Suspension à Paris-Saclay : défense et illustration de l’évaluation universitaire

Academia n’aimait guère mélanger les torchons de l’arbitraire, de l’autoritarisme et du tri social avec les serviettes de la défense des collègues, nous publions séparément la lettre adressée par le professeur de droit constitutionnel par la présidente de Paris-Saclay, en invitant nos lecteurs et nos lectrices à signer la pétition demandant la réintégration immédiate du collègue. 


Le 14 mai 2020 à 10:37, direction.daji@universite-paris-saclay.fr a écrit :
A l’attention de Monsieur Jean-Pierre Dubois, professeur des universités,Monsieur,
Je vous prie de bien vouloir trouver en pièce jointe une décision de la présidente en date du 13 mai 2020 portant suspension de vos fonctions à titre conservatoire au sein de l’Université Paris-Saclay.
Bien cordialement,

XXXXXX
Direction des affaires juridiques et institutionnelles

<Suspension Jean-Pierre DUBOIS.pdf>

De: Jean-Pierre Dubois <XXXXX>
Objet: Rép : Décision DAJ 2020/56 de la présidente du 13 mai 2020
Date: 14 mai 2020 à 11:02:11 UTC+2
À: « direction.daji@universite-paris-saclay.fr » <XXX>

Mesdames, Messieurs,

Je reçois à l’instant notification de cette décision de suspension qui me plonge véritablement dans la stupéfaction.

À aucun moment je n’ai décidé de permettre à mes étudiant.e.s de connaître les bons résultats à l’issue d’une première tentative ! Je n’ai jusqu’ici jamais divulgué le contenu sidérant des échanges que j’ai pu avoir dans la préparation technique ce mon QCM avec un collègue qui a gravement perturbé les conditions d’élaboration de mes sujets (alors que le service e-campus, en la personne d’Iva Jaunoo, m’avait efficacement et aimablement secondé jusque là), mais je conteste formellement la motivation de cette décision de suspension pour « faute grave » (!!!) qui fait de moi le bouc émissaire d’un fonctionnement numérique que je ne suis évidemment pas en mesure de maîtriser. Je ne sais qui doit répondre de la programmation ayant conduit à cette situation, mais je n’assumerai pas les conséquences injustes et, ajouterai-je, humiliantes (« faute grave »!) de manipulations informatiques qui ne sont ni de mon ressort ni de ma compétence, sauf à ce que les obligations de services des professeurs d’universités aient été à mon insu modifiées pour y inclure la maîtrise du codage informatique.

Je suis, depuis plus de quarante-cinq ans, enseignant-chercheur en droit public. J’ai au surplus exercé assez de fonctions administratives universitaires (notamment décanales) pour mesurer les difficultés de l’exercice. Et je ne crois pas avoir jamais fait preuve de la moindre négligence, pour ne même pas envisager l’idée d’une fraude, vis-à-vis du service public auquel j’ai été attaché toute ma vie. C’est vous dire que, quelle que soit l’issue de cette affaire, elle a d’ores et déjà brisé en moi le rapport de confiance que j’ai toujours eu avec les personnes que j’ai considérées comme des collègues, et qu’à moins de quatre mois de mon départ en retraite elle constitue à mes yeux une évaluation inoubliable de ce que je suis censé avoir apporté à une Université que je sers depuis plus de vingt ans.

Il va de soi que je forme par le présent message une réclamation tendant au retrait de la mesure de suspension prise hier à mon égard et que je la contesterai au cas contraire par tous moyens légaux.

Vous comprendrez, compte tenu du caractère à ma connaissance sans précédent de cette procédure dans notre Faculté, que j’informe nos collègues de ce « nouveau cours » dans la vie universitaire qui, pour eux, se poursuivra en tout état de cause. Il s’agit là d’une information non seulement utile pour leur propre avenir, mais d’intérêt public en termes de définition des compétences, des obligations et des droits de chacun.

Mesdames, Messieurs, je vous prie de trouver ici l’expression de la considération qu’appellent les fonctions que vous exercez.

https://www.flickr.com/photos/sophialynch94/4101606510/in/photolist-7frNHC-6rxgDk-p4AnvU-4uizym-9bA9eg-KkEGwi-5v8RzC-UQFL37-qPhVW9-5XW2QD-54CjrJ-9JCTF8-bzunge-9Wr9kb-9SYy62-pVtxvF-5pNstE-4N83A5-oNaF8S-fuzyuY-5HBJVo-PdJQu-fLP7vM-6hTQXr-97wfuB-9QntbE-adV3W8-a8mhac-diPyH2-535Ghb-WEiW3Y-ecDgZS-zQzNsb-5NfHMX-7pdBSS-9xv1re-3SwjaE-pwdqjT-cyQujj-4BoeVs-7Yvuss-9BiPEZ-gaF1P6-4hJ2Wd-66KSUu-mCqe5D-bg5uHv-9tnGBJ-5SMeFb-7A25nm

by Sophia Lynch, 2009

Jean-Pierre Dubois.


Chère Pauline, cher.e.s collègues,

Je comprends très bien que l’on s’interroge, vu l’opacité de la procédure qui m’a visé hier.

Je joins le texte de la décision et celui de ma réponse valant réclamation aux fins de retrait.

Au fond, tout cela est assez simple. Les résultats de mon QCM, comme ceux de bien d’autres épreuves en « distanciel » (puisqu’il n’y a, nous le savons tous, aucun moyen sérieux de contrôle, les étudiant.e.s composant à livre ouvert/cours ouvert/etc.), sont effectivement sans rapport avec ceux de l’année précédente. C’est le résultat de choix d’organisation imposés par… l’autorité qui me « suspend ». Il est vrai que j’ai choisi, dans ces conditions et pour ne pas pénaliser une nouvelle fois les étudiant.e.s placés dans des conditions non seulement peu sérieuses mais discriminatoires (dans une famille en appartement HLM avec un ordinateur pour 8 et une chambre pour 3, que signifie le « distanciel » sinon, comme cela a d’ailleurs été officiellement admis, du « dégradé », bien plus pour certains que pour d’autres ?), de proposer un QCM beaucoup plus simple que les épreuves habituelles. Là encore, l’autorité qui me « suspend » ne nous avait-elle pas appelés à une « extrême bienveillance » ? Et qui doit répondre de la baisse de sérieux des examens résultant de tout cela ?
En revanche, je suis bien incapable de dire si les étudiant.e.s passant mon QCM avaient ou non accès aux résultats après une première tentative, ce qui est le coeur de ce qui m’est reproché… si je comprends bien (personne ne m’a demandé d’explication avant de me « suspendre » ni même communiqué les échanges de mail auxquels il est fait référence dans la décision). Evidemment, je n’ai ni organisé cela, si c’est arrivé (serais-je devenu fou ou inconscient ? cela ressemble-t-il à ce que je suis ? comment des collègues peuvent-ils me présumer coupable de cela sans m’avoir demandé ce qu’il en était ? quel est ce monde universitaire qui n’est pas celui dans lequel j’ai passé 45 ans ?), ni laissé cela se faire.

Mais je ne suis pas, moi, informaticien ni même enseignant en informatique, je ne maîtrise ni les « codes » ni les « paramétrages », et je ne suis pas prêt à endosser d’éventuelles erreurs dont je ne sais toujours rien de précis, auxquelles je n’ai pas pris part et qui ne relèvent d’ailleurs en rien de nos attributions ni de nos compétences techniques d’enseignants-chercheurs. Donc, pour être précis, il n’est pas seulement question d’une procédure (et de procédés relationnels) inacceptable(s) et de disproportion de la mesure prise, mais tout simplement d’exactitude matérielle des faits… qu’on s’est bien gardé d’établir, et pour cause.

Je me demande qui a laissé croire le contraire de ces évidences et/ou a transmis, nolens volens, des informations inexactes à la présidence… et surtout comment il est possible qu’aucune autorité de l’Université ou de la Faculté, j’y reviens, ne m’ait donné la possibilité de les rectifier avant de prendre une mesure que je crois sans précédent et dont, en tout état de cause, je n’oublierai jamais le caractère humiliant (mesure datée du 13 mai mais notifiée le 14 mai à 3 heures du début de la délibération, afin que je ne puisse même pas m’expliquer en temps utile comme je le fais bien volontiers vis-à-vis de vous).

À qui le tour ? Et où allons-nous ainsi ? En ce qui me concerne, le mal est fait puisque, « suspendu » jusqu’au 31 juillet, je pars en retraite le 1er septembre. Mais cela ne m’empêche pas de penser aux collègues qui pourraient, si ces moeurs deviennent « normales », connaître la même surprise que celle qui fut la mienne hier en fin de matinée.

Très cordialement à tou.te.s,

 

Jean-Pierre Dubois.


3 réflexions sur « Suspension à Paris-Saclay : défense et illustration de l’évaluation universitaire »

  1. Bonjour
    Ne jamais rien attendre de l’institution sinon des désagréments voire… mais pas de reconnaissance et encore moins de considération.
    Bientôt libéré, Gilles

  2. Cher Jean-Pierre,
    Je suis plus que choqué par la sanction aussi infondée qu’absurde qui te frappe.
    Je souhaite qu’elle soit immédiatement annulée, et faire l’objet d’excuses publiques de la part de celles et ceux qui l’ont initiée.
    Avec mes sincères amitiés,
    Jean-Claude APARICIO
    Istres le 16 avril 2020

  3. Ce qui vous arrive est proprement honteux et il n’y a pas de nom pour qualifier l’attitude de la présidence de votre université. Une dénonciation publique de cette attitude s’impose.
    Solidairement

    Jean-Louis Fournel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.