Le Ministère et le trou noir de l’évaluation

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #18
← Article précédent

Les débats sur la validation automatique du semestre se poursuivent à l’université Paris1 Panthéon-Sorbonne, après le vote, le 16 avril, d’une « motion » de la Commission de la formation et de la vie universitaire (CFVU) relative à l’aménagement des modalités d’examens et d’évaluation pour toutes les composantes de l’Université. Avec cette « motion », il est décidé

  1. ° l’annulation des examens du second semestre, et la validation automatique de celui-ci, avec comme moyenne pour le second semestre la moyenne du premier semestre ; et
  2. ° l’annulation des rattrapages des examens du premier semestre, et la validation automatique de celui-ci par tous les étudiants concernés avec la note de 10/20.
https://www.flickr.com/photos/devriesd/31080806506/in/photolist-PmvfWf-wx2Xng-27aBt61-CxiDaw-244oKbT-Dc17MU-Dc1gzd-Q9nTTE-nfao7U-JFTLJB-ZeUr8G-SQiPtt-B6afVf-dLLXdT-25bLRZ8-23s4cgj-MmDxEy-QAgQDF-2a47GRf-2bWbkN1-NuMoDb-Peqp9r-Sq99TK-XwxQsU-2bWwUHu-nR4YV2-rJD8QZ-YNWxie-H5Fkv9-PUNEo1-2dQsXfa-2aBfmcV-QjocEW-QzhrAM-JA27zr-SRbWM9-XoX6P9-E5UgJT-Fm1ebw-2cctXXS-26RH1S6-Czh7yt-ptzPz5-2eCYt9Y-22JHSBW-DcgXvr-CVcsb6-qDSNdM-EZbcvA-oMrRwH

Where did that pier go? , by Dale DeVries, 2016

Depuis lors, le ministère fait feu de tout bois, craignant l’effet d’entraînement :

  • mise à jour du « plan de continuité pédagogique » de la DGESIP évoquant le caractère « inadmissible » d’une neutralité de semestre1 ;
  • entretien de la ministre à L’Étudiant, puis à 20 Minutes, annonçant aux universités qui seraient « tentées » de neutraliser le second semestre ou de mettre systématiquement des notes supérieures à 10/20 que « le ministère jouerait son rôle de régulateur et ne validerait pas les épreuves évaluées de cette manière » ;
  • lettre à l’ensemble des présidents d’établissement et aux recteurs excluant « toute action d’ensemble visant à neutraliser purement et simplement le semestre en cours ou à prévoir une validation automatique des enseignements »2 ;
  • et, s’agissant spécifiquement de l’université Paris 1, une heure d’entretien téléphonique de la ministre avec le président Haddad, dont celui-ci s’est vanté devant son conseil d’administration.

Dans le même temps néanmoins, l’offensive menée contre la « motion » de la CFVU de Paris1 a rencontré quelques difficultés. La tentative juridiquement grossière – mais soutenue par l’école de droit de la Sorbonne – de demander au Conseil d’administration « d’arrêter la liste des aménagements possibles aux modalités de contrôle des connaissances » en lieu et place de la CFVU a échoué le 23 avril. Le Code de l’éducation est sur ce point assez clair, en effet : un Conseil d’administration n’a pas compétence légale pour se substituer à une CFVU, tout au plus peut-il « désapprouver » celles de ses décisions qui comportent une incidence financière (article L. 712-6-1, V, du code de l’éducation). Le rapport de forces joue désormais à plein.

Une nouvelle CFVU est convoquée pour le 30 avril, et si celle-ci confirme sa position, le risque est non négligeable que le ministère dégaine son pistolet à deux coups :

  1. ° saisine rectorale du tribunal administratif d’une demande tendant à l’annulation de la décision de la CFVU et suspension immédiate de son application pour un délai de trois mois (article L. 719-7 alinéa 2 du code de l’éducation) ;
    puis
  2. °adoption par la ministre de « toutes dispositions imposées par les circonstances », arguant de la « difficulté grave dans le fonctionnement des organes statutaires des établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel » (article L. 719-8).
https://www.flickr.com/photos/laurent_bastide/40235277335/in/photolist-24isjbc-coTJhQ-2e54NEu-dqRRNf-rZ6Q5F-SEjJ2C-23A6ewi-EddjT7-AoCdrb-H3uteG-BcLfmS-254pXCM-21eSWCm-216M37r-V2GhAW-SoSqA6-22Ut72o-QqPxC3-npjBiq-25rx7o8-Bzg1mc-QbJxj3-21Zkvkz-VvENHC-226rhVH-GUEHzc-aBopb3-PmvfWf-wx2Xng-27aBt61-CxiDaw-244oKbT-Dc17MU-Dc1gzd-Q9nTTE-nfao7U-JFTLJB-ZeUr8G-SQiPtt-B6afVf-dLLXdT-25bLRZ8-23s4cgj-MmDxEy-QAgQDF-2a47GRf-2bWbkN1-NuMoDb-Peqp9r-Sq99TK

Iceland Lighthouse, par Laurent Bastide, 2018

L’affaire est donc à suivre. Mais d’ores et déjà, on peut dire que cet épisode aura été très éclairant :

  1. ° On peut d’abord s’interroger sur les raisons d’un refus aussi catégorique du ministère de laisser les établissements envisager la validation automatique du semestre. Dans un article publié par Academia auquel nous renvoyons, Benoît Kloeckner propose une analyse aiguisée, décelant dans les arguments du ministère tout à la fois la marque d’une représentation bien particulière d’une opposition entre les quelques « meilleurs étudiants » sur un mode viriliste et la masse médiocre des autres, le signe d’une obsession de la continuité administrative et la conséquence du rôle proéminent de tri social de l’enseignement supérieur.
    Dans «Parcoursup 2020: une rentrée sous haute tension ?» publié hier sur son blog, Julien Gossa approfondit cette toute dernière piste d’interprétation, prenant appui sur les projections des effectifs dans l’enseignement supérieur pour les rentrées de 2019 à 2020, (opportunément ?) publiées ce 22 avril par le service statistique du MESRI : si affolement du ministère il y a face aux validations automatiques, c’est parce qu’elles risquent de provoquer une hausse insoutenable des effectifs étudiants, qui viendraient elle-même se combiner à une augmentation du taux de réussite au Baccalauréat du fait des conditions particulières des épreuves cette année. On comprend que tout se détraquerait alors, dévoilant, si besoin était encore, l’extrême fragilité actuelle du système universitaire : comme l’écrit Julien Gossa, on pourrait alors observer une augmentation du nombre de licences devenant sélectives, du fait du mécanisme de Parcoursup ; à cela s’ajoute le fait que les problèmes immobiliers augmenteraient encore, alors même que les obligations de distanciation physique remettent déjà en question la tenue à la rentrée prochaine des amphis des premières années universitaires ; ou encore le fait qu’il faudrait recruter un nombre important de précaires supplémentaires, ce qui à la fois obligerait à recourir à un personnel remuant dans le contexte agité d’une tentative prolongée d’adoption de la LPPR et dévoilerait crûment l’ampleur du sous-effectif universitaire.
  2. ° Les débats sur la validation automatique du semestre remet en outre sur la table la question centrale de l’évaluation. Rarement avait-il été aussi clair que l’évaluation étudiante est conçue au ministère comme une fin et non un moyen de l’enseignement, selon la belle formule de Benoît Kloeckner.
    Il FAUT évaluer, et il le faut non pas pour s’assurer que nos étudiants maîtrisent les connaissances enseignées : il le faut pour séparer les diplômé.e.s des non-diplômé.e.s, et il le faut parce que c’est une condition de « l’attractivité des établissements » tant au niveau national qu’international. Le rapport de l’Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche de 2007 soulignait que la question de l’évaluation est

« apparue importante en ce qu’elle interroge les universités sur le sens qu’elles entendent donner à la question de l’évaluation dans la construction de leur autonomie : les diplômes sont signés par le Président de l’université et par le recteur chancelier au nom de l’État. La recherche du point d’équilibre entre les pouvoirs de l’Etat, de l’université et de ses différentes composantes, qui ont souvent elles-mêmes en matière d’évaluation une tendance particulièrement centrifuge, questionne vraiment sur le sens que prendra à cet égard l’autonomie de l’établissement ».

En régime financier asphyxié par le gouvernement qui refuse d’accomplir sa mission constitutionnelle vis-à-vis de l’accès à l’éducation tout au long de la vie, il le faut envers et contre tout : peu importe que ces évaluations soient entièrement faussées par l’inégalité de nos étudiant∙es devant l’épidémie, du moment que l’on évalue.

Quitte, pour cela, à augmenter plus encore les inégalités, tout en ouvrant massivement le risque contentieux. Car on peut anticiper assez facilement la manière dont les choses vont se dérouler :

  1. ° Faute de neutralisation, les enseignant∙es et les jurys adopteront des politiques d’évaluation extrêmement hétérogènes, certain∙es pratiquant de facto une validation automatique du semestre, et d’autres pas, certain∙es notant de manière très compréhensive, d’autres « comme d’habitude ». C’est le pire des scénarios qui se réalise alors : celui d’une aggravation quasi mécanique  des inégalités entre nos étudiant∙es.
  2. ° Le risque contentieux est massif : non pas seulement du fait des conditions mêmes des examens, que nombre d’organisations étudiantes ne manqueront pas d’attaquer, mais parce que cet épisode rappelle combien l’évaluation des étudiant∙es est le « point aveugle » des universités, pour reprendre le titre d’un rapport de l’IGAENR de 2007. Il faut lire ou relire ce rapport : sous couvert du « cadre national » des diplômes, on évalue, en réalité, n’importe comment et dans tous les sens, et selon des modalités juridiquement très mal assurées.

Pour le dire simplement, le système de l’évaluation est très fragile à tous les points de vue, et il est d’une grande hypocrisie de croire qu’on défend la pureté des principes universitaires en refusant les validations automatiques.

Liens

  1. Notons, pour l’anecdote, que les annonces de la DGESIP Anne-Sophie Barthez sur Twitter ne sont relayées que par les présidences d’Univerité, l’administration du Ministère et … des juristes. En dehors de cet infime fraction, aucun·e autre membre de la communauté universitaire… []
  2. Sur ces deux derniers points, voir la réponse des Facs et labos en lutte, 23 avril 2020. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.