Enquête sur les conditions d’étude en période de confinement auprès d’étudiant∙es de sociologie de l’Université de Lorraine (Nancy)

  • Synthèse réalisée par Simon Paye et Elsa Martin

Ce compte-rendu d’enquête vient s’ajouter à ceux déjà publiés par des collègues des universités de Grenoble, de Nanterre, de Dauphine, de Paris 8, ainsi que de Rennes 2.

À Nancy, le conseil de formation de l’Université de Lorraine a indiqué que « des possibilités d’examen à distance sont bien réelles et opérationnelles. Il appartient à chacun d’adapter l’évaluation au regard des possibilités offertes. » Nous souhaitions avant tout vérifier s’il était possible pour tous les étudiants de poursuivre leurs études à distance et sans interaction en présentiel avec leurs enseignants et leurs camarades de promotion. Sont abordés ici les aspects matériels de la question du travail à distance, ce qui constitue à nos yeux une des bases essentielles pour l’appréhender sereinement.

Méthodologie d’enquête et profil des répondants

Un court questionnaire (19 questions, cf. Rapport complet) a été envoyé à l’ensemble des étudiants de sociologie de Nancy sur leur messagerie électronique de l’université. Nous avons également mis sur l’ENT le lien vers le questionnaire et avons demandé aux tuteurs de relayer l’information sur les réseaux sociaux (Facebook, Messenger).

La première sollicitation auprès des étudiants a été faite le vendredi 3 avril et a été suivie de deux relances (les 6 et 7 avril). L’analyse des données porte sur les questionnaires exploitables à la date du 8 avril. Les étudiants ont donc eu 5 jours complets pour répondre.

On compte 299 étudiants officiellement inscrits au semestre B de l’année 2019-2020 en sociologie à Nancy. Au total, l’enquête en ligne a conduit à la collecte de 210 questionnaires exploitables (sans doublons). Le taux de réponse s’élève à 70,2% (cf. Tableau 1). Ce taux plutôt élevé n’est pas pour autant satisfaisant, puisque nous restons sans nouvelle de 89 étudiants. On ne peut connaître les raisons de leur absence parmi les répondants, mais on peut faire l’hypothèse que la part des étudiants mal équipés pour étudier à distance est plus élevée parmi les non-répondants à l’enquête. Ainsi, les problèmes rencontrés pour étudier à distance seront sans doute sous-estimés dans nos analyses.

Tableau 1 : Nombre d’inscrits et de répondants par année

Effectifs des inscrits Effectifs des répondants Taux de réponse
L1 142 67 47,2%
L2 68 52 76,5%
L3 52 43 82,7%
M1 23 17 73,9%
M2 24 12 85,7%
Ensemble 299 21 70,2%

Le taux de réponse le plus bas se trouve chez les étudiants de première année, qui ne sont que 47,2% à avoir répondu à l’enquête. De manière générale, le taux de réponse croît avec le niveau d’études, pour atteindre chez les étudiants en master 2 un niveau très élevé, autour de 85%.

Il est utile de rappeler que parmi les étudiants en sociologie, plus de 60% sont des femmes et que seule la promotion de master 2 compte plus d’hommes que de femmes (respectivement 6 et 8). Les profils d’âge sont relativement homogènes en L1 et en L2, puis plus dispersés dans les années d’études ultérieures.

Dans le questionnaire, nous avons fait le choix de limiter le nombre de questions pour obtenir un taux de réponse le plus élevé possible. Nous n’avons donc pas inclus de questions visant à objectiver les positions et les trajectoires sociales des étudiants. Une question en revanche permet de connaître leurs conditions de logement et de vie au moment de l’enquête :

  • les trois quarts des enquêtés déclarent vivre dans un ménage de plusieurs personnes au moment de l’enquête ;
  • ils sont un peu plus de 7% à vivre seuls ;
  • ils sont 4% à vivre en résidence universitaire.

Il est difficile de savoir lesquelles de ces situations sont les plus propices pour faire face à l’épreuve du confinement.

https://actu.fr/societe/blocage-facs-metz-de-nancy-cours-annules-reportes-examens-maintenus_16393177.html

Etudiant-es à Nancy (2018),

Principaux enseignements

Consulter des contenus ou déposer des devoirs est permis par l’existence de plusieurs supports de communication internes à l’Université de Lorraine, mis à disposition sur un Environnement Numérique de Travail, supposés favoriser le maintien des liens entre étudiants et enseignants.

  • L’utilisation de la plateforme Arche (plateforme pour accéder au cours en ligne par exemple), notamment à travers ses fonctionnalités les plus exigeantes en termes de qualité de connexion internet, pose problème à un cinquième des répondants.
  • Seuls 17,6% des répondants déclarent avoir une connexion stable, rapide et illimitée.
  • Près de la moitié (44,8%) disent rencontrer des problèmes de connexion sur une ou deux des dimensions qui ont été questionnées (stabilité, rapidité et quantité illimitée).
  • Plus d’un tiers des répondants (37,6%) n’ont pas de connexion individuelle ou, s’ils en ont une, cumulent les trois problèmes de connexion (instabilité, lenteur et limitation).
  • Outre la qualité du réseau, l’équipement personnel des étudiants est aussi variable : près d’un quart des répondants n’ont pas accès à un ordinateur « en bon état« , qui constitue la ressource la plus appropriée pour travailler à distance. D’ailleurs, 7,1% des répondants déclarent n’avoir à leur disposition qu’un smartphone. Or, la possession d’un smartphone ne se substitue pas, pour les étudiants, à l’utilisation d’un équipement adapté (e. un ordinateur en bon état).

Tableau 2 : « Disposez-vous des moyens (ordinateur, logiciels de bureautique et logiciels utilisés dans les enseignements, connexion à Internet…) vous permettant correctement d’effectuer votre travail universitaire à distance (lire, écrire et envoyer ou déposer des documents) ?” en fonction du niveau d’équipement

Non Oui NR Total
smartphone uniquement 40 26,7 33,3 100
équipement insuffisant 17,1 82,9 0 100
équipement adapté 3,1 96,9 0 100
Ensemble 8,1 89,5 2,4 100
  • Plus du tiers des étudiants (38,6 %) concernés par le travail en groupe rencontrent des difficultés pour établir un lien avec leurs camarades.
  • L’étude de la question ouverte relative aux principales difficultés rencontrées pour poursuivre les études à distance pendant cette période de confinement place d’ailleurs en tête ce que nous avons qualifié de « matériel insuffisant (ordinateurs défectueux ou vieillissants et connexion internet souvent limitée, insuffisante ou peu stable) ». Cet ensemble de difficultés est suivi par l’évocation d’un « environnement peu propice au travail (difficultés liées au bruit, à la présence d’autres membres du foyer, au partage des espaces de travail ou des outils, aux distractions nombreuses, à la difficulté à se concentrer, au travail sur plateforme) » puis de ce que nous pouvons désigné comme les « conséquences émotionnelles (manque de motivation, sentiment d’isolement, difficulté à se mettre au travail, caractère anxiogène de la période de confinement) ».

Il convient pour finir de rappeler que cette enquête sur les conditions matérielles de travail à distance n’a traité que des dimensions techniques du problème. En ce sens, nous n’abordons ici que la partie visible de l’iceberg. La dégradation des conditions d’études et de travail liée à l’assignation à domicile provient également de la détérioration des conditions de vie (économiques, sociales, psychologiques) et de l’atomisation des enseignants et des étudiants.


1 réflexion sur « Enquête sur les conditions d’étude en période de confinement auprès d’étudiant∙es de sociologie de l’Université de Lorraine (Nancy) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.