Orléans, mai 2020

Une université en France en 2020. À côté de la « continuité pédagogique », entre deux séances d’examens numériques, on essaie de faire en sorte que nos étudiant-e-s aient à manger. Bravo à toutes les personnes qui se mobilisent pour ces distributions.

C’est déjà tellement compliqué pour nos étudiant·es de passer des examens, d’écrire des mémoires dans ces conditions, quelquefois après avoir été enfermé·es pendant deux mois dans une petite chambre de CROUS. Ils et elles ne devraient pas en plus à avoir à se demander comment avoir de quoi manger. On n’imagine pas la précarité des étudiant-e-s qui ont perdu leur boulot à cause du coronavirus et qui se retrouvent sans ressources. Dans quel monde on vit pour que leur survie alimentaire soit assurée par des initiatives personnelles?

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.