Pendant le confinement, les affaires LPPR continuent : la privatisation des diplômes universitaires en marche

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #12
Article précédent

Dimanche 5 avril 2020, au Journal officiel sont parus deux textes — un décret et un arrêté — concernant respectivement l’ensemble des licences, licences professionnelles et DUT et sur le BTS. Précisons d’emblée que les dispositions ne concernent pas l’épidémie. Elles n’auraient pas dû être adoptées alors que des millions de citoyen·nes se trouvent confiné·es chez elleux. Et qu’iells ont autre chose à faire qu’à vérifier chaque jour si le gourvenement a pondu une nouvelle réforme touchant l’enseignement  supérieur et la recherche en visant pas à nous permettre de trouver des remèdes efficaces au choc respiratoire induit par le COVID-19 ou de sortir du confinement.

Deux textes ont ainsi été adoptés : d’une part, un Arrêté du 3 avril 2020 relatif à la certification en langue anglaise pour les candidats inscrits aux diplômes nationaux de licence, de licence professionnelle et au diplôme universitaire de technologie et d’autre part, Décret n° 2020-398 du 3 avril 2020 relatif à la certification en langue anglaise pour les candidats à l’examen du brevet de technicien supérieur et modifiant le code de l’éducation.Leur préparation est ancienne, comme le rapporte Bernard Gensané, sur son blog1..

Jeudi 17 octobre [2020] s’est tenue une réunion du COPIL du CLES (Certification de compétences en Langues de l’Enseignement Supérieur) à laquelle ont participé des représentants du Ministère et de la Conférence des présidents d’universités. Au cours de cette réunion, il a été question du prochain décret (présenté au CNESER mi-novembre) visant à subordonner l’obtention de la licence à la passation d’une certification en langue anglaise (cf. arrêté licence juillet 2018 + p.16 du document “ Projet de loi de finance 2020 ”).
Au cours de cette rencontre, il a été confirmé que l’obtention de la licence deviendra conditionnée par la passation d’une certification reconnue internationalement en langue anglaise à compter des toutes prochaines sessions.

On est donc en présence d’un texte préparé par le MESRI, en dépit de l’qustion de la part d’une députée, Sabine Rubin, à l’Assemblée nationale2, et de l’opposition affichée à la fois par les sociétés savantes3, les départements de langue4 qui sont sont manifestées au cours de l’automne et une certaine tiédeur de la Conférence des présidents d’université. Il a fait l’objet d’une quesiton au CLES par la député Sabine Rubin en mars 2019. Il paraît en plein cœur du confinement.

Modifier le Code de l’éducation pour y introduire une certification étrangère

Ces décret et arrêtés ne sont pas de textes consensuels, bien au contraire. Lors de leur présentation au CNESER en novembre dernier,  l’arrêté avait été rejeté par 62 voix contre, 2 absentions, aucun vote pour ; le vote sur le décret avait lui recueilli 57 voix contre, 2 abstentions, aucun vote pour5.

Pour ce qui touche au BTS, c’est bien la passation d’une certification qui conditionnera désormais l’obtention du diplôme, sans aucune autre précision de niveau.

Pour les autres diplômes, tout en précisant que la certification pourra se faire «dans la langue choisie», mais que « cette certification concerne au moins la langue anglaise ; dans ce cas, elle fait l’objet d’une évaluation externe et est reconnue au niveau international et par le monde socio-économique. La justification de la présentation à cette certification conditionne la délivrance du diplôme. ». Passation de nouveau (sic) ; évaluation externe (sic), reconnue au niveau international (sic) et par le monde socio-économique (re-sic).

Happisburgh Lighthouse, Happisburgh sur la côté du North Norfolk coast, Royaume Uni,par Luke Hanna, 2013

Privatiser l’enseignement des langues, certes, mais comment ?

Bernard Gensané  a rassemblé les arguments de collègues en poste au sujet de modifications apportées par le MESRI.

  • La disparition du plurilinguisme à l’Université dans les formations LANSAD (langues pour spécialistes d’autres disciplines). La certification étant en anglais, et toutes les composantes n’ayant pas les moyens de financer des LV2, les étudiants devront nécessairement choisir anglais puisque c’est dans cette langue qu’ils passeront la certification afin d’obtenir leur licence.
  • Le décret mentionne « une certification reconnue internationalement ». Il faut envisager que les certifications choisies seront l’IELTS (International English Language Testing System) de Cambridge, le TOEIC (Test of English for International Communication ), géré par un organisme géré aux États-Unis et le TOEFL (Test of English as a Foreign Language), également géré par un organisme privé étasunien. L’évaluation des étudiants sera donc déléguée à des organismes privés, financés par l’État (pour une durée de validité qui ne dépasse pas 2 ans). On passe sur le fait que ces certifications n’évaluent pas l’ensemble des compétences, et surtout pas des savoirs. NB: Academia  doute du financement pérenne de l’État, ou même des universités, pour une certification personnelle.
  • Le décret n’impose aucun niveau mais seulement une passation. L’étudiant n’aurait donc aucune obligation de résultat. Quelle Université osera imposer un niveau minimum en anglais si l’Université de la région voisine ne le fait pas ?
  • Quel sera alors le rôle des enseignants ? Continuer à enseigner selon une offre de formation issue de réflexions didactiques menées depuis des années au sein des laboratoires ou proposer des formations standardisées à la passation de tests ?
  • La mise en application de ce décret est prévue pour les étudiants de 3e année des filières commerce international, LEA et LLCER, BTS et DUT dès 2020. Les étudiants des autres formations seront concernés à compter de la session 2022 (c’est à dire les entrants 2019). Certains étudiants devront donc passer une certification en anglais alors qu’ils ont reçu une formation dans une autre langue.
  • Le Bac 2021 prévoit également que l’État paye la passation d’une certification en langue auprès d’officines privées. Les étudiants seront donc sans doute tentés de repasser le même test que celui qu’ils avaient passé en classe terminale. L’Etat va donc payer le privé pour fournir des certifications  qui amoindriront la liberté pédagogique et la dignité du métier d’enseignant de langue puisque c’est le résultat du test international, davantage que la note des universitaires, qui importera le plus du fait du prestige présumé de la reconnaissance internationale.

L’enseignant de langue, dans cette perspective, conclut l’auteur, aura tôt fait de devenir le sous-traitant chargé de préparer les élèves aux tests sans que son savoir-faire pédagogique et docimologique soit reconnu.  Pour les formations de langues LEA et LLCE, la seule formation universitaire reçue par les étudiants valait à ce jour certification de bon niveau.

Ajoutons à ces considérations que, faute de voir un intérêt pédagogique ou universitaire à cette mesure, il faut en saisir l’intérêt pécuniaire. Le décret dédouane l’employeur de financer cette certification à son ou sa salarié et lui permet de se décharger sur l’Université ou l’étudiant·e.

*
*    *

Concluons simplement : il est hors de question que le MESRI ou la CPU continue à faire passer en douce, pendant le confinement de la communauté universitaire des mesures touchant à leurs primes, ou visant à mettre en œuvre la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), si par cette arlésienne, nous devons entendre destrruction ou mise en coupe réglée de l’Université publique, et petits arrangements entre amis. Que ces gens qui ne représentent qu’eux-même se le tiennent pour dit.

Article suivant →

Nota bene. Academia recense les réactions à cette décision réglementaire

LIens :

  1. Bernard Gensané, retraité de l’Éducation nationale, tient un blog où il étudie les transformations — « privatisation » — de l’enseignement supérieur depuis Jacques Chirac et Valérie Pécresse, par plus de 250 articles sur le sujet, mouvement amplifié sous Hollande, et plus encore sous Macron selon lui. Voir également l’histoire longue de ces textes, présentée par P.-Y. Modicom, dans le commentaire à cet article. []
  2. À propos du Certificat de Langues Étrangères Supérieur, Sabin Rubin s’inquiète notamment du coût de la certification TOEFL. []
  3. par ex. Société des Anglicistes de l’enseignement supérieur français (SAES). []
  4. communiqué et tribune du Réseau des composantes de langues. []
  5. Rappelons, pour nos collègues, que l’avis du CNESER est consultatif et que parmi les membres du CNESER, on trouve des membres représentant la société civile (entendre le MEDEF). []

4 réflexions sur « Pendant le confinement, les affaires LPPR continuent : la privatisation des diplômes universitaires en marche »

  1. Ping : Avril 2020 : lectures et revue du web – Des livres et les mots

  2. Ping : Enquête militante sur les conditions de vie et de travail des doctorant·es et docteur·es face à l’état d’urgence sanitaire | Précaires de l'Enseignement supérieur et la Recherche

  3. C’est une honte !programmée depuis plus 30 ans , Très discrètement,C est la disparition à terme de la langue française

  4. Il s’agit en fait d’un vieux dossier, lancé à l’automne 2018 dans la foulée de la parution de l’arrêté et dont les composantes de langues et les sociétés savantes se sont déjà émues, à commencer par les anglicistes en janvier 2019:
    http://saesfrance.org/certification-en-langue-pour-lobtention-de-la-licence/
    Depuis le départ il se dit en off que pour des raisons essentiellement idéologiques, Matignon (?!) a en tête une certification bien précise, le TOEFL, perçue comme un symbole de reconnaissance internationale. L’insistance sur la « passation » va dans ce sens puisqu’il s’agit d’un test à score, qui évalue un niveau mais qu’on ne peut pas à proprement parler rater (au pire on l’a avec un score infamant). Le PLF 2020 prévoyait déjà la mise en place d’un fonds pour payer ces tests dans les cursus « en lien avec l’international » dès 2020 (annonce médiatisée dès septembre 2019: https://www.ouest-france.fr/education/etudiant/universites/rentree-universitaire-ce-qui-va-changer-en-2020-6529574). Aux dernières nouvelles ce ne serait plus obligatoirement le TOEFL et chaque université pourrait choisir sa solution (et son prestataire) mais le texte est pensé pour le TOEFL. Le certificat public (CLES) semble avoir été exclu d’emblée pour des raisons de principe (pas assez « international » ni « reconnu » -> le texte actuel, en creux, appelle les universités à ne pas adopter le CLES) et pratiques (possibilité de se faire recaler au test, qui est objectivement difficile; besoin – ô ironie – d’enseignants titulaires accrédités pour corriger les tests).
    Au demeurant le format « test à score » signifie que les CFVU pourront réglementairement voter que dans telle ou telle licence il faudra avoir tel ou tel score pour valider le diplôme, ou fixer un score minimal en anglais pour l’admission en master. Le côté « minimum syndical » de la « passation » ne doit donc pas faire complètement illusion sur la possibilité d’un effet d’entraînement sur le front des stratégies de différenciation entre cursus et établissements.

Répondre à P.-Y. Modicom Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.