Quelles universités télésurveillent ? Une recension participative

Mise à jour : 12 mai 2020

Academia a déjà fait une recension participative des conditions d’études pendant le confinement, des modalités du contrôle des connaissances modifiées en raison du confinement. Nous souhaiterons recenser les usages particuliers de la télésurveillance dont l’usage nous avait semblé pouvant devenir problématique ((Sur Academia, voir Et maintenant la reconnaissance faciale pour les examens ?, 27 avril 2020 et Dans les universités, la tentation de la télésurveillance des examens, sur Mediapart, 3 mai 2020.)). La question se pose d’autant plus que la rentrée ne laisse pas augurer une reprise normale en présentielle ((Même si nous n’avons aucune information à ce stade. Cf. Plan de déconfinement officiel du MESRI, 5 mais 2020.)).

Antérieurement à l’épidémie, les universités suivantes avaient déjà utilisé de la télésurveillance de manière plus ou moins ponctuelle (liste à compléter) : France Université Numérique (pour les MOOC), Université de Caen Normandie, Sorbonne Université, Université de Bourgogne (très ponctuellement), Université de Lorraine (très ponctuellement).

Depuis l’épidémie, cette liste s’est allongée (voir le détail ci-dessous). Des débats assez vifs ont eu lieu dans plusieurs universités sur ce sujet au mois d’avril, à l’occasion des modifications des modalités de contrôle des connaissances. Sous réserve d’autres informations, le constat que l’on peut faire à ce stade est le suivant :

  1. Un grand nombre d’universités n’évoquent pas la télésurveillance dans leurs MCC modifiées, soit qu’elles fixent d’autres conditions de tenue des examens, soit qu’elles laissent les composantes libres de déterminer ces conditions.
  2. Seules quelques rares universités ont indiqué expressément repousser la télésurveillance dans leurs MCC. C’est le cas de l’université Paris-Saclay (« Remplacement des épreuves écrites par un devoir à distance, sans télésurveillance »).
  3. Plusieurs universités ont choisi d’ouvrir expressément la possibilité de recourir à de la télésurveillance, ce qui ne signifie pas toujours que celle-ci est pratiquée (choix des composantes).  C’est le cas d’AMU,  de l’université de Rennes-1 (mise en œuvre confirmée), de l’université de Bourgogne (mise en œuvre ponctuelle antérieure à l’épidémie) ou de l’université de Rouen Normandie (pas de mise en œuvre connue à ce stade).
On voit donc que la télésurveillance n’est pas encore une pratique généralisée dans les universités françaises, en dépit des préconisations de la direction générale de l’Enseignement supérieur et de l’Insertion professionnelle (DGESIP) qui la recommande vivement depuis le début de l’épidémie. Cependant, l’épidémie de covid-19 aura fortement contribué à sa progression, et c’est très inquiétant.

L’année prochaine sera une année charnière. Les décisions stratégiques à ce sujet sont prises ces jours-ci dans les universités, dans le cadre de la préparation de la prochaine rentrée universitaire.


Universités pratiquant plus ou moins regulièrement la télésurveillance

  • Université Rennes-1. Voir brève de France-bleue, 5 mai 2020

Une problème cependant se pose avec le consentement étudiant.

  • Aix-Marseille Université. AMU a refusé de recourir à la télésurveillance pour des raisons politiques et budgétaires. Toutefois, le Centre de télé-enseignement Sciences y fait recours pour 22% de ses examens. Cela fut fait contre l’avis de la présidence, contre celui de l’équipe pédagogique consultée à ce sujet le 20 avril 20201 à son emploi – avec une anonnce de coût de 1€/étudiant·e/examen,contre 10€ effectifs. Le message reçu par les étudiant·es le 5 mai laisse penser à une autre interprétation de la Direction.
Précisions apportées à la demande de Valérie Roubaud, maître de conférences et chargée de mission pour les formations en enseignement à distance de l’UFR sciences

L’utilisation de la télé-surveillance au CTES (Centre de TéléEnseignement en Sciences) d’AMU n’a pas débuté, en 2020, suite au COVID-19.

Des utilisations ponctuelles ont déjà eu lieu en 2018-2019, celles-ci s’inscrivant dans le cadre du projet européen ERASMUS + OP4RE (online proctoring for remote), la participation à ce projet ayant été validée par l’Université.

Le refus d’AMU de recourir à la télésurveillance apparait dans le « Guide des examens- Situation exceptionnelle COVID 19 »; mais ce guide ne concerne pas l’enseignement à distance. Je cite: « Ce guide concerne les licences, licences professionnelles et masters (Hors formations dont le semestre impair n’a pu être évalué en totalité avant le confinement et les formations traditionnellement à distance) ».
L’utilisation de la télésurveillance pour la session 1 des examens au CTES a été décidée par la direction de l’UFR sciences. Le conseil de l’UFR, le 25 avril puis le CFVU, le 7 mai, ont voté cette décision.

Le  texte proposé par l’UFR et voté par le CFVU est le suivant:

  • Les examens de première session en distanciel, selon le choix de l’équipe pédagogique, soit par contrôle continu intégral, soit par examen terminal surveillé à distance. Dans le cas d’un examen terminal surveillé à distance, l’identité de l’étudiant sera vérifiée (présentation de carte d’identité, photo…). Il sera fait appel à une entreprise extérieure pour cela, l’étudiant est pris en photo de manière aléatoire par sa webcam (surveillance asynchrone), mais en aucun cas il ne sera fait usage d’un logiciel “prenant le contrôle” de l’ordinateur de l’étudiant.
  • les examens de seconde session en présentiel après les vacances d’été, sous réserve de la possibilité de les organiser au vu des contraintes sanitaires qui seront en vigueur.
  • Les étudiants qui sont en « fracture numérique” ou qui émettent le souhait de ne pas voir leur identité vérifiée devront se signaler dans les délais qui leur seront indiqués par email. Les étudiants qui se seront ainsi signalés, et qui seraient ajournés ou absents justifiés à la seconde session pourront participer à une session exceptionnelle organisée après la seconde session. »

Je vous précise également que le coût est de 1€/étudiant·e/examen,contre 1, 5€ effectifs et non 10€.

  • Université de Caen-Normandie : a un partenariat avec l’entreprise Managexam depuis 2017, étendu depuis le confinement.
  • Université de Rouen NormandieMCC modifiés, p. 9.
    Sur une liste interne, il a été précisé ceci:
    « La possibilité de recourir à de la télésurveillance des examens a été beaucoup mise en avant ces derniers temps. Toutefois, ce type de dispositif est à réserver à de très petites promotions ou pour des cas extrêmement spécifiques (FTLV, handicap…). En effet, ce service représente un coût non négligeable, il nécessite une préparation des épreuves bien en amont (dont une série de vérifications organisationnelles et techniques) et il pose aussi la question de la surveillance par l’image sur le lieu de confinement des étudiants. En dehors du recours encadré et autorisé par l’établissement à une modalité de télésurveillance, ou de la tenue d’une épreuve orale en format “classe virtuelle”, nous rappelons qu’il est totalement interdit d’imposer à un étudiant une surveillance par l’image lors d’un examen à distance en ligne (webcam de l’ordinateur, caméra du téléphone…).Des solutions de ce type ont pu être rapportées récemment dans une dépêche AEF, notamment par des écoles privées, mais sont totalement proscrites par l’Université de Rouen Normandie ».
  • Université de Lille. Non mentionnées sur les MCC modifiés, mais apparemment en usage
  • Université de Paris-2 Assas. Article sur Vice, 4 mai 2020
https://www.flickr.com/photos/77585885@N08/48205811842/in/photolist-2grMooW-Rbhm7c-25dmkPm-2ikpapT-j9msdc-272VVjy-2cENHhE-2gZiGud-KzUEyA-vd9HQy-YwSwqG-vsH6j6-faE8Ec-h7hR5n-2hD7Evc-h7hQeV-h7jgSV-6XXVsU-FkqyHj-mUy6VK-21yHZAi-FuQMBJ-2cAkK6g-adxKqk-2h4j6K8-YeRo9F-hjeVT-2hnApcy-Kmm92U-ReR4sW-2hGURsE-Jxa2cG-q56i16-56ierT-bh4XF-75F9G-6VhL3B-9Phvg1-DPpegc-LSGoR-Jtyyez-7Qsv2y-mt36LC-3GPMGo-2b2rY9W-rMLUMN-4geSQp-6c3vu1-EAfeV-Jxu5KT

Ioannes Thyrsus, MCMLXXXIV. 1984

Universités comportant des clauses dans leurs MCC mais ne pratiquant pas

  • Université de Bourgogne. MCC modifées, 17 avril 2020, p. 4.
  • Université Paris-Saclay. MCC modifées, 10 avril 2020, p. 5.
  • IEP de Rennes travaille avec TestWe (mais ne semble pas se diriger vers de la télésurveillance),
  • Université Paris X – Nanterre, travaille avec TestWe (mais ne semble pas se diriger vers de la télésurveillance),

Universités ne recourant pas à la télésurveillance

  • Université Versailles Saint-Quentin, n’a pas modifié ses MCC.

Hors Universités

  1. qui a voté à 11 contre 10 (21= votants au total. []

2 réflexions sur « Quelles universités télésurveillent ? Une recension participative »

  1. Ping : Télésurveillance à l’université : quand la crise du COVID est prétexte à l’extension de procédés intrusifs – drdpositif

  2. Ping : Télésurveillance à l’université : quand la crise du COVID est prétexte à l’extension de procédés intrusifs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.