Lettre des représentant·e·s élu·e·s des doctorant·e·s de l’école doctorale Sociétés, Temps, Territoires (ED STT) à la Ministre

Les représentant·e·s élu·e·s des doctorant·e·s de l’école doctorale Sociétés, Temps, Territoires (ED STT) Universités d’Angers, Bretagne Occidentale, Bretagne Sud, Le Mans, Nantes et Rennes

À Mme la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI), À Mmes et MM. les député·e·s, sénatrices et sénateurs de nos circonscriptions de travail et de vie,

Aux président·e·s des universités et écoles où nous étudions, Aux directrices et directeurs des laboratoires qui nous accueillent, Au directeur de notre école doctorale, À tou·te·s les doctorant·e·s,

Le 19 mai 2020.

Objet : propositions suite aux engagements du MESRI d’accompagner les universités afin de prolonger les contrats doctoraux et de soutenir tou·te·s les doctorant·e·s.

Mesdames, Messieurs,

En France, un·e doctorant·e est accueilli·e dans un laboratoire au sein d’une université et/ou école, pour ses recherches et la prolongation de ses études, mais également accompagné·e par une école doctorale pour le déroulement de sa thèse. C’est pourquoi notre rôle d’élu·e·s à l’école doctorale est de mettre en oeuvre les meilleures conditions de travail et d’études pour les doctorant·e·s afin de garantir l’excellence de la recherche française. En sciences humaines et sociales, cette recherche est majoritairement non financée : en moyenne, seul un tiers des doctorant·e·s de nos disciplines ont un contrat de trois ans avec leur université, une collectivité territoriale, une entreprise, une association, ou autre. Quant aux doctorant.e.s non-financé.e.s, elles et ils doivent enchaîner des vacations et mener de front un travail à temps plein et leur thèse.

Le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) a annoncé, le 23 avril 2020, qu’il autorisait d’éventuelles prolongations de contrats doctoraux en cours et qu’il accompagnerait les universités dans cette démarche. Cette mesure est importante, bienvenue et urgente. Pour les doctorant·e·s financé·e·s actuellement en troisième (et dernière) année, la prolongation doit être fixée rapidement pour être effective en septembre. N’ayant pas pu, pour le moment, obtenir de rallonges budgétaires suffisantes pour financer cette mesure malgré l’annonce de la ministre, plusieurs directions de recherche de nos universités ont adressé aux directrices et directeurs de laboratoires des instructions pour procéder à une sélection des doctorant·e·s qui pourront bénéficier de cette mesure. Faute de financements suffisants, cette annonce ministérielle, non suivie d’acte fort, oblige nos universités à procéder à des sélections sur des critères établis en toute hâte.

Ces lettres de cadrage adressées aux directions d’unité ont soulevé de vives inquiétudes chez nombre de doctorant·e·s. Elles suggèrent en effet de privilégier les demandes de prolongations de contrats fondées sur des motifs qui apparaissent plus immédiatement « évidents et incontestables », tels que la neutralisation « des expérimentations longues ou des collectes de données », autrement dit  dans le cas des doctorant·e·s, les interruptions ou annulations de terrain. En outre, il est probable que toutes.tous les doctorant·e·s qui sont dans ce cas ne pourront pas bénéficier de cette mesure puisqu’elles et ils seront probablement trop nombreux·ses.

Les critères mis en place sont à notre avis insuffisants. À l’inaccessibilité des terrains et à l’interruption de la collecte de données, qui entravent effectivement largement l’avancée de la thèse, s’ajoutent de multiples difficultés et autres sources de retard dans notre travail. Elles peuvent ainsi prendre les traits d’une détresse psychologique occasionnée par l’isolement social et le stress créés par la pandémie, ou encore d’une charge mentale et temporelle produite par la nécessité de s’occuper d’enfants, de personnes vulnérables ou de proches malades.

De plus, la « continuité pédagogique » a nécessité des dépenses de temps et d’énergie considérablement accrues, tant pour assurer les cours et les évaluations à distance que pour suivre les étudiant·es et répondre à leurs inquiétudes, laissant peu de place au travail de recherche. Précisons d’ailleurs qu’à cette surcharge de travail s’ajoute, pour celles et ceux qui enseignaient sous statut de vacataire, un paiement des heures plus retardé encore qu’à l’accoutumée, voire une incertitude sur leur paiement intégral, constituant une source supplémentaire de préoccupation mentale et matérielle. Et toutes·tous les doctorant·e·s non ou plus financé·e·s se sont retrouvé·e·s, comme de très nombreux·ses étudiant·e·s, sans revenus, le confinement ayant fait cesser nombre de petits boulots.

L’accès restreint aux ressources documentaires ne peut pas être compensé par les modalités étendues d’accès à distance. Nous expérimentons également des pertes d’efficacité dues à la faible ergonomie d’environnements de travail de fortune : ordinateurs personnels parfois défaillants, petits écrans, absence d’imprimante, connexion erratique à internet depuis nos lieux de confinement, etc.. Autant d’obstacles qui, malgré l’initiative de la direction de certains laboratoires de proposer du matériel informatique et de nombreux·ses universités de venir en aide aux étudiant·e·s, ne peuvent être tout à fait levés. De plus, un environnement de travail n’est pas que matériel : notre travail doit beaucoup aux relations sociales, aux échanges scientifiques et à l’entraide qui s’y jouent. Ensemble, ces facteurs qui nous atteignent à différents degrés nous placent dans des situations de travail inconfortables et peu propices au travail de thèse, lorsque ce dernier n’est pas tout bonnement impossible.

Le 12 mai 2020 l’Assemblée des directeurs de laboratoires, dans une lettre aux député·e·s et aux sénatrices et sénateurs, rappelait que « pour toutes et tous, le confinement désorganise la vie et conduit à des conditions de travail dégradées. Sans prolongation systématique de leurs contrats de travail, ces jeunes scientifiques et leurs projets, dont beaucoup sont en lien avec les crises climatiques, écologiques, sanitaires, sociales ou économiques actuellement éclipsées par la covid-19, seront des victimes collatérales de l’épidémie » (voir Annexe 2).

Le fait que les directions de laboratoires doivent hiérarchiser et filtrer les demandes de prolongation des contrats doctoraux, nous semble découler du fait que les universités, volontaires et soucieuses des conditions de vie de leurs étudiant·e·s, ne sont pas accompagnées financièrement par l’État. Et ce, contrairement à ce qui avait été annoncé. Faire une telle demande, pour des raisons uniquement budgétaires, c’est faire reposer sur ces directions de laboratoires le poids de l’arbitraire et la nécessaire injustice : comment déterminer qui est plus légitime à voir son contrat allongé sur la base de déclarations de motifs incommensurables ? À partir de quels critères serons-nous départagé·es, puisque l’on nous place dans une situation de concurrence, alors même que nous partageons ces situations difficiles ? Comment, dans un délai aussi court, hiérarchiser des projets de recherche qui ont tous déjà été considérés dès le départ comme devant être financés ?

Face à cette sélection qui s’annonce, nous voulons proposer au MESRI de soutenir, auprès des universités, des écoles doctorales et des laboratoires, les mesures suivantes, que nous estimons plus à même d’accompagner les doctorant·e·s dans cette période particulière :

  1. prolonger le financement de l’intégralité des contrats doctoraux, en adéquation avec le temps qui aura été perdu du fait de la pandémie et du confinement. Le principe d’une prolongation de six mois à un an des contrats doctoraux a déjà été annoncé pour les thèses financées dans le cadre de projets ANR, en concertation avec le MESRI (voir Annexe IV). Nous insistons sur la nécessité de prolonger systématiquement tous les contrats doctoraux (CIFRE inclus) et plus largement tous les contrats de l’ESR, a minima d’une durée de 3 mois et qui pourrait être allongée pour les doctorant·e·s les plus impacté·e·s par cette période. C’est ce qui a aussi été proposé dans une tribune parue dans Le Monde le 28 avril 2020, signée par des sociétés savantes, des associations de chercheurs·seuses et de docteur.e.s, et adossée à une pétition signée par plus de 6 200 personnes (voir Annexe III).
    Pour rappel, la durée du doctorat en France est inférieure à celle de nombreux pays et nous sommes en temps normal sous une forte pression et nombre d’entre nous devons finir nos recherches en situation de grande précarité dans le cadre du chômage (peu élevé) ou avec des contrats de (très) courte durée. La fermeture pour cause de confinement des laboratoires ne travaillant pas sur la covid-19 va par ailleurs encore raccourcir la période efficace de notre recherche. Pour ce qui est des doctorant·e·s en contrat CIFRE, la seule négociation avec l’employeur est difficile, puisque la.le doctorant·e n’aura pas de rapport de force suffisant face à sa hiérarchie, en cas de refus. De plus, sans appui de l’ANRT, il est dans bien des cas inenvisageables d’allonger de plusieurs mois le contrat quand il s’agit d’une petite structure ou d’une association. Le contrat de collaboration étant établi entre le laboratoire, l’entreprise et l’ANRT, il est insuffisant de renvoyer la.le doctorant·e, seul·e, vers son seul employeur.
  2. Cette mesure devrait être assortie d’engagements des écoles doctorales qui paraissent tout aussi nécessaires. Il semble impératif d’assouplir le calendrier afin de permettre la tenue des comités de suivi individuel (CSI) jusque fin septembre, de façon à ce qu’ils soient convenablement préparés et conservent ainsi une réelle valeur d’accompagnement du travail de thèse. Ces comités de suivi annuels, conformément au décret du 25 mai 2016, sont composés des directrices et directeurs de recherche et de deux autres chercheurs.ses. Ils accompagnent la.le doctorant.e et donnent obligatoirement leur avis sur la réinscription en doctorat l’année suivante. Ils ne doivent donc pas se transformer en une simple source de stress ne générant que peu de plus-value. Le déconfinement s’annonçant graduel et très étalé dans le temps, les perturbations occasionnées justifient à nos yeux la banalisation officielle des six mois ainsi touchés dans la comptabilisation de la thèse. Le calendrier universitaire se pense en année et non en mois. Nous demandons que l’année universitaire 2019-2020 ne soit pas comptabilisée et déclarée « blanche », puisque le calendrier se partage en années et non en mois.
  3. La limitation des dégâts financiers induits passe aussi par le fait d’obtenir la garantie d’une réinscription en doctorat automatique et gratuite pour celles et ceux qui en auront besoin. Par ailleurs, les doctorant·e·s qui projetaient de soutenir leur thèse d’ici décembre 2020 devaient bénéficier, comme c’est l’habitude dans nos universités, d’une exemption de réinscription pour ces quelques mois supplémentaires. Nous souhaitons prolonger cette possibilité pour l’année universitaire entière, soit au moins jusqu’à juillet 2021. Le mieux serait, à notre avis, en considérant l’année 2019-2020 comme une année blanche, de pouvoir reporter jusqu’à décembre 2021 cette mesure d’exonération des frais pour les doctorant·e·s qui auraient dû soutenir courant 2020 et devront le faire en 2021.
  4. L’exonération des frais d’inscription pour l’année 2020-2021 doit s’étendre à tou·te·s les doctorant·e·s des universités. En supposant que l’année universitaire 2019-2020 ne soit pas comptabilisée pour les raisons déjà évoquées, il faut permettre aux doctorant·e·s de poursuivre leurs travaux dans de bonnes conditions. Ces derniers·ères vont être obligé·e·s de faire une année supplémentaire en doctorat. Il serait dommageable pour la recherche qu’elles et ils abandonnent leurs thèses pour des motifs économiques, faute de pouvoir se réinscrire.

Toutes ces mesures auront un coût non négligeable. Non seulement pour la fin d’année 2020 mais aussi pour 2021 et 2022 (les contrats doctoraux s’étalant sur trois ans). Nous sommes bien conscient·e·s que nos universités et établissements d’inscriptions ne peuvent pas les mettre en oeuvre financièrement seuls, malgré tout le talent et l’énergie que déploient leurs équipes et leurs décideurs·ses dans un réel souci des étudiant·e·s.

Le communiqué de presse du MESRI est très clair : « Eu égard à l’ampleur de cette crise sans précédent, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a décidé d’un accompagnement financier des prolongations de contrats doctoraux, en particulier pour l’ensemble des contrats financés par l’État (y compris CIFRE et financements A.N.R.) ».

Nous demandons donc à l’État de venir accompagner financièrement les universités qui le demandent et ce sans condition. Nous demandons aussi à l’État, dans un souci d’égalité, de tout faire pour que les contrats doctoraux financés par des collectivités territoriales ou d’autres organismes publics comme privés soient aussi pris en compte dans ce dispositif massif d’aide et de soutien à la recherche.

Le monde d’après la covid-19 ne doit pas commencer par une baisse de la qualité des thèses et de l’excellence de la recherche scientifique française. Ce monde d’après ne doit pas être synonyme, uniquement pour des raisons économiques, d’abandons massifs de projets de recherche pertinents et utiles à notre société et à sa connaissance d’elle-même. Des doctorant·e·s _financé·e·s_ en moins ce sont des emplois en moins et des chômeurs en plus. C’est une perte de compétences et de talents sur le long terme, à la fois pour la recherche et l’innovation mais aussi pour un grand nombre d’entreprises qui investissent dans des contrats CIFRE et/ou qui embauchent des docteur·e·s diplômé·e·s. Investir aujourd’hui dans la recherche doctorale, c’est faire le pari de l’avenir et de la continuité en permettant aux chercheurs.ses de poursuivre leurs travaux tout en ayant les moyens de subvenir à leurs besoins.

Pandémie et confinement nécessitent de la part de toutes et tous de faire preuve de solidarité afin de faire face au mieux à cette épreuve. Pour suivre cette voie, il nous semble indispensable de renoncer à toute logique d’individualisation et de mise en concurrence. Nous espérons donc que nos propositions trouveront auprès de vous, Mesdames, Messieurs, un relai et un soutien.

Les représentant·e·s élu·e·s de l’école doctorale STT Romain Benoit ; Elodie Chaudet ; Joséphine Comte ; Barbara Doulin-Dimopoulos ; Anthony Hamon ; Soizic Le Bervet ; Saskia Meroueh ; Hugo Orain ; Mélodie Renvoisé.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.