Ne pas neutraliser les semestres pairs dans les universités : une consigne de la DGESIP

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #15
Article précédent

Mise à jour 19/4/2020 : lien vers les mesures prises par différentes universités

À mesure que le temps confiné s’étire, les dates des jurys d’examens dans les universités s’approchent, et les questions sur la façon d’évaluer dans les conditions actuelles se font plus pressantes. Comment le faire à distance ? Dans quelle modalités ? comment assurer l’égalité de traitement ? Comment limiter la fraude ? Plus on regarde ces questions, plus les difficultés posées sont évidentes.

Certaines voix se lèvent pour proposer de simplement ne pas évaluer, puisque ça apparaît parfois impossible à faire correctement, et proposent la neutralisation des semestres pairs (les notes de premier semestre servent seules à calculer la moyenne de l’année). Mais si la neutralisation est envisagée à l’échelle des Unités d’Enseignement (UE), par exemple pour des UE de travaux pratiques complètement impossibles à mener à distance, la question de la neutralisation du semestre entier a été écartée notamment dans ma faculté, et je crois assez largement. Sans prétendre que c’est la solution unique à la question de l’évaluation en confinement, il peut paraître curieux que cette option soit écartée plutôt que laissée parmi les possibilités offerte aux formations.

https://www.flickr.com/photos/changfamily168/35852369785/in/photolist-WC9LsD-WFuL6q-rAVja6-223PNtZ-V9VA1U-QwRG1x-6FQRCD-PYeNE2-bYrmJw-fy9ZTH-osxdVS-Ha8h3b-msp8gg-T7qbsX-eUHbwC-CJQ9W2-ZcWeUE-nHDb38-284Gp1f-aWz4LB-cZ1k1w-PaZHLw-eG48t9-SRZVpv-9BdfWK-eXkUcX-eB3R41-LWbJv2-T3vTde-Szbab1-QWeVMA-5UirPF-7ezDY2-KU33x3-eFmN4V-6uu381-d3iCEo-det3Rp-dARmSv-bkkfSR-pGyqhm-LAmHac-oGEoZZ-oDGvBQ-24dNxWd-5KjEji-m1qZer-4xYCBW-8DFYZN-VvoKMT

Moonrise At Walton lighthouse, Liping Photo, 2017

La DGESIP à l’origine

On retrouve en fait la trace d’une origine sans doute déterminante à cette décision dans une consigne de la Direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle (DGESIP), que je n’ai trouvée publiée nulle part sur internet [Ajout : des arguments semblables, additionnés d’une référence à l’accréditation des diplômes, se trouve dans les fiches modifiées le 15 avril, entre la première rédaction et la publication de ce billet -note de l’auteur] mais qui est mentionnée dans une note de cadrage de la Direction des Études et de la Vie Étudiante de mon université, qui nous a été transmise par mon doyen. Voici ce que mentionne cette note :

Concernant l’hypothèse de neutralisation des semestres pairs, la DGESIP nous a indiqué le 08 avril que cela ne doit pas être envisagé ; cette consigne ministérielle est motivée par plusieurs raisons :

    1. « La neutralisation empêcherait toute validation de l’année par compensation des semestres pairs et impairs, ce qui constituerait une difficulté pour les meilleurs étudiants qui ne pourraient faire valoir, durant un semestre, leurs connaissances et compétences
      acquises dans des circonstances exceptionnelles. »
    2. « Elle constituerait la négation même de tout ce que les équipes pédagogiques ont mis en place durant ces semaines et ce, de manière absolument exemplaire. »

On m’a également par ailleurs opposé les arguments suivants :

C. « Dans les cas où les semestres impairs sont plus faciles, un risque de transfert massif de l’année N vers l’année N+1 sans qu’on ait les moyens de gérer un tel flux ; »

D. « Une fraction substantielle d’étudiants n’ont pas pu valider leur 1er semestre à cause des grèves et comptaient sur le 2nd semestre. »

L’argument D a une certaine pertinence, mais ne peut être retenu que pour demander la précaution aux formations, celles qui ont pu fonctionner à peu près normalement au premier semestre ne le subissent pas. L’argument C est limité pour la même raison ; de plus l’expérience passée des examens à distances dans les universités bloquées montre bien que ces transferts serons sans doute plus fort avec une évaluation à distance qu’avec une neutralisation, et enfin il souffre à mon avis d’un penchant excessif pour la realpolitik universitaire. Je m’en tiens là, car je m’intéresse surtout aux arguments proposés par le ministère, et ce qu’ils impliquent.

Premier argument : l’excellence du survivant

L’argument A se décompose ainsi :

  1. la neutralisation empêche la compensation entre semestre (en effet) ;
  2. ceci défavoriserait les meilleures étudiantes et étudiants ;
  3. car ceux-ci auront réussi à apprendre malgré le confinement.

On observe deux choses qui me paraissent très intéressantes, car faisant écho à beaucoup d’autres décisions et discours concernant l’enseignement supérieur. Première chose, le sort de la majorité des étudiantes et étudiants, ceux qui ne sont pas les meilleurs, apparaît comme quantité négligeable : comme souvent, seule la pointe de l’excellence semble présenter quelque intérêt. Deuxième chose, la définition des meilleures étudiantes et étudiants comme ceux qui tireront leur épingle du jeu lors du confinement. Comme si les conditions matérielles, familiales ou mentales difficiles étaient nécessairement réservées aux moins bons, à ceux qui au fond ne sont rien. Comme si la qualité essentielle de l’excellent étudiant était l’attitude du guerrier, qui ne baisse jamais les bras et s’en sort toujours par sa pugnacité (ici, j’ai abandonné à dessein la double flexion pour ne garder que la forme masculine, car je pense que l’image sous-jacente est sexuée au masculin et que l’organisation sociale actuelle fait peser plus le confinement sur les femmes, notamment les besoins accrus en cuisine et soins divers, leur laissant moins de temps qu’aux hommes pour leurs études).

Je suis au contraire convaincu que le confinement pèse de façon variable sur nos étudiantes et étudiants, certainement de façon fortement corrélées à certaines caractéristiques qui ont déjà pesé sur leurs études, mais logiquement indépendantes de ce que nous cherchons à évaluer. Il me semble donc que toute évaluation dans cette période ne peut qu’accentuer les inégalités et brouiller l’information censément constituée par nos notes.

Deuxième argument : l’évaluation comme fin et non comme moyen

Laissant de côté le petit mot doux sur l’exemplarité des enseignantes et enseignants, l’argument B. est extrêmement simple : ne pas évaluer le semestre annulerait en pratique l’enseignement bon an mal an mis en œuvre depuis le début du confinement. Il implique donc que l’évaluation est le seul but de l’enseignement. De la part du ministère de l’enseignement supérieur, ce serait étonnant si nous n’étions pas déjà bien habitué ; au moins deux facettes de cet énoncé sont bien implantée, jusque dans des strates très profondes du système d’enseignement supérieur.

Première facette, la continuité administrative : quoi qu’il arrive, quoi qu’il en coûte, la première chose à assurer est que l’apparence d’un fonctionnement normal soit préservée. De ce point de vue, il est plus important que des notes soient données, qui permettent de faire tourner les rouages administratifs (qui passe à l’année suivante, qui redouble, etc.), que de s’assurer que ces notes sont cohérentes avec les objectifs pédagogiques de la formation. Ce désir de continuité administrative me semble d’autant plus fort qu’on considère des étages élevés de responsabilité, et atteint donc son maximum au ministère, mais il traverse largement toute l’Université. Il nous est à toutes et tous difficile d’envisager une rupture administrative, qui verrait nos décisions altérées jusque dans leur formes, même dans des circonstances aussi extrême qu’aujourd’hui.

Deuxième facette, le rôle proéminent de tri social de l’enseignement supérieur. Considérer l’évaluation comme l’unique objectif de l’enseignement, c’est mettre l’enseignement au service d’une différenciation qui permette de séparer des « bons » de « mauvais », des diplômés de non-diplômés. C’est un principe très en phase avec la différenciation grandissante des établissements, de leurs composantes, des diplômes. Au fond, peut importe au ministère comment nous enseignons et ce que nous enseignons, la seule chose qui importe si on lit ces propos, c’est que l’important est de pouvoir justifier ce tri.

Conclusion : que peut-on faire ?

Le premier rôle de ce texte est d’essayer d’éclairer un peu, par l’analyse de ces arguments de la DGESIP, un certain nombre de décisions et d’orientation passées, présentes, et n’en doutons pas futures. Mais d’un point de vue pratique, que peut-on faire sur cette question, si on pense qu’elle est importante ?

Première chose, la consigne de la DGESIP n’a pas été rendue complètement publique, alors qu’elle aurait pu l’être dans les fiches écrite pour décrire les adaptations de l’enseignement supérieur pendant la crise du Covid-19 [Information obsolète le 15 avril -note de l’auteur]. Il y a peut-être là une conscience que cette position est contestable, il est donc pertinent de faire remonter notre avis à tous les niveaux accessibles (conseils, UFR, présidences, ministère, …) On peut d’ailleurs souhaiter (ou pas !) la neutralisation ou la validation des semestres pairs voire de l’année, comme l’a décidé le 16 avril la CFVU de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne –les conséquences en sont différentes, mais ce n’est pas l’objet de ce texte de comparer ces options.

Deuxième chose, il est possible d’agir plus proche de nous :

  1. au niveau des formations, lors des jurys qui sont souverains et peuvent donc décider de neutralisations d’UE, de semestre, pour tous ou pour certaines étudiantes et étudiants en fonction de leur situation, par exemple s’ils ont été empêché de composer par leur conditions matérielles ;
  2. au niveau des UE, en ajustant nos barèmes d’évaluation, par exemple en notant avec moins d’amplitude autour de 10 que d’habitude. D’une part ça a l’effet d’une neutralisation partielle, les notes moins éloignées de 10 ayant moins d’influence sur la validation de l’année ; d’autre part ça respecte le principe de ne prendre des décisions fortes qu’en présence d’une information fiable; nous savons que les conditions d’évaluation à distance rendent l’information obtenue très peu fiable et bruitée, et on peut choisir d’en tirer des conséquences modérées.

Il y a sans doute encore d’autres moyens de peser sur cette question, n’hésitez pas à les proposer en commentaires.

Artilce suivant →

Lien : Mesures prises pour les examens. Une recension


2 réflexions sur « Ne pas neutraliser les semestres pairs dans les universités : une consigne de la DGESIP »

  1. Ping : Mesures prises pour les examens. Une recension | Academia

  2. Ping : Ne pas neutraliser les semestres pairs dans les universités : une consigne de la DGESIP – SNESUP Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.