L’Institut Montaigne a-t-il déjà mis les pieds dans une université ?

  • par Catherine Rideau-Kikuchi, Université de Versailles Saint-Quentin

Le 13 mai dernier, dans une note du blog de l’Institut Montaigne, Francis Vérillaud a livré un résumé de son « Tour de France virtuel d’universités » au temps du confinement et de la continuité pédagogique. La note s’ouvre sur la photographie d’une étudiante, assise à son bureau devant son ordinateur, travaillant un cours imprimé et stabiloté. Une belle image en ce temps de crise… Mais regardons de plus près : la jeune fille se trouve dans un bel intérieur, une cheminée en marbre surmontée d’un large miroir ouvragé, une bibliothèque de mangas à côté de son bureau. D’ailleurs elle a un espace de travail réservé, équipé de matériel informatique – en plus de son ordinateur, une imprimante puisqu’elle tient dans sa main des notes de cours imprimées. Quiconque a enseigné à l’université ces dernières années sait que cet intérieur ne correspond en rien à la réalité des conditions de travail de la plupart de nos étudiants…

Ce n’est qu’une illustration bien sûr. Cela ne serait pas bien grave si cette vision idyllique – voire franchement fantasmée – de la vie étudiante n’était pas au cœur des conclusions de la soi-disant enquête menée par Francis Vérillaud. Commençons ce voyage au cœur du monde merveilleux des universités au temps du Covid-19…

NB : ce texte ne parlera que des aspects touchant à l’enseignement, et non de la partie recherche de ce texte, qui mériterait un développement ultérieur.

Étape 1 – Nous sommes des gens formidables

Alors oui, merci. Merci de reconnaître à quel point tous les personnels de l’université ont été mobilisés pour les étudiants, pour faire en sorte que leur formation se poursuive, qu’ils puissent passer des examens quand cela a été la solution choisie, d’assurer la délivrance des diplômes. Nous avons été nombreux à considérer que continuer le suivi et la formation de nos étudiants était une priorité, même si cela se faisait dans des conditions difficiles. Mais à lire ce texte, on croirait que tout s’est fait sans heurt, sans difficultés…

« La continuité pédagogique a pu être assurée immédiatement. Les enseignements se sont déployés sur la plateforme RENATER et le système Microsoft TEAMS. De fait, de nombreux enseignants ont surtout utilisé l’application ZOOM pour ses facilités de fonctionnement ». Il est vrai que nous pouvons nous congratuler sur le fait que beaucoup d’enseignants aient dû utiliser des logiciels propriétaires avec des failles de sécurité, parce que les serveurs et les logiciels des universités ont été très rapidement saturés par la demande. Beaucoup de services techniques ont été débordés, ont proposé des solutions, mais souvent encore sous-dimensionnées par rapport aux besoins. Les plateformes Moodle qui plantent, les mails professionnels non envoyés, les calvaires des réunions avec connexions instable… Vraiment, si l’auteur de ce texte a échappé à tout cela, il est bien heureux… Il est certains que, armés de logiciels autorisés ou non, nous avons fait preuve d’inventivité. Mais il y a encore du chemin à faire pour que nous ayons la pleine maîtrise et le plein contrôle (y compris juridiques) de ces outils.

« Les étudiants, dans leur très grande majorité, se sont partout et aisément adaptés aux nouvelles pratiques d’enseignement. » Écrire cela, c’est n’avoir jamais parlé à des enseignants durant cette période. Il y a certes des formations mieux loties que d’autres. Mais on ne compte plus les retours des enseignants sur le fait qu’une partie significative des étudiants n’avaient pas de matériel informatique personnel, ou travaillaient dans des conditions matérielles extrêmement difficiles, devaient s’occuper de leur famille, d’enfants, dans les circonstances que l’on connait. Au-delà de difficultés économiques et sociales aggravées, les étudiants font également remonter les difficultés liées au manque de contact direct avec leurs pairs et les enseignants, le suivi laborieux, la motivation qui flanche, la difficulté à suivre les différentes plateformes et outils utilisés… toutes choses bien naturelles mais qui ne témoignent pas vraiment d’une adaptation aisée à l’enseignement à distance et relèvent par ailleurs des difficultés inhérentes à ce mode d’enseignement quand aucun contact direct régulier n’est là pour le pallier.

« Il est surtout important de noter que de nombreux enseignants qui n’avaient pas l’expérience de l’enseignement à distance ont finalement adopté très aisément les nouvelles pratiques. » Alors les enseignants sont des gens formidables, nous sommes tous d’accord là-dessus. Mais cette louange dithyrambique cache le simple refus de voir les difficultés auxquelles nous avons tous été confrontés, même les plus férus en informatique parmi nous. Ces enseignements à distance ont été mis en place brusquement, sans aucune formation, souvent sans concertation tant les enseignants ont dû parer au plus pressé. Alors oui, il y a des choses qui ont fonctionné, des manières nouvelles d’enseigner qui ont émergé. Mais l’adoption de ces pratiques a été faite dans la douleur dans certains cas, voire a suscité un rejet assez massif de la part de collègues qui se voyaient soudainement dans l’obligation de changer des années de pratique enseignante, sans qu’on leur ait seulement laissé le temps de réfléchir à la manière de le faire.

Étape 2 – Ces décrocheurs que je ne saurais voir

Une ombre à ce portait de famille de gens fantastiques : les étudiants qui décrochent. Car oui, ils sont bien là, c’est un peu pénible, on aimerait mieux qu’ils n’y soient pas et rester sur l’image de l’étudiante attentive devant sa cheminée.

« On constate un taux de non-participation aux enseignements variable selon les niveaux de formation, les disciplines et les programmes, de 20 à 30 % d’étudiants dits « empêchés ». » Comme pour les chiffres de décrochage dans l’Éducation nationale, on se demande un peu d’où viennent ces statistiques, s’il y a des différences notables entre les formations, entre les universités. Les enquêtes précises réalisées dans plusieurs universités montrent des conditions extrêmement diverses ; des témoignages d’enseignants à Villetaneuse ne révèlent pas les mêmes réalités que des enseignants en L3 d’histoire à Paris Sorbonne. Sans compter que beaucoup d’enquêtes se basent sur les réponses de questionnaires transmis par voie informatique… et donc sous-représentent nécessairement les étudiants qui n’ont pas d’accès à internet. Quoiqu’il en soit, la proportion d’étudiants empêchés de poursuivre leurs études correctement est significative, même si on se demande encore une fois comment l’auteur peut aboutir à ces « 20 à 30% ».

« La proportion de ces étudiants qui abandonnent en cours de cursus n’a probablement pas varié cette année et fait apparaître un nombre relativement important d’ »empêchés ». » Cette affirmation est faite en l’absence de tout fondement : à l’heure où ce billet est écrit, les examens ne sont pas terminés ni corrigés, les rattrapages n’ont pas eu lieu. On n’a donc absolument aucune idée de l’impact que cette situation a pu avoir sur les décrochages, mis à part le fait que beaucoup d’étudiants n’ont pas répondu aux sollicitations de leurs enseignants ou n’ont pas pu suivre les cours. Sous prétexte de rigueur, l’auteur compare les données des années passées avec des données inexistantes…

« Le décrochage pédagogique est bien évidemment le plus souvent la résultante d’un décrochage social et la question de la précarité étudiante est sérieusement révélée par la crise du Covid-19. » En effet, et là-dessus nous pouvons tomber d’accord. De même que sur le fait que « Les universités et leurs personnels, enseignants et non-enseignants, ont fait un effort considérable pour contacter individuellement et très rapidement les « empêchés » ». Mais le texte s’arrête là sur le constat, n’en tire aucune conclusion. On a des « empêchés » ; on a vraiment tout fait pour les repêcher ; mais s’ils décrochent, c’est à cause d’un décrochage social qui ne leur permet pas d’avoir d’une connexion internet, un niveau de vie décent, et pas de famille à charge. Et bien tant pis, on a fait ce qu’on a pu.

Sauf que non. La situation en temps normal est déjà préoccupante, toute la communauté enseignante et étudiante le répète depuis des mois voire des années. Mais l’enseignement à distance a renforcé ces inégalités. Des étudiants qui pouvaient suivre les cours en temps normal s’en sont trouvé empêchés par manque d’ordinateur ou de connexion internet. Les étudiants fragiles ont vu disparaître le rythme habituel des cours et leur sociabilité, ce qui a un impact évidemment important sur leur motivation et leur investissement.

Étape 3 – Vers l’infini et au-delà !

Alors bien sûr, pourquoi nous dresse-t-on ce tableau du monde merveilleux de l’université à distance ? Parce qu’il y a « un monde « d’après«  pour les universités » bien sûr ! « Une formidable efficacité du télétravail et plus largement du digital. Des comportements et des pratiques qui vont demeurer. La pédagogie est vraiment devenue un objet de progrès, instaurant un nouveau type de relations entre étudiants et enseignants. »

Si la pédagogie est un objet de progrès (pourquoi le serait-elle subitement devenue ?), c’est parce qu’elle tire des leçons de ses erreurs. Or ce texte n’en relève aucune : tout s’est merveilleusement bien passé, refaisons la même chose à grande échelle et durablement. Est-ce pour brosser les enseignants dans le sens du poil ? C’est vrai que la période a été propice aux réflexions, aux expérimentations, parfois fructueuses, parfois moins. Mais toujours est-il que rien n’est dit du manque de coordination dans les équipes pédagogiques, rien des difficultés techniques, et rien bien sûr des problèmes inhérents à l’enseignement à distance sur le suivi et la motivation des étudiants. Les difficultés des étudiants sont passés sous le boisseau comme des problèmes « sociaux » ne relevant pas des universités. L’impact des formes d’enseignement sur des publics aux caractéristiques sociales et culturelles diverses n’effleure pas l’esprit de l’auteur, balayant des décennies de travaux en sociologie et en sciences de l’éducation.

Dans une situation de crise, on peut se satisfaire de pis aller, en tentant de maintenir un cadre le plus bienveillant et adaptable possible, ce que la communauté enseignante a cherché à faire de son mieux. Mais dans son texte, Francis Vérillaud propose une vision claire de ce que doit être l’enseignement supérieur après la crise : comme pendant la crise, puisque tout a si bien marché. Or, cela n’a pas marché. En tout cas pas aussi bien que cela aurait pu si nous avions pu réfléchir ensemble à la manière de faire les choses. Chemin faisant, la rentrée de septembre se profile. Les injonctions à l’enseignement à distance se font de plus en plus fortes. Il reste à la communauté enseignante à se mobiliser pour réfléchir à mettre en place des modes d’enseignement adaptés à cette situation sanitaire, mais en tenant compte cette fois de tous les problèmes qui sont apparus pendant ce premier confinement et qui sont – n’en déplaise à Francis Vérillaud – largement documentés. Souvenons-nous que nous réalisons un travail de service public : nous ne pouvons pas proposer sciemment un enseignement qui exclut toute une partie de nos étudiants pour des raisons économiques ; et nous devons, dans la mesure du possible, réfléchir à combattre les inégalités sociales dans nos modes d’enseignement.

Si nous faisons cette réflexion correctement, nous pouvons aussi avoir une réelle force de proposition : tirons partie des ressources numériques, mais aussi du fait que nous ne pourrons voir nos étudiants qu’en petit groupe. Faisons-en sorte que cette injonction sanitaire puisse permettre un suivi plus individuel, sans se laisser dicter nos choix pédagogiques par ceux qui aimeraient poursuivre des partenariats publics-privés délétères sur les outils d’enseignement utilisés ou sur les surveillances des examens. Proposons, réfléchissons ensemble et battons-nous pour que ce moment de rupture – car ç’en est sans doute un – ne soit pas le moment où nous battons en retraite sur le sens de nos métiers, mais où nous contre-attaquons avec de nouvelles propositions. La réflexion pédagogique prend du temps, et nécessite avant toute chose que ce soit les premiers concernés qui la mènent : les enseignants et les étudiants, afin d’améliorer la formation de ces derniers. Peut-être ne pourrons-nous plus enseigner pareil. À nous de faire en sorte que ce soit pour le mieux.


1 réflexion sur « L’Institut Montaigne a-t-il déjà mis les pieds dans une université ? »

  1. Merci. La même illustration (enfin, une photo de la même série) avait déjà été utilisée pour deux articles du Monde (en mars) et de la Croix (en mai) sur le confinement au lycée… là aussi, une représentation biaisée de la réalité sociale du pays (mais c’est plus la faute aux banques d’images de presse qu’aux rédactions).

    NB J’aurais élargi la réflexion aux différences de moyens entre CPGE et université !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.