Cacher l’éléphant dans la pièce : la censure sociale des institutions scientifiques

  • par Clémence Perronnet, Université Catholique de l’Ouest

L’accès aux sciences intéresse beaucoup en ce moment et de nombreuses institutions posent la question des inégalités en sciences et techniques : comment les comprendre, et comment les réduire ? Mais il y a des réponses qu’elles n’ont pas du tout envie d’entendre1

Comme c’est mon sujet de recherche, je suis régulièrement sollicitée par des institutions d’éducation, de médiation ou de vulgarisation scientifique pour parler des inégalités en sciences. J’ai pu faire quelques constats sur leurs attentes et leur réception de mon travail.

Expliquer les inégalités en sciences : les « bonnes réponses »…

  • 1er constat : toutes les inégalités face aux sciences ne suscitent pas le même intérêt. C’est tout à fait légitime de parler des inégalités hommes/femmes (c’est-à-dire de la sous-représentation des femmes en sciences), mais les inégalités de classes sociales ou ethno-raciales passionnent tout de suite moins… Pourtant, on a besoin d’une approche intersectionnelle (croisant genre/classe/race au moins) pour comprendre les mécanismes qui entravent l’accès aux sciences de plusieurs groupes sociaux : les femmes, les classes populaires et les personnes ethno-racisées.

  • 2e constat : les institutions attendent souvent de recevoir des explications des inégalités en sciences individualisantes et psychologisantes. Il y a donc une « bonne façon » d’expliquer ces inégalités, et c’est en proposant de chercher le problème comme sa solution à l’échelle des personnes, et du côté des publics.

 

Côté problèmes, ça amène à mettre en évidence l’« auto-censure », « le manque de confiance en soi » ou « la mauvaise image des sciences » des publics qui n’y ont pas accès. Il y aurait donc des « obstacles » entre le public et les sciences ou chez les publics qu’il faudrait lever.

Côté solutions, ça conduit à proposer un travail sur soi (« Il faut oser ! ») ou à mettre en avant des individus exceptionnels qui montrent qu’on peut venir à bout des « obstacles » et y arriver malgré tout si on a une volonté d’acier. C’est le principe du role model.

https://www.flickr.com/photos/mzmo/18399304439/in/photolist-u2TfbT-4hCV2V-eGabbf-R1ySqp-FRjuWs-mqjUp-5DAfAz-5d6HqB-5zozFE-53cUDg-51VAiu-52A3ug-tmGBB-qEAk3-HH1Pu8-aa2nvW-ESwamb-2iFxto3-8XX6hv-73xwQ3-2ixEsWu-Ak59wz-6yBjVx-CmrmN-25xtp5x-avXAB-vop2k8-zZVya-5SS6g4-azDiP-etPvB-ssKBF-gqR2w-2aLoNez-25Q5TyQ-yJvxX-jP4Bw-aGhST-n79k9-8F1eDH-8GtNWR-8ET3eb-8ESVQE-53xshM-GUP3p-7yuQFL-8ET6e1-MaG4Q-GPp44-tLRgh

Role Model, Adventures of KM&G-Morris, 2014

Or, ces schèmes d’explications peuvent dissimuler la dimension collective et structurelle des inégalités en sciences : en se concentrant sur les publics et sur l’échelle individuelle, ils peuvent empêcher de comprendre les aspects excluants des institutions scientifiques.

… et les sujets qui fâchent

Pourtant les enquêtes montrent bien que ces inégalités relèvent moins d’« auto-censure » que de « censure sociale ». Ce sont les institutions scientifiques qui excluent et non les publics qui se bloquent eux-mêmes ou rencontrent des « obstacles » en allant vers les sciences. La notion d’exclusion est fondamentale pour comprendre que l’accès aux sciences s’inscrit dans des rapports de pouvoir défavorables aux groupes sociaux dominés. Mais cette façon d’expliquer les inégalités ne fait vraiment pas plaisir à certaines institutions scientifiques !

Une petite histoire croustillante pour illustrer tout ça… 😄

Récemment une grosse association scientifique m’a demandé d’écrire un texte pour une brochure grand public. Comme d’habitude, on me propose de parler des inégalités filles/garçons, les délais sont hyper courts et ce n’est pas rémunéré – mais c’est « normal » en recherche – j’accepte ! Un mois et demi + tard je reçois une version de mon texte qui a été « retravaillé pour le rendre + conforme à la ligne éditoriale et au lectorat visé ». Ah tiens ?  Bon, ça s’adressait à des lycéen·nes, peut-être que c’était trop complexe ? Voyons les modifications proposées…

Sur la forme, ça part mal : dans la nouvelle version les modifications ne sont pas apparentes et je dois faire moi-même la comparaison avec mon texte original pour savoir ce qui a été changé… J’adore. Mais sur le fond, c’est encore pire. Je constate que tous les passages qui parlaient du rôle que les sciences jouent dans les rapports sociaux de pouvoir ont disparu. Les références à « l’exclusion » ont été effacées ou édulcorées. Et bien sûr, l’écriture inclusive a sauté. Quand on compare mon texte original à la version conforme à la « ligne éditoriale » de l’association, c’est vraiment intéressant de voir ce qui semble poser problème. Petit florilège…

Passages 1 et 2 – « On n’est pas sûrs, quand même » :


Passage 3 – « Quoi, “pouvoir” ?! On supprime – ni vu, ni connu »

Passage 4 – « Rhô, elle a encore dit “pouvoir”. Supprime, supprime ! » 

Et enfin Passage 5 – MON PRÉFÉRÉ ! – on remplace mon propos sur les rapports de pouvoir par une glorification des performances économiques des maths.

Bref, j’ai évidemment demandé à revenir à la version originale de mon texte… et du coup l’association a décidé de supprimer toute ma contribution, parce qu’elle n’était pas compatible avec leur « ligne éditoriale ». Heureusement que ce n’était pas du travail rémunéré, hein. 😅

https://www.flickr.com/photos/rasande/30056272907/in/photolist-MMYfMR-PpWeDE-2iq9X1t-2aahwqT-2dgeK5A-MMXYBe-7Tx3yN-2aahteH-pQHdz4-2bxP5Av-pQHfcn-2btvq5w-53rYpg-2i4jzaF-2btvwkC-MMY1eT-MMYctr-MMYtRg-PpW4f3-MMYreH-28MHpy1-2btvoK7-2btvsbW-MMY43D-MMYC6n-MMYA3p-MMYBke-MMY5rR-PpWphs-28MHM57-MMYF3p-2aahK8B-MMYe1p-28MJ7B3-28MHSc1-28MJ69y-PpWzYC-28MJ8Q5-28MJ1iG-28MJVXL-RYkZS9-2hc1cUV-7dtSEw-2hc1cWo-pQHeNg-pboPHk-qhRPMu-pQNcZ7-pQNd1u-pQKdg3

We’ll come united – Demonstration/Parade Hamburg 29.09.2018,
Rasande Tyskar

Cette histoire est très représentative du traitement des inégalités par les institutions scientifiques. Malgré les objectifs égalitaires annoncés, certaines explications sociologiques qui montrent les mécanismes de production de l’exclusion peuvent être irrecevables. Cela dit, il y a malgré tout des contextes qui permettent à ces explications d’être entendues et appropriées sur le terrain. Pour ne prendre d’un exemple, l’association Groupe Traces fait un gros travail sur la notion d’exclusion et la médiation inclusive des sciences.

Quelques références sur le sujet :

  • Les travaux d’Isabelle Collet, qui contiennent de nombreuses pistes pour réfléchir à l’usage des « role models » pour favoriser l’égalité femmes/hommes en sciences.
    • Collet, « Les femmes exceptionnelles ne peuvent être que des exceptions. L’exclusion des femmes de l’activité scientifique », Le cartable de Clio, no13, p. 85‑94, 2013.
    • Collet, Les oubliées du numérique. L’absence des femmes dans le monde digital n’est pas une fatalité. Paris : Le Passeur, 2019.
  • Sur la notion de « censure sociale » en sciences : Blanchard, S. Orange, et A. Pierrel, Filles + sciences = une équation insoluble ? – Enquête sur les classes préparatoires scientifiques. Paris : Éditions rue d’Ulm, 2016.
  • Le travail d’Emily Watson pour une critique des analyses en termes « d’obstacles » et un plaidoyer pour la notion « d’exclusion » : Dawson, « “Not Designed for Us”: How Science Museums and Science Centers Socially Exclude Low-Income, Minority Ethnic Groups », Science Education, vol. 98, no 6, p. 981‑1008, 2014, https://doi.org/10.1002/sce.21133
  • Mes autres travaux sur la question sont accessibles ici : https://cv.archives-ouvertes.fr/clemence-perronnet
  1. Texte adapté d’un fil Twitter du 15 mai 2020. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.