Le recrutement des enseignants ne peut se faire sans épreuves orales. Lettre ouverte des 115 membres du jury du CAPES externe d’histoire-géographie

En réaction aux annonces faites le 15 avril dernier par le ministère de l’Éducation nationale et de la jeunesse concernant les aménagements envisagés pour la session 2020 des concours de recrutement de la fonction publique, et plus particulièrement des concours de l’enseignement (transformation des écrits d’admissibilité en écrits d’admission et suppression des oraux disciplinaires), vous trouverez ci-joint une lettre ouverte signée par 115 membres du jury du CAPES externe d’histoire-géographie faisant part de leurs inquiétudes quant aux conséquences de telles mesures à court et à long terme, et demandant conséquemment le rétablissement d’au moins un oral disciplinaire (épreuve indispensable pour évaluer la capacité des candidats à enseigner) pour la session 2020.

Le recrutement des enseignants ne peut se faire sans épreuves orales

Dans la situation actuelle de pandémie de COVID-19, les enseignants ont dû tenter d’assurer depuis plus d’un mois maintenant la « continuité pédagogique » avec leurs élèves ou leurs étudiants, affrontant des difficultés techniques, sociales et émotionnelles que cette période rend plus brutales encore. La mise en place de ces dispositifs et les difficultés rencontrées n’en ont rendu que plus évidente la nécessité d’un enseignement en présentiel, passant par la transmission orale de connaissances.
Dans ce contexte, les concours de recrutement des enseignants (CRPE, CAPLP, CAPET, CAPES, Agrégations) ont dû être réorganisés par le ministère de l’Education Nationale et de la Jeunesse. Pour les 180 000 candidats des concours externes dont les épreuves n’avaient pas débuté avant le confinement, il a été décidé que les épreuves écrites d’admissibilité, qui devraient désormais se tenir en juin ou juillet 2020, deviendront des épreuves d’admission. Un oral est prévu au printemps 2021, dont on ne connaît pas encore les modalités, mais qui ne sera qu’un oral de titularisation, l’admission au concours ayant été actée sur la base des seuls écrits.

Le CAPES externe d’histoire-géographie est concerné par cette transformation qui nous inquiète profondément, nous membres de son jury signataires de ce courrier.

https://www.flickr.com/photos/timster1973/20431907385/in/photolist-x8uSeg-27cJ4CV-7eqTZG-BNu2y3-EpzEed-RpeCa5-2impr49-KjmE1m-QKFQp1-Povg8y-ECKXFp-DAPMCy-QvCFhs-Eve3ZX-KP2jcy-EYTHj3-FppVQa-DVcC2x-FuBK1m-LgsgNR-PyLEzV-KkboS9-F8j8Ps-2ioUtGi-Ess2HR-ENJE5h-2ioUvAi-6V4Y7W-4niG1A-4A7HCb-4A3t3K-2h9GYto-4neBSv-4A7Hud-4A3te8-2hwFdeS-bY48Gb-SCWABr-KrcqVS-K3WYtC-2h9Epmw-SHVPgd-7Dg7QZ-2h9EpCd-8nnH8b-2h9GYzf-2h9GYHX-arHoEE-2ioVAyi-2h9GYC6

“The world is your oyster”, by Tim Knifton, 2015

Si les épreuves écrites permettent de valider un certain nombre de connaissances académiques, les épreuves orales permettent, pour un métier dont la partie visible s’observe essentiellement à l’oral, d’évaluer en outre les compétences et la capacité des candidats à s’exprimer, à questionner les avancées scientifiques des disciplines, à analyser des situations professionnelles. Ces épreuves orales permettent également d’évaluer la capacité des candidats à se projeter dans leur futur métier, en tant qu’enseignants et fonctionnaires, s’apprêtant à prendre dans quelques mois la parole devant le public scolaire qui leur est confié, c’est-à-dire à faire cours.

Pour prendre la mesure des effets d’une telle décision ministérielle, il suffit d’appliquer le principe de recrutement prévu pour la session 2020 (les écrits valent pour admission) à la session 2019 du CAPES d’histoire-géographie : selon ce principe, 27,9% des candidats admissibles non-admis en 2019 seraient désormais admis et, inversement, plus d’1 candidat admis sur 4 en 2019 ne le serait plus. On le voit, l’impact de cette mesure sur le sens même du recrutement et sur son résultat sera loin d’être marginal. Ces modalités de recrutement, si elles devaient effectivement être appliquées, seraient donc à la fois injustes pour les candidats dont nous ne pourrons pas certifier qu’ils sont les plus adaptés au métier auquel ils se destinent et dommageables pour les élèves auxquels ils feraient cours dès la rentrée prochaine.

Ces conséquences sont d’autant plus regrettables qu’elles sont évitables, puisque d’autres scénarios ont été proposés, permettant de conserver des épreuves orales, qui seraient aménagées de manière à répondre aux contraintes de la crise sanitaire. Leur maintien est la condition nécessaire au respect de l’égalité de traitement des candidats prétendant au métier d’enseignant et à la qualité du recrutement. L’expérience d’épreuves orales se tenant plusieurs mois après la tenue des épreuves écrites a déjà été faite lors de la session exceptionnelle du CAPES 2013/2014, pendant laquelle les écrits d’admissibilité se sont tenus en juin 2013 et des oraux d’admission en juin 2014 : elle n’est donc ni matériellement impossible, ni sans précédent.

Cette décision du ministère nous fait également craindre de graves conséquences pour le recrutement des enseignants à l’avenir. En effet, le risque est grand que cette transformation, qui se veut exceptionnelle, ne serve de galop d’essai pour le CAPES réformé prévu en 2022, qui envisage de limiter le nombre d’épreuves disciplinaires, notamment à l’oral, et de fragiliser la qualité du recrutement des enseignants. Nous ne voudrions pas que des aménagements exceptionnels s’inscrivent dans la durée. Nous tenons à la bivalence disciplinaire de ce CAPES, à ses objectifs scientifiques et pédagogiques.

Nous, membres du jury du CAPES d’histoire-géographie signataires de cette lettre ouverte, réaffirmons notre volonté de faire tout le nécessaire pour assurer le bon déroulement de la session 2020 du CAPES à condition que les mesures d’aménagement du concours soient en cohérence avec notre mission : veiller à un recrutement équitable des futurs enseignants, qui permette de s’assurer de leur capacité à transmettre des savoirs et des savoir-faire à leurs futurs élèves. Nous demandons donc qu’au moins une épreuve orale du CAPES actuel soit rétablie et assurée par le jury, quitte à la reporter au printemps 2021.

Au-delà de nos inquiétudes professionnelles, les modalités de recrutement des enseignants interrogent le rôle des établissements scolaires et des enseignants de demain. Cette question est d’autant plus cruciale que la crise sanitaire actuelle révèle l’importance de services publics de qualité.

Lien vers liste des signataires : Lettre jury Capes 2020 HG Finale avec signataires


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.