Démonstrations. Newsletter du 27 avril au 3 mai 2020

Version .pdf

Cette semaine, faute d’être consacrée aux manifestations, fut celle des démonstrations.

Démonstrations du 1er mai. Le gouvernement ne baisse pas les armes, alors que se discute aujourd’hui le prolongement de l’état d’urgence sanitaire. Academia et Mediapart s’est inquiété des dispositifs de télésurveillance favorisés par la DGESIP. Chercheurs et chercheuses ont mis en évidence une nouvelle banalisation des atteintes aux droits et libertés. « Mais maintenant c’est devenu assez. À bas les masques, il est temps de détruire leurs maisons, ces maisons qui nous enferment chez nous et dehors », écrit Pérola Milman.
À défaut, certain∙es d’entre nous ont pu manifester à pied ou en voiture, à Paris, Aix ou Marseille, mais pour l’essentiel nous avons fait prendre de talent et d’imagination, avec des Playmobil, des émoticons, des brins de muguets, des figurines de police ou de Star Wars, des revues miniatures ou de policiers, pour nous retrouver sur la place du Capitale, la place de la République, dans la rue Descartes ou dans l’espace. Ceci pour rappeler au gouvernement qu’« On est là ».

Démonstration de force ou de talent ? La saga des modalités de contrôle des connaissances (MCC) de l’Université de Paris-1 Panthéon Sorbonne continue de nous tenir en haleine depuis la première réunion de la Commission de Formation et de la Vie étudiante (CFVU). Position de principe avant la réunion du 30 avril, proposition préparée à par une majorité de conseillers, mais exclue du vote en pratique, communiqué et analyse du coup de force opéré par la présidence – qu’on peut qualifier, à l’instar de la FSU grenobloise de « votus interruptus » : nous avons été tenu∙es en haleine toute la semaine, alors que d’autres universités, comme Toulouse Jean Jaurès, votaient leurs propres MCC. La séquence a permis à la communauté universitaire d’affermir le rôle et de confirmer la compétence de la CFVU comme instance universitaire et de réinstaurer, s’il en était besoin, les organisations étudiantes comme membres décisionnaires à part entière des universités.

Démonstrations de (dé)confinement. Tous et toutes nous nous préparons au déconfinement, sans comprendre vraiment l’expérience quotidienne qu’elle va représenter. Entre le jury du CAPES d’histoire-géographie qui ne conçoit pas faire passer le concours sans oral, le délégué régional du CNRS qui se réjouit de l’intensification de la recherche en Rhône-Alpes – sans se soucier de considérer l’approfondissement des inégalités de genre qui s’opère – et les écoles doctorales qui mettent, pour certaines, la publicité des soutenances de thèse un peu trop vite mises sous le tapis, les exemples ne manquent pas sur le lot d’incertitudes qui nous attendent et les combats que nous devrons mener pour les semaines et les mois à venir. Nous ne serons sans doute pas aidé∙es par le MESRI, dont le plan de déconfinement est à bien des égards très flou.
Faisant le constat des logiques de densité étudiante et d’échanges mondialisés, qui ont prévalu jusque -à, et de sous-dimensionnement de l’équipement numérique de l’ESR français, Yann Bisiou n’est guère optimiste sur le jour d’après. Et ce, d’autant qu’aucun budget n’a été prévu, comme s’en inquiète le sénateur Ouzoulias dans sa question écrite à la Ministre et comme s’en moque Sauvons l’Université. Outre-Manche, c’est d’ailleurs des pratiques d’emploi ignobles que l’épidémie met au jour. Après l’anxiété, normale du temps de confinement, il faut donc retrouver le sentiment de colère et se préparer encore à la défense des services publics, et à toutes les luttes contre les discriminations, le rappellent Marie Dasylva ou IAM, l’égalité salariale, un traitement digne et juste des universitaires et les libertés publiques.

Car un nouveau printemps est proche. En dépit de la triste nouvelle de la mort de Shady Habash, 24 ans, dans les geôles de Sissi pour avoir réalisé le clip d’une chanson, et du prolongement de l’incarcération de Fariba Adelkhah et de Kylie Moore-Gilbert en Iran, nous pouvons nous réjouir à la fois de la floraison somptueuse, des chansons de lutte, et surtout de la sortie du coma de l’étudiant lyonnais qui s’était immolé en novembre dernier. À quelques heures de la sortie du confinement, il est temps de nous souvenir, à la suite d’Yves Cohen, que :

« La dissidence féconde est le cri du jour ».

https://www.flickr.com/photos/szpako/18926271308/in/photolist-uQs65y-RDmVuU-6g27fh-8fcxLA-RTxVFG-5TKfDr-dZHDsy-2iUmeCg-2hvUuHP-28kyTJL-bny8nm-6e5KcT-3ZeEp-QhkbYP-3GyyW-9reJ2M-CFbhXd-7uozSz-6ejN2S-9dNEyp-qCkP7N-2bnFY-7u9NR9-rh76tu-32Y4TD-4CCQHd-4CCPvm-4CCTHE-4CCNfL-4CCNTJ-LbcCCB-4CyFTk-h9fYK-4CyFjc-4CCUTQ-4CyDz4-qyDgiz-4CCRXu-4CCRmj-4CCMBb-4CyBLn-87YfFm-4CyEHg-4CCT8q-2iBJn6V-LghWtk-5HJnQZ-87V3mF-bBh9Dg-dqeDGs/

Dissent, by Michael Szpakowski, 2015

Nous sommes toujours dans l’attente d’une réponse de la Ministre à notre appel, solennel à ne pas prendre de mesures non-urgentes pendant le temps du confinement, mais nous ne manquons pas de soutiens et de signatures à notre pétition – près de 17 500 ce jour –  de lecteurs et de lectrices en avril 2020– près de 74 000 visiteurs et visiteuses uniques, 113 000 visites, 215 000 pages vues. Cela confirme le rôle d’Academia d’information et de mise en débat des dispositions d’emploi et de travail au sein de l’enseignement supérieur et de la recherche. Nous accueillons Léa Alexandre au sein de l’équipe. Pour toute suggestion de publication : écrire à l’équipe de rédaction d’Academia.

Analyses

L’ESR dans la tourmente de l’état d’urgence sanitaire 

Actions

Confinement Covid-19 : liberté, égalité, solidarité

Témoignages

Prises de position, tribunes et communiqués

Revue de presse

Poétique de la grève ou du confinement

Manifestations du 1er mai

Plutôt en rire

Ailleurs en Europe et dans le monde

  • MONDECOVID-19: A statement of academic solidarity – La pandémie COVID-19 a transformé tous les secteurs de la société, y compris l’université. Une déclaration a été signé par de nombreu·ses universitaires pour exprimer la solidarité avec tou·tes celleux qui luttent pour une université plus juste. Les signataires reconnaissent les difficultés économiques actuelles, mais elles craignent que les restrictions budgétaires n’exacerbent les inégalités existantes dans les universités, qui, dans de nombreux cas, n’ont fait que s’aggraver depuis la crise de 2008.
  • ROYAUME-UNI – 28/04/2020 – Covid-19 shows up UK universities’ shameful employment practices (Le covid-19 dévoile les pratiques honteuses des universités britanniques en matière d’emploi) – The Guardian

Liste de discussion internationale :

highereducationdissentnetwork@framalistes.org

Description : As dissent initiatives and strike movements take place in European universities and research institutes, the discussion list aims at a better coordination at EU scale – and beyond Pour s‘abonner

https://framalistes.org/sympa/subscribe/highereducationdissentnetwork  

Information en Europe – Plusieurs collègues ont traduit une courte présentation de la mobilisation française, en attendant une couverture presse internationale ou des textes plus approfondis en anglais ou dans d’autres langues : ***The French strike in on***


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.