Enquête sur les conditions actuelles d’étude à distance auprès d’étudiants d’Aix-Marseille Université

  • Synthèse réalisée par Corine Eyraud Département de Sociologie,14 avril 2020

Passation des questionnaires réalisée par Caroline Renard (Arts du spectacle et Cinéma), Pascal Romeas et Sylvie Wharton (Sciences du langage), Corine Eyraud, Alice Pavie et Patrick Perez (Sociologie), Estrella Massip i Graupera (Espagnol), Hervé Rostaing (Administration publique), Julien Lefèvre (Math/Informatique/physique) et Clothilde Melot (Sciences de l’ingénieur).

À la lecture du billet de Pierre Merklé (http://pierremerckle.fr/2020/03/la-continuite-pedagogique-vraiment/) diffusé le 26 mars sur son blog, nous avons décidé de réaliser la même petite enquête auprès d’étudiants d’Aix-Marseille Université de différentes disciplines. Pierre Merklé nous a fourni son questionnaire et nous l’en remercions. Nous reprenons ici son analyse et le cheminement de son billet en y intégrant nos propres résultats ainsi qu’un nombre important de réponses aux questions ouvertes, à même de donner une idée de la pluralité des situations concrètes et des difficultés rencontrées par nos étudiants en matière de travail à distance.

Un sondage sur les capacités à suivre des cours et à travailler à distance ? Encore faut-il y répondre…

Le questionnaire de cette mini-enquête a été mis en ligne sur « Ametice » — dénomination pour Aix-Marseille Université de la plate-forme Moodle d’apprentissage en ligne — le lundi 30 mars après-midi, et il est resté ouvert jusqu’au lundi 6 avril minuit. Les étudiant.es ont été invité.es à y répondre par plusieurs messages envoyés par Ametice, et relayés de différentes façons (pages Facebook, emails personnels…). Le choix de mesurer la capacité des étudiant.es à suivre des cours à distance à partir d’un sondage sur Ametice était délibéré : cela devait permettre déjà tout simplement de déterminer la proportion des étudiant.es qui recevraient le message les invitant à répondre à ce sondage, par un canal ou un autre, et qui y répondraient dans Ametice. La non-participation au sondage peut de ce fait être tenue comme un indice d’une très grande difficulté à utiliser les outils les plus simples mis à notre disposition pour faire cours à distance, et qui sont ceux que notre établissement nous recommande très fortement d’utiliser.

De ce point de vue, la conclusion est malheureusement sans ambiguïté, le taux de réponse général au sondage est très faible :

Tableau 1. Le taux de réponse au sondage (en %)

Discipline, diplôme N’a pas répondu A répondu Total (%, n=effectifs)
Licence Arts du spectacle + Master Cinéma 70 30 100 (n=134)
Licence Sciences du langage 57 43 100 (n=366)
Licence Espagnol 66 34 100 (n=96)
Licence + Master Sociologie 63 37 100 (n=323)
L3 Adm. Publique, Parcours Info Com 37 63 100 (n=46)
L1 Math/Informatique/physique 75 25 100 (n=400)
L2 Sciences de l’ingénieur 81 19 100 (n=91)
ENSEMBLE 66 34 100 (N= 1 456)

La capacité à répondre à une demande très simple dans Ametice en huit jours n’est observable que pour un tiers (34%) des 1 456 étudiant.es enquêté.es. Les plus « connectés » ne sont pas forcément ceux que l’on croit : le taux de réponse est le plus bas chez les étudiant.es de sciences (L1 Math/Informatique/physique et L2 Sciences de l’ingénieur).

Avant même d’invoquer des difficultés de connexion liées à la crise sanitaire et au confinement, ou la démobilisation, il faut d’abord tout se demander si même avant le début de cette crise, les étudiant.es utilisaient Ametice. Il nous faudrait donc avoir une meilleure connaissance de leurs usages d’Ametice en « temps normal ».

Principaux enseignements

  • Un accès basique à internet apparemment correct, mais un accès compliqué aux plateformes nécessitant un débit élevé et un ordinateur fixe
  • Des conditions de travail dégradées pour un nombre significatif d’étudiant·es

    Commentaires (extraits) :
    Conditions matérielles

    • Mes sœurs étant respectivement étudiantes en 3ème année de fac et en terminale, il est difficile de travailler dans de bonnes conditions car nous devons partager un ordinateur pour 3. (L3)
    • J´ai des problèmes de connexion puisque ma mère entreprend le télé-travail. Et le réseau est saturé. (L1)
    • Quand mon forfait sera épuisé ou mon débit réduit, j’aurais des difficultés pour envoyer mon travail ou bien même carrément pour accéder à internet et Ametice car je n’ai pas de box WIFI chez mes parents seulement mon forfait internet sur mon téléphone qui me permet de faire des partages de connexion à mon ordinateur. (L2)
    • Je ne dispose pas des logiciels afin d’ouvrir les fichiers audio de mes enseignants pénalisant ainsi ma compréhension des cours. (L2)
    • C’est aussi compliqué car moi qui de base imprime mes cours car je n’arrive pas à réviser directement sur ordinateur, je suis en manque d’encre, par conséquent je ne sais pas si je vais pouvoir tenir tout le long pour imprimer tous les cours car ils sont encore plus longs que d’habitude. (L2)
https://www.flickr.com/photos/31408335@N03/3613747647/in/photolist-pVFLpM-RVf1Jw-SBQuA1-T1iGzM-RXMjiV-6vkpgV-4cMa1C-4cH9Me-nE3SoV-27U7nyM-rXznnp-29Hqqk5-JsxcVX-dAynHL-2dRUbEb-5mrMPM-RNuRQf-mb9eb-T2CNV8-Kc1mAR-2eGNJWW-W4pJjs-Xzv9Bq-5ZFzgi-RzJXtu-Stesuw-2ioVAyi-2ioUtGi-xvBTsU-2ioUvAi-2iMzQZk-4cHayK-4cM9mN-5A2vZj-4cMapu-7cboH3-4cHaCV-8vNWen-8ZMxpD-4cHamD-5vecas-4cHafV-4Eaju3-4cManS-7XCKLp-KdTHbn-pmRinQ-4cM9oN-cHrHFw-VA7CUC/

My old student room, by Harry Hendricks, 2007

Conditions de logement

    • Forcée de rentrer chez moi (domicile familial) il m’est difficile de travailler correctement dû à un non respect de ma vie privée s’ajoutant à cela une très mauvaise ambiance au sein du foyer qui a une très forte influence sur le moral, l’envie/motivation de fournir un travail régulier et correct. (L1)
    • Le cadre du foyer familial ne me permet pas de travailler, pour cause : promiscuité accrue, beaucoup de bruits, impossibilité de s’isoler, absence d’espace physique pour pouvoir travailler, etc. (L2)
    • Le réel problème c’est le calme, je suis confinée avec ma famille et chacun gère son confinement à sa façon, c’est donc extrêmement bruyant…  (L2)
    • Je me trouve confiné chez mes parents et nous sommes assez nombreux. De plus, je n’ai pas de chambre à moi et il y a des enfants qu’il faut gérer. C’est assez compliqué de trouver un moment calme et d’arriver à se concentrer longtemps. Je suis dans un petit village et la connexion à internet est vraiment médiocre, nous ne pouvons pas être connecté à plusieurs sur le réseau hors ma sœur fait aussi ses études et a donc besoin d’internet aussi. (L2)

D’autres commentaires touchent à une situation familiale qui rend le travail difficile : emploi ponctuel qui permet difficilement de libérer du temps aux études : des problèmes de santé ; situation difficile ou anxiogène de proches et des  cumuls de difficultés :

  • Je suis un étudiant handicapé qui enchaîne d’habitude les rendez-vous médicaux et/ou qui manque pas mal de cours car ma santé ne me permet pas de tout suivre sur place. En ayant les cours à distance je pensais que ça irait mieux mais:
    • La situation générale est stressante, comme pour tout le monde, mais ça aggrave certaines douleurs chroniques que j’ai.
    • Ma situation financière est difficile, je ne peux pas rentrer chez ma mère et je dois donc faire avec l’argent qu’elle m’envoie (ce qui limite forcément ma nourriture et donc mon énergie, en plus de provoquer du stress supplémentaire).
    • Je n’ai pas les logiciels nécessaires à mon travail. J’ai dû cracker un logiciel de montage et quand j’ai essayé de cracker l’encodeur il n’était pas compatible avec mon système d’exploitation. De plus, mon ordinateur n’est pas fait pour travailler sur des logiciels lourds, donc même le logiciel de montage est difficile à gérer (alors qu’en salle de montage, le travail était fluide).
    • Je vis dans un 9m² avec une autre personne (restée bloquée avec moi) donc je n’ai pas vraiment d’endroit calme et isolé pour travailler. (M1)

Conclusion

On peut résumer les résultats qui précèdent en un seul tableau très simple, synthétisant les différents critères utilisés pour mesurer la capacité des étudiant.es à suivre des cours à distance.

Tableau 4. Capacités des étudiant.es enquêté.es à suivre des cours à distance en %

N’a pas répondu au sondage 69
Ne se considère pas dans des conditions générales permettant de travailler correctement à distance 10
Se considère dans des conditions générales permettant de travailler correctement à distance 21
Total 100 (N=1 107)

La conclusion reste quantitativement sans ambiguïté : seul.es 21% des étudiant.es sont parvenu.es, en huit jours, à nous indiquer qu’ils/elles se trouvent dans des conditions générales permettant d’étudier correctement à distance.

Pour lire l’intégralité de la synthèse : lien vers le .pdf


1 réflexion sur « Enquête sur les conditions actuelles d’étude à distance auprès d’étudiants d’Aix-Marseille Université »

  1. Ping : Continuité pédagogique, ruptures sociales. Comprendre nos étudiant·es en temps de confinement | Academia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.