Terrains suspendus jusqu’à nouvel ordre

  • par Saskia Meroueh, Université de Nantes

Frédéric Restagno a présenté dans une lettre à Madame Frédérique Vidal les conséquences désastreuses que la situation actuelle va engendrer chez les doctorant·es en sciences dites « dures ». Ce court texte a pour vocation de compléter cette démarche importante en prenant en compte les spécificités des sciences sociales. Les circonstances actuelles vont avoir des conséquences de très long terme pour les thèses qui s’appuient sur des enquêtes ethnographiques1.

Ces retards ne vont pas se résumer à la seule période de confinement. Une thèse de sciences sociales s’appuie essentiellement sur le recueil de matériaux sur le terrain. La réussite de nos enquêtes est dépendante des liens plus ou moins durables que nous créons avec nos enquêté-e-s, surtout lorsque nous sommes au début de nos recherches.

Le terrain se travaille, se négocie, la présence d’un·e ethnographe ne va jamais de soi, même quand elle est acceptée. Plusieurs semaines sans terrain peuvent remettre en cause notre présence sur ce terrain, fragiliser les relations humaines que nous avions commencé à construire. Les liens que nous tissons avec nos enquêté·es se fondent sur une relation quotidienne, ou du mois régulière, sur le terrain.

Négocier une présence de long terme dans une organisation est déjà un processus long et non linéaire habituellement et nécessite un temps long devant soi. Les consignes sanitaires vont sûrement rendre plus difficiles encore les négociations de présence d’un·e ethnographe dans des organisations quand cette présence est non essentielle à son fonctionnement. La légitimité de notre présence sera sans doute mise à mal par ces consignes de sécurité, notamment par le nombre de personnes maximum par lieu, qui vont s’étendre sur plusieurs mois à partir du déconfinement.

Les conséquences de la crise sanitaire sur la durée des thèses ne vont donc pas s’arrêter le 11 mai, les retards accumulés ne se résumeront pas à quelques semaines de terrain suspendu, lequel reprendrait naturellement son cours une fois le déconfinement acté. Il est probable que l’accès à certains terrains soit compromis jusqu’à la fin de l’année 2020.

Les prolongations de financements sont nécessaires, mais les promesses qui se limitent à deux ou trois mois de prolongation pour les doctorant·es en fin de contrat (et au cas par cas, car les établissements ne peuvent pas financer ces prolongations sur leurs fonds propres) montrent que le problème n’est pas vraiment pris au sérieux. Les doctorant·es, quelle que soit leur année de thèse, vont être retardé·es de nombreux mois dans l’avancée de leurs recherches, du fait de l’absence d’accès aux terrains, mais aussi aux ressources bibliographiques et à leur lieu de travail.

L’angoisse de ne pas mener à bien nos thèses dans les délais impartis, déjà si pesante habituellement, va être décuplée si les promesses de financement de notre Ministre ne sont pas accompagnées du budget nécessaire pour les honorer.

D’après Hilary Allison, The New Yorker

Sur Academia

 

  1. NDLR. Le raisonnement se tient aussi pour les thèses sociologiques, mais aussi historiques, exigeant la fréquentation de fonds d’archives et de collections patrimoniales. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.