Privatisation des diplômes : condamnations outrées

Suite à la parution au Journal officiel des décrets et arrêtés rendant obligation une certification privée et étrangère pour la langue anglaise, qu’Academia avait dénoncée, les réactions se multiplient :AFEA,  SNESUP-FSU, AGES, RANACLES.

« Le bureau de l’AFEA constate que, contrairement à ce que déclarait le président de la République en décrétant le confinement sanitaire – « toutes les réformes sont suspendues » –, les réformes touchant l’université ne le sont manifestement pas. Non seulement l’AFEA et la SAES, mais les sociétés savantes de langues et cultures étrangères réunies au sein du GALET avaient rejeté explicitement, dès la fin octobre, le projet de certification des langues par des organismes privés, tout en s’élevant simultanément contre toute vision monolinguiste des langues étrangères. Ces sociétés savantes ont signé pétitions et communiqués où elles ont explicité leur refus catégorique de ce qui s’apparente à la fois à un désaveu de nos collègues spécialistes de langues et cultures étrangères pour étudiant.e.s d’autres disciplines, et à un détournement de l’argent public vers le secteur privé, là où le service public est encore – pour combien de temps ? – structuré afin d’assurer cette mission.

En plein confinement, la publication de cet arrêté actant la certification des langues sans tenir aucun compte des spécialistes de la question apparaît à la fois comme une manœuvre déloyale et comme une provocation. Nous n’imaginons que trop bien la manière dont le projet de LPPR continue d’avancer sournoisement, lui aussi, alors que la crise sanitaire actuelle révèle si cruellement les conséquences du néolibéralisme appliqué à l’université et à la recherche (université et CNRS) – cf le témoignage de notre collègue Bruno Canard sur ses recherches interrompues sur le coronavirus, faute de fonds récurrents (Le Monde, 29 fév 2020). Le ministère joue avec le feu en profitant de la crise sanitaire au lieu d’en tirer les leçons. Dès la rentrée, nous saurons faire entendre notre colère. »

https://www.flickr.com/photos/michaelkim724/33370019596/in/photolist-SQN5es-24Cvpyq-dAXun9-2hhzrgP-PcKeyJ-nqZWzp-2hUyN4P-27JDD45-B5erug-urUcY-DbmxHo-T42i1b-Vcc2P1-SKRGun-2iAarm2-6bxpCr-RBGTsP-dqCPzW-dAXumG-JF88Kk-NJSeNn-2dgtp6B-2hkHYC7-2dhSoQC-2eww2QR-ZzPzc4-21jwtdX-dB5C1U-4YFJAZ-6hUWDV-2cLDjUh-LFEHuu-Q5nyo4-dAZane-6hZ63j-24cXnSe-2c1xv4G-kd45PV-dj1Y22-9Mye7q-9MvqaF-a635VS-24TDzD-qkMuE-8fNsTu-23JGYFt-27HxtN9-2dU1skz-21TB4sf-tEajh9

Uncle Sam, by michaelkim247, 2017

 

Conclusion: Le SNESUP-FSU réaffirme son opposition à toute passation de certification obligatoire en anglais, qui plus est une certification externe organisée par des organismes privés, et son attachement à la diversification des langues enseignées. Il rappelle qu’il existe des alternatives publiques de certification. Il demande la mise en place d’urgence d’une concertation avec les acteurs et actrices du service public actuellement en charge du secteur concerné.

Ici un lien vers la Pétition contre la mise en place d’une passation d’une certification en langue anglaise

  • Association des Germanistes de l’Enseignement Supérieur (14/3/2020)

Le 3 avril, le ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a fait paraître deux décrets donnant une base réglementaire à l’obligation de passer une certification internationale en anglais pour pouvoir obtenir un diplôme de premier cycle.

Le bureau de l’AGES s’était déjà inquiété à plusieurs reprises de ce projet adossé à l’arrêté licence de 2018. L’association a également relayé plusieurs motions sur ce sujet sur son site et nous continuerons à recenser et publier les motions transmises par nos adhérent·e·s.

L’obligation de passer une certification externe (non-universitaire) pour obtenir une licence, un DUT ou un BTS pose en effet de nombreux problèmes de principes.

  • Elle remet en cause la notion de diplôme universitaire en conditionnant la remise de celui-ci à un module externe.

  • Elle institutionnalise une rupture d’égalité entre langues vivantes tout en plaçant l’enseignement universitaire de l’anglais en porte-à-faux puisque, appliquée à des cursus incluant déjà une formation en langue anglaise, elle dévalorise celle-ci en présupposant qu’elle aurait besoin d’être confirmée par une certification externe ; les autres langues vivantes, dont l’allemand, sont purement et simplement oblitérées.

  • Elle est pensée depuis le départ en vue d’une certification bien précise, le TOEFL, opérée par un prestataire privé, relativement onéreuse et qui repose sur un modèle pédagogique, le test à score, qui est fortement décrié par de nombreuses et nombreux enseignant·e·s de langue.

  • Enfin, alors que ces projets sont fortement critiqués depuis plus d’un an et que les textes ont été rejetés à une très large majorité par le CNESER, le ministère a choisi de publier ces décrets en plein confinement alors que les professionnels concernés sont accaparé·e·s par les impératifs de continuité de service.

Le bureau de l’AGES proteste contre cette décision et souhaite une suspension des initiatives de ce type, ne serait-ce que par conformité avec l’engagement de l’exécutif à « suspendre les réformes » le temps de combattre l’épidémie.

Il s’associe également aux motions de protestation déjà adoptées par d’autres sociétés savantes de langue comme l’Association Française des Etudes Américaines, la Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur et le Groupe d’Etudes et de Recherches en Anglais de Spécialité.

  • Motion du RAssemblement NAtional des Centres de Langues de l’Enseignement Supérieur (RANACLES) contre l’arrêté relatif à la certification en langue anglaise

RANACLES, à l’instar de nombreuses associations d’enseignement/apprentissage des langues et associations d’enseignants/enseignants chercheurs en didactique des langues, manifeste son total désaccord envers l’arrêté du MESR du 3 avril 2020, publié en plein confinement. Celui-ci impose la passation d’une certification en langue pour les candidats inscrits aux diplômes nationaux de licence, de licence professionnelle et au diplôme universitaire de technologie, méprisant ainsi l’expertise des acteurs du terrain, enseignants de langues ou enseignants-chercheurs en didactique des langues, qui s’étaient pourtant exprimés en nombre sur la question depuis plusieurs mois.

Le Ministère est resté sourd aux arguments des documents scientifiques fournis sur la question, qui démontrent l’inutilité de la mise en place sous cette forme d’une telle certification, à la pétition qui a recueilli de nombreuses signatures de l’ensemble de la collectivité enseignante et scientifique, contre une mesure qui conduirait au dessaisissement de la politique linguistique des universités au profit de sociétés privées ou encore à la standardisation des pratiques dans une seule visée certificative, dans le mépris total de la richesse des dispositifs de formation émanant de la recherche.

RANACLES demande la suspension de cet arrêté qui menace le plurilinguisme dans nos établissements, car même si d’autres langues sont mentionnées, c’est bien l’anglais qui devra être présenté avant toute autre langue et donc enseigné à tous quels que soient leurs besoins, ce qui conduira de fait à un appauvrissement des profils étudiants français en termes de langues vivantes.

RANACLES demande la suspension de cet arrêté qui conduit l’État à allouer 3,1M€ à des organismes privés, bradant ainsi l’argent public et privant l’université des moyens nécessaires à la certification nationale en langues qu’elle a pourtant développée avec le soutien du Ministère.

RANACLES demande qu’il n’y ait pas de recours imposé à une certification unique, quelle qu’elle soit, qui ne permettra jamais de répondre à la diversité des besoins des étudiants des différentes filières de l’enseignement supérieur et préconise le recours à toute solution en lien avec le secteur public.

RANACLES s’insurge contre l’imposition d’une certification qui nie les compétences des universités à former et évaluer des étudiants qui seraient conduits en l’état à passer une certification dans la langue même de leur spécialité (en particulier en LLCE anglais et LEA).

RANACLES va engager une concertation avec l’ensemble des centres de langues adhérents pour que la politique des langues de nos établissements publics ne tombe pas dans le piège de la mise en place d’une certification privée unique et à marche forcée. Il s’agira de trouver une alternative pour une réelle « personnalisation des parcours de formation » (art. 2 de l’arrêté du 30 juil. 18) à travers une pluralité et une diversité de langues et de certifications.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.