesures prises par les présidences, comme si l’enseignement à distance et le télétravail pouvaient remédier à tous les problèmes.

La seule « continuité » qui a été assurée est bien à ce titre celle de la forme des décisions jusqu’à reproduire parfois les pratiques du pouvoir au plus haut niveau au mépris de la réalité des situations. Dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, la législation permet un gouvernement extraordinaire des universités, qui passe notamment par la prolongation des équipes présidentielles sortantes [1], les dotant de pouvoirs exceptionnels bien au-delà de la seule gestion des affaires courantes. Les instances collégiales ont ainsi été affaiblies, réunies dans des circonstances problématiques – lorsqu’elles étaient réunies –, les directions administratives universitaires renforcées s’adressant directement aux membres des instances en court-circuitant ces dernières : ainsi des CHSCT, cruciaux en cette période.
Comment en sommes-nous arrivés là ? Le cadre institutionnel actuel, qui n’imagine que concentration du pouvoir et contraintes renforcées sur les acteurs, est tout aussi inadapté à la gestion de l’urgence absolue et au temps resserré de la crise qu’il l’était au quotidien des facs. La bureaucratie autoritaire promue ces dernières années ne voit rien, n’entend rien, n’écoute pas. Imposé sous le nom d’« autonomie des universités », ce dispositif tient par l’existence d’un petit groupe d’experts auto-proclamés, pris depuis quinze ans dans un jeu de chaises musicales bien orchestré qui les conduit à se partager et s’échanger les postes de pouvoir (tour à tour présidences, cabinets ministériels, rectorats, directions d’administration centrale ou d’agences, direction de Comue, charges de missions nationales, nomination au tour extérieur dans telle ou telle institution étatique), avec les avantages matériels et les lourdes primes afférentes à ces fonctions. Cette bureaucratie hors-sol s’est éloignée peu à peu de tout lien effectif avec les réalités qu’elle est censée organiser et administrer, toujours en retard ou en avance d’une (mauvaise) mesure. En temps normal ce système irrite et dysfonctionne ; en temps extraordinaire, ses effets peuvent devenir dramatiques.

Aussi cette crise appelle-t-elle chacun et chacune d’entre nous à réfléchir aux formes que peut prendre notre réaction, notre résistance si besoin est, face au cadre imposé au nom de l’urgence, lequel risque de transformer notablement et durablement les conditions d’exercice de notre métier à tous les niveaux – administratif, pédagogique, scientifique.

2. L’évaluation n’est pas la seule fin de l’enseignement universitaire

Université de Dijon3, printemps 2008

Dans un nombre trop grand d’universités, l’exigence qui a été placée au tout premier rang a été l’évaluation des étudiants alors même que les enseignements n’étaient, pour la plu-part, que partiellement dispensés. On prétend dissiper les inquiétudes des étudiants en précisant les conditions de validation de leur année universitaire, et on n’écoute pas les représentants des étudiants, comme le montre bien ce qui vient de se passer dans la CFVU de Paris I, où leurs propositions ont été successivement écartées sans vote, puis votées, puis éliminées de nouveau parce que contradictoires avec l’avis du ministère et la conviction du président d’université encore en place. Le degré de sophistication imaginé pour rendre possibles envers et contre tout des examens en ligne est à la mesure de l’incompréhension de l’état dans lequel se trouve une part importante d’entre eux. La réalité est que des milliers de personnes étudient dans des conditions très difficiles, certaines ne peuvent simplement plus étudier parce que leur premier objectif est de se nourrir. Dans ces conditions, imposer une évaluation des étudiants n’a plus rien à voir avec la transmission d’un savoir.

Lire la suite sur le site de SLU →


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.