Le président de l’Université Bretagne Sud refuse de payer une partie de ses employé·es

Université Bretagne Sud. Communiqué intersyndical du 10 avril 2020

Le 9 avril, M. Jean Peeters, président de l’Université Bretagne-Sud, a réitéré dans un courrier envoyé à l’ensemble de la communauté enseignante sa décision de différer la rémunération des Chargé·e·s d’enseignement vacataires (CEV). Ces enseignant·e·s vacataires disposant d’un emploi principal participent pourtant pleinement à la « continuité pédagogique » depuis la fermeture physique de l’université.

Le président de l’UBS argue d’une « décision unilatérale et nationale de la [Direction générale des finances publiques] affectant toutes les universités », ajoutant que « la DGFIP demande à différer le paiement des heures effectuées dès le retour à la normale ». Aucune source n’étaye ces propos. Le Vademecum FAQ administratives MESRI de la Direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle (https://services.dgesip.fr/T712/covid_19) contient pourtant des informations précises à ce sujet.

La fiche Continuité des opérations de paye des personnels relevant du MESRI indique clairement que le paiement des CEV est « possible sous réserve d’une mobilisation effective ». Charge donc aux universités de réaliser cette opération de paie en envoyant avant le 15 avril à la DGFIP les informations permettant qu’un acompte « le plus proche possible de la rémunération due » puisse être versé aux vacataires. Il est précisé que « la régularisation administrative sera exécutée ultérieurement ».

Ce refus de rémunérer par acompte les CEV pour les heures de travail qu’ils effectuent depuis le 16 mars est donc bien une décision unilatérale du président de l’UBS, et non de la DGFIP. Cette décision est d’autant plus étonnante que trois millions d’euros ont été affectés aux réserves de l’Université lors du dernier CA, le 6 mars 2020.

Nous demandons donc au président de l’UBS, pour la troisième fois, de bien vouloir revenir sur sa décision unilatérale de différer le paiement des heures de vacation afin d’assurer à tou·tes les vacataires les moyens de traverser cette crise sanitaire. Il devient en effet urgent de pourvoir aux difficultés financières que cette crise peut occasionner pour les employé·e·s de l’UBS privé·e·s d’un salaire nécessaire pour subvenir à leurs besoins.

 

Le Collectif des Précaires de l’ESR – Lorient,
FOESR 56,
SNESUP-FSU UBS,
SUD Éducation 56,
et l’UNEF Morbihan

Contact : precairesesrlorientATprotonmailPOINTcom

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.