Dissidence

De nombreux pays de par le monde voient leur population entrer en dissidence. Dissidence comme prise d’écart, mais aussi comme proximité avec la dissidence soviétique : une action indignée en personne, partagée avec d’autres affligées et affligés de la même complexion, dans la mesure où c’est la seule chance de retrouver un accord avec soi-même. Il peut y avoir dissidence en régime démocratique.

Son insistance, sa répartition à travers le monde, montre que les formes classiques de la démocratie sont parvenues à une impasse, ou du moins qu’elles ne suffisent plus à absorber la discorde qu’elles créent au plus profond du social. La protestation ne se suffit plus des offres de la démocratie représentative, ni des tentatives d’adaptation institutionnalisée de celle-ci comme la « démocratie participative ». Elle invente délibérément d’autres formes de démocratie : la réunion des diversités et des désaccords en des lieux appropriés pour l’occasion comme des places et des ronds-points, pour y mener dans le même mouvement l’action, la délibération, la rencontre et la vie quotidienne – et où brille la présence active des femmes. Nous avons assisté depuis le soulèvement tunisien de 2010 à une extraordinaire vague de tels mouvements de démocratie directe dans le monde, de défection, de dissidence créative.

De leur côté, les puissants sont ulcérés par ces prises de liberté qui ne suivent plus les lignes tracées pendant des décennies, sinon des siècles, pour rendre vaille que vaille mutuellement compatibles le pouvoir économique du capital et les intérêts des exploités, et éviter les insurrections. Or ce sont bien ces puissants qui ont rompu et qui persistent à rompre ce qui reste des formes de respect et de défense du travail, de protection des faibles, de solidarité entre les statuts et les âges, de négociations formalisées entre représentants des uns et des autres, le plus souvent en présence de l’Etat qui se présente alors comme arbitre. En France, on voit trop bien l’effort d’en finir avec la protection sociale fondée sur la solidarité entre les travailleurs pour mieux réduire l’interlocuteur des capitalistes à l’état d’individu – conditionné comme il faut et, par exemple – découverte récente –, confiné. Le néolibéralisme ne supporte pas l’invention de formules démocratiques visant à restaurer et à renouveler en présence le lien social qu’il a délibérément brisé. C’est dans le monde entier que s’est déployée la répression inouïe, par la dictature, par le néofascisme, par la torture, par la guerre, par le LDB, des nouvelles agoras égalitaires, horizontales, instituantes, sinon instituées.

https://www.flickr.com/photos/szpako/18926271308/in/photolist-uQs65y-RDmVuU-6g27fh-8fcxLA-RTxVFG-5TKfDr-dZHDsy-2iUmeCg-2hvUuHP-28kyTJL-bny8nm-6e5KcT-3ZeEp-QhkbYP-3GyyW-9reJ2M-CFbhXd-7uozSz-6ejN2S-9dNEyp-qCkP7N-2bnFY-7u9NR9-rh76tu-32Y4TD-4CCQHd-4CCPvm-4CCTHE-4CCNfL-4CCNTJ-LbcCCB-4CyFTk-h9fYK-4CyFjc-4CCUTQ-4CyDz4-qyDgiz-4CCRXu-4CCRmj-4CCMBb-4CyBLn-87YfFm-4CyEHg-4CCT8q-2iBJn6V-LghWtk-5HJnQZ-87V3mF-bBh9Dg-dqeDGs/

Dissent, by Michael Szpakowski, 2015

Le moment actuel est dès lors celui d’une triple bascule : la bascule néolibérale qui voit les populations utiles réduites à des individus confinés à la merci des GAFAM et les populations inutiles abandonnées, sinon livrées à la mort ; la bascule de la révolution féminine qui voit les femmes prendre une part décisive dans toutes les formes du social et de la protestation, et devenir le centre du politique ; la bascule écologique qui voit l’urgence d’engager des pratiques massives pour échapper à la catastrophe planétaire accéder au statut d’évidence. L’échelle est celle du monde, comme celles du local et de l’intime : la vague des mouvements des années 2010, à laquelle appartiennent les gilets jaunes, est rejointe par une pandémie qui fait signe du prochain bouleversement écologique.

La dissidence féconde est le cri du jour.

Yves Cohen


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.