#LaFacÀDistance – ou imaginer notre pédagogie en télé-enseignement

Enquête participative

  • par Myriam Houssay-Holzschuch, Université Grenoble Alpes, CNRS, Sciences Po Grenoble, Pacte

Nous le pressentions depuis des semaines, notre ministre confirme : la rentrée universitaire de l’automne sera au moins en partie en distanciel.

Nous avons besoin de nous y préparer dès maintenant. Pour cela, quelques éléments à garder en tête d’abord :

  • Oui, nous n’avons pas envie de le faire, parce que nous aimons enseigner en présence de nos étudiant∙es. Cela peut même être au cœur de notre pratique et identité professionnelles, voire la raison pour laquelle nous avons choisi ce métier. Il faut prendre le temps d’acter ce renoncement sous contraintes et de faire le deuil de ce qui aurait pu être.
  • Oui le passage au distanciel pose énormément de questions politiques (mainmise d’entreprises privées par les outils choisis, accroissement de certaines inégalités – pas toutes –, instrumentalisation au service de la néolibéralisation en cours à l’université avec plus de précariat, moins de protection des personnels, risques psycho-sociaux etc.). N’oublions cependant pas que l’enseignement à distance est là pour améliorer la sécurité sanitaire des étudiant∙es, d’abord, et des personnels, pas seulement enseignantes. Et n’oublions pas non plus le travail acharné depuis des années en pédagogie critique du supérieur pour faire de l’enseignement à distance qui ait un vrai sens pédagogique et émancipateur1. Jeter l’anathème sur l’enseignement à distance dans son ensemble, non.
  • Ce que nous avons fait au second semestre est un atterrissage en catastrophe : transférer en quelques jours des enseignements conçus pour être en présentiel en distanciel. Sans savoir pour combien de temps (@6amart6), sans avoir le temps d’être formé·es à cela ou d’y avoir réfléchi, avec les outils que nous avions sous la main, que nous prenions en main, en devant en changer, etc. Ce n’est donc pas du distanciel, c’est de la gestion d’urgence. Nous avons là un peu plus de temps pour réfléchir à nos enseignements de la rentrée et pour pouvoir les concevoir différemment. Nous pouvons prendre le temps de les penser en distanciel (surtout les CM). Nous pouvons les construire de manière flexible permettant l’alternance de phases en distanciel et en présentiel, sachant que nous n’aurons pas la main sur les dates d’éventuels reconfinements. Nous pouvons intégrer la possibilité d’un retour en présentiel, ce que @melpicard appelle les « penser à l’envers.
  • Ce qui ne veut pas dire que nous n’avons rien à apprendre de l’expérience de ce semestre (full disclosure: ma charge d’enseignement mensuelle est presque en totalité au premier semestre, donc vous en savez en général plus que moi). Voir ce qu’en dit Michelle Miller ici : https://www.chronicle.com/article/5-Takeaways-From-My-Covid-19/248713 et les liens très intéressants de l’article.
  • Enfin, tout ne dépend pas de nous. Beaucoup de nos étudiant·es n’ont pas d’ordinateur personnel (ou insuffisant) ; iels n’ont pas de lieu où travailler, pas de connexion stable, etc. Si nous pouvons et devons continuer de faire pression sur nos établissements pour que cela soit intégré (par l’emprunt d’ordi, par des envois et financements de clefs 4G comme cela a été fait, pour l’intégration des salles informatiques dans les équipements à rouvrir, avec règles de distanciation sociale, etc.), si nous pouvons et devons concevoir des dispositifs pédagogiques flexibles, avec des roues de secours pour un maximum de configuration
  • J’insiste sur ce point : nous, enseignant∙es-chercheru∙ses, n’avons pas les moyens de résoudre ce problème matériel. Sachons distinguer ce que nous pouvons et devons faire, ce que nous devons faire remonter, et ce qui n’est hélas pas dans nos mains – nous en serons plus efficace ou plus satisfait∙es et moins en burnout.

Nos étudiant·es savent quels sont leurs besoins et viennent d’avoir l’expérience de ce semestre en distanciel de catastrophe. Demandons-leur ce qui a marché et ce qui ne convient pas (sachant que les besoins et problèmes sont différents en fonction des gens, des disciplines, des niveaux, des établissements…) et mettons nos idées en commun (#entraide #KropotkinFoerever). En nous rappelant que sur cette question comme sur beaucoup de questions pédagogiques, il n’y a pas de solution magique et que chacune doit être adaptée à nos situations d’enseignement.

Je restitue donc ici la discussion qui a eu lieu sur Twitter, en grande partie sous l’hashtag #LaFacADistance (merci @6amart6), en remerciant très sincèrement toutes les personnes qui y ont participé, listées ci-dessous. J’ai essayé d’attribuer au maximum les idées, parfois collectives ou dialogiques, et de les créditer quand leurs auteur·es m’en ont donné la permission, en citant les tweets en les éditorialisant a minima. Mes excuses, vous étiez tant que j’ai très probablement oublié des gens dans la multitude des belles réponses.

https://www.flickr.com/photos/bobarc/43967610224/in/photolist-29ZguHf

Big Learning Steps, by Rob Deutscher, 2018
Teaching and Learning Building, Monash University. Architect: John Wardle

Pour chacun.e d’entre nous

1. Créér et maintenir la relation enseignant·e / étudiant·e

  • Des rencontres (pouvant être visio) en petit groupe pour faire connaissance et instaurer la relation de confiance, notamment avec les nouveaux et les L1 (@Chouyo)
  • Des horaires de permanence hebdomadaire aussi en visio, pour garder un maximum de contact et être accessible à celleux qui rencontreraient des problèmes. Et quand ces permanences sont pour répondre aux questions sur le cours, laisser un peu de temps pour « digérer » (@FrançoisLevrier) !
  • Des tchats dédiés, pour comprendre collectivement les difficultés et ne pas hésiter à en parler pour ajuster (@GoLuluGogo)
  • Les liens importants et adresse mail de contact dispo et visibles partout, tout le temps. (@Chouyo)
  • Une vidéo d’accueil du cours, en particulier pour les L1
  • Des accusés de réceptions des travaux, permettant de limiter le stress (@mcbd, @Chouyo, @WritingRg)

2. Accompagner la création d’un collectif

  • pour des L1 en particulier, mais pour les autres aussi, il faut favoriser le contact entre étudiantEs voire le travail de groupe, y compris sur les rendus (éventuellement en optionnel, @edragone18). Ce n’est déjà pas toujours évident en présentiel mais c’est gage d’entraide et donc de ne pas uniquement se reposer sur les enseignant·es. Cela aide aussi à la motivation (@GoLuluGogo). Cela peut aller avec un outil de type réseau social dans l’ENT (@melpicard) et selon plusieurs modalités : rendre un devoir commun, partager une lecture, échanger dessus, partager des incompréhensions, se relire (@ChRabier). L’idée est d’avoir un relais à l’enseignant·e et que le cours vive entre étudiant·es. De favoriser la cohésion et l’aide pour la réussite de toustes (@GoLuluGogo).

3. Les cours eux-mêmes

  • Un syllabus clair et complet pour chaque cours (@melpicard)
  • Prendre un maximum de groupes de TD associés quand on fait le cours d’amphi pour permettre du face-à-face (oui, collègues PR, vous aussi). Car, comme le souligne @GoLuluGogo, les TD auront une vraie fonction de lien social. Sans lien et sans confiance mutuelle, le distanciel est pénible pour les enseignant·es et les étudiant·es.
  • Enregistrer une partie du cours par oral (@edragone18) pour aller avec le PDF et/ou les diapos
  • L’explication des cours en version vidéo (@49Lyloo05), en se rappelant des contraintes de connexion de certains étudiant·es et des difficultés à charger des fichiers lourds, ainsi que des recommandations des études de pédagogie sur le fait qu’il faut éviter des vidéos longues (<15 mn), inefficaces sur le plan de la transmission et de la rétention des informations. Bien cibler donc.
  • Un mélange entre éléments synchrones (nécessaires, @adelinedurandm) et asynchrones
  • La mise à disposition de tous les documents nécessaires numérisés (dont les ouvrages)
  • Offrir des exercices d’application pour la mise en pratique du cours et pas une simple lecture (@edragone18)
  • Donner un temps indicatif pour certains travaux et cours (prévoir 15min d’écoute pour cette capsule, 25 si prise de notes etc.) (@Chouyo)
  • Donner des documents et des travaux facultatifs, pour celleux qui peuvent, veulent, voire en ont besoin, ainsi que des ressources supplémentaires en libre accès (@edragone18)
  • Si possible, une barre de progression de la tâche/cours par rapport au déroulé du semestre. (@Chouyo)

4. Les examens

  • Construire les examens en fonction (@anthropolegiste) : par exemple en valorisant les questions métacognitives, comme « qu’est-ce que ma matière peut vous apporter»« quelle est votre opinion sur le sujet du cours ?» comme les questions de réflexion (@claireplacial)

5. De la souplesse et de l’attention aux plus vulnérables

  • Des créneaux, rendus, dispositifs de secours pour être le plus flexibles possibles, pour que les étudiant·es ne fassent pas les frais de pannes de connexion, souci matériel, maladie, mise en quarantaine subite, etc.
  • De manière plus générale, augmentation des boucles rétroactives ! Isolé·es, les étudiant·es ont encore plus besoin de retours de la part des enseignants et de motivation/réconfort. (@stperret, @49Lyloo05). Voir qui décroche, n’ose pas poser de question, ne parvient pas à se connecter pour pouvoir agir de manière ciblée.
  • Être particulièrement attentif.ve aux étudiant·es handicapé·es (@adelinedurandm) et intégrer leurs besoins dans le design du cours (voir par exemple les enjeux d’accessibilités pour les étudiant·es sourd·es, si on n’a pas de vrais moyens mis sur les sous-titres, aveugles et mal-voyant·es sur les diapos (@Anne-GE).
  • Être aussi attentif.ves aux étudiant·es plus vulnérables : étudiant·es étranger·es, de première génération etc.
  • Prendre en compte l’impact psychologique de la situation sur les étudiant·es y compris du retour en présentiel, dans ce qui peut aussi être un lieu nouveau (@adelinedurandm, @Angryotterr)
  • S’assurer que les étudiant·es en fracture numérique puissent recevoir les cours et participer au cours le plus possible (@edragone18, @6amart6).

À l’échelle de l’équipe pédagogique :

De la coordination, de la coordination, de la coordination

  • Un calendrier clair et donné à l’avance (sur un ou deux mois dans l’idéal, voire plus) pour les dates de cours, de TD, les dates de rendus, etc., partagé (@stperret, @gaydrian_smith, @adelinedurandm, @Angryotterr, @edragone18, @Anne_GE, @WritingRg) et UTILISE par les membres de l’équipe et partagé avec les étudiant·es
  • Une attention collective donnée à la charge de travail globale des étudiant·es (@FrancoisLevrier)

À l’échelle de l’établissement

  • Travailler avec les services informatiques et les services d’appui pédagogiques pour le choix des outils, les questions d’équipement, de connexion, de soutien logistique, etc.
  • Idem pour les questions d’accessibilité (sous-titres, question des illustrations etc.)
  • Se mettre en lien avec les services handicap pour travailler à l’accessibilité (@adelinedurandm)
  • Demander que l’université propose un outil de communication collective (libre) pour ses étudiant-es (un Mattermost par ex.) ; sans quoi celleux qui ne sont pas sur facebook vont être complètement écarté·es d’un groupe « promo ». (@Anne_GE)
  • Demander que l’université ait réglé leurs logiciels sur les prénoms d’usage. (@Anne_GE)

Et beaucoup, énormément, à la folie, toujours plus, jamais assez, de bienveillance (@stperret, @edragone18)

Enfin, la plupart de ces belles idées sont des pratiques que nous enseignant·es devrions DE TOUTE FACON, adopter en temps dit normal et en présentiel…

Pour compléter  ce rapide panorama de propopositions, nous vous invitons à continuer à faire vos propositions #LaFacÀDistance sur la plateforme ci-dessous.

Merci de votre aide !

Formulaire #LaFacÀDistance
  1. Je vous renvoie à ce que font @slamteacher et @jessifer sur Twitter ou le blog https://www.jessestommel.com. []

3 réflexions sur « #LaFacÀDistance – ou imaginer notre pédagogie en télé-enseignement »

  1. Merci Myriam pour cette synthèse instructive. En modifiant un peu le vocabulaire, ces retours d’expérience sont pour la plupart d’entre eux aussi valables dans le secondaire (quand les prérequis matériels sont remplis, évidemment). Et certaines expériences changeront aussi ma manière d’enseigner en présentiel (par exemple la mise à disposition systématique du cours en ligne pour les collégiens, grande aide pour les allophones et les dys… Et aussi les parents.)
    Salutations de Corée.

  2. Réaction négative à l’introduction:
    – Fureur contre cette orthographe inclusive ridicule qui perturbe des étudiants dont l’orthographe est déjà approximative.
    – Arrêtons de « politiser »; Et soyons clairs: il s’agit de réconcilier l’université et l’entreprise. Vive le profit qui permet l’investissement et la Recherche-développement. Ce sont ces entreprises qui embaucheront nos étudiants.
    – Ensuite ce n’est pas un atterrissage en catastrophe mais une adaptation stimulante à de nouvelles circonstances. Cela dit avec cette grève puérile en sciences sociales beaucoup de cours avaient été purement et simplement annulés bien avant le confinement.
    – Enfin je ne peux m’empêcher de sourire en lisant les bonnes intentions sur le dialogue en tête-à-tête: en France, beaucoup trop d’enseignants sont inaccessibles.
    Pour le reste les suggestions sont intéressantes, il faut évidemment qu’il y ait égalité sur le plan technique entre les étudiants et les conseiller un par un sur la manière d’y parvenir.. L’enseignement à distance existe depuis un certain temps, renseignons-nous et ne réinventons pas la roue. Il est aussi une bonne occasion pour que professeurs et étudiants dialoguent, de préférence en dehors des heures de cours quitte à reprendre les meilleures remarques pour le bénéfice de tous ultérieurement. Cela exige évidemment une grande disponibilité des enseignants à des horaires souvent inhabituels Enfin le « tout à distance » n’est pas optimal, il faut, lorsque les circonstances le permettent et en fonction des règlements, se retrouver en présentiel, ne serait-ce que par petits groupes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.