Scénarios de déconfinement de l’école à l’université : septembre, est-ce si loin ? Une synthèse à J+21

Si l’heure est à l’espoir d’un déconfinement, les modalités de ce dernier sont loin d’être connues. Tant que le remède miracle, le vaccin ou même des tests sérologiques fiables (pour vérifier la fameuse immunité de groupe) ne seront pas disponibles, la situation ne pourra en rien revenir à la « normale ».  Aussi, envisager la rentrée, même en septembre, passe par une multitude de scénarios à rêver en amont, afin d’imaginer quel arc narratif nous allons emprunter dans quelques mois : autrement dit, se reposer sur un retour à la normal me semble aussi illusoire que d’imaginer les pires des scénarios (dans lequel nous sommes d’ailleurs en ce moment !).

Pour ma part et à ce jour dimanche 5 avril (J+21 de confinement), je suivrai donc le scénario sans plus d’aide médicale que celle que nous avons maintenant. C’est le scénario le plus pessimiste. Mais il peut se mélanger avec d’autres événements positifs qui viendraient l’assouplir. Je ne parlerai pas des évaluations, examens ou concours, j’évoquerai juste l’organisation concrète et matérielle des retours en classe à partir d’une revue de presse et informations en provenance de contacts en Europe (Belgique, Italie, Espagne) et en Chine.

Que savons-nous des zones qui commencent le déconfinement scolaire dans le primaire et le secondaire (Chine principalement) ?

Voilà trois semaines qu’élèves et étudiant-es ont été plongé-es de force dans une « école / université à la maison » et déjà, beaucoup espèrent ardemment un retour dans des salles de classe. Alors que la Chine a pris des mesures drastiques face au Covid-19 depuis fin janvier, où en sommes-nous deux mois après ? Sur un territoire qui fait 15 fois la France et dont la population est 20 fois plus importante, toutes les zones ne sont pas touchées de la même façon. En particulier Wuhan identifiée comme « community spread of covid », ressemble fort à certaines zones européennes actuelles. Il faut savoir qu’en dehors du Hubei (province de Wuhan), les cas ont été présumés tracés et pistés, une doctrine appliquée également à Taïwan ou Hong Kong par ex. Je laisse en tirer les conclusions sur le statut de Paris et la France dans cette configuration.

Des éléments venus de Chine donnent déjà quelques indications sur ce qui est possible en ce qui concerne les réouvertures d’écoles[1]. Regardons d’abord quelques informations données par la presse en français (Euronews, 17 mars) à propos d’une école (primaire apparemment) située dans une zone à faible taux de contamination (donc l’Ile de France et le Grand Est, ne rêvez pas trop). On y retrouve ces éléments d’organisation de classe :

  • Groupes réduits (30 en Chine)
  • « Division des élèves pour les activités »
  • Horaires échelonnés
  • Chaises et tables espacées
  • Prise de température plusieurs fois par jour

Un autre article en anglais (repris par la BBC, 17 mars) précise encore les modalités de reprise avec des repas servis individuellement, des bus scolaires avec des trajets adaptés, et une rentrée placée sous le signe de l’apprentissage des gestes de protection.

Les campus sont également fermés pour éviter des contaminations extérieures ce qui signifie concrètement que les lycéens sont en internat et que des universités ont actuellement à disposition des dortoirs – cités universitaires en Chine.

D’après mes informations directes croisées et lectures d’articles (cf. liens indiqués), certain-es lycéen-nes de zones épargnées sont de retour en classe et doivent prioritairement :

  • Porter des masques
  • Maintenir la distanciation sociale
  • Manger à des horaires différents
  • Prendre leur température trois fois par jour
  • Respecter très strictement les gestes barrière (ainsi que leur famille)

Par ailleurs, les enseignant-es font cours avec des masques.  Comme vous l’avez sûrement déjà vu, les citoyen-nes chinois-es sont suivis par QR-codes qui leur permettent l’accès aux bâtiments et commerces en fonction de leur « certificat de santé ». Ces mesures s’appliquent aussi pour l’accès aux écoles et campus.

On comprend donc que la politique chinoise repose principalement sur la prévention avec trois mesures principales : port du masque, distanciation sociale et surveillance constante de la température. On peut ajouter suivi par certificat, qui est une mesure structurelle du régime, pour l’heure pas envisagée par la France.

Cela semble facile ? Non. Car soumis à conditions. Tour d’horizon

En effet, la doctrine chinoise de réouverture implique qu’il n’y ait eu AUCUN cas ajouté en 30 jours. Cette simulation par ordinateur (en date du 29 février 2020) explique comment un virus (pas forcément le Covid, et on sait que le Covid est très virulent) se propage en milieu scolaire. On en a vu de très belles, je préfère celle-ci, plus explicite et concrète. C’est très simple. Elle présente quatre scénarios possibles en cas d’ouverture d’une école et un seul cas importé :

  1. sans masque ni mesure,
  2. avec masque,
  3. avec confinement des cas,
  4. avec confinement des cas et des autres élèves.

Dans tous les cas, tout le monde se retrouve contaminé à J+7 environ et la conclusion est : on ne peut pas ouvrir l’école sans risque de contaminer tout le monde.

L’Agence chinoise de contrôle commun des mécanismes de prévention (traduction approximative) a répondu à des questions de journalistes lors d’une conférence de presse au sujet des réouvertures d’écoles (31 mars) :

Elle signale à la 12e minute que c’est le contrôle de la pandémie qui permettra ces réouvertures (notamment à travers l’hébergement et la mise en place des mesures de précautions).

Les écoles doivent être prêtes à une potentielle apparition de cas et faire remonter les informations en temps réel. Au sujet des masques, le port serait plutôt recommandé en classe et pas en plein air.

À la 20e minute, une journaliste pose la question de la réouverture des universités, en particulier pour les personnels et étudiant-es qui doivent faire des manipulations en laboratoire. En réponse, à partir du 1er avril, des universités vont rouvrir progressivement en fonction des régions.

L’approche recommandée est « layered » c’est-à-dire graduelle : d’abord reviendront « les graduates et les scientifiques liés à des projets ». Aussi, les retours des étudiant-es seront conditionnés au degré de « risque » de leur région d’études et d’origine (ceux en provenance de régions fort frappées devront attendre). C’est apparemment ce groupe-témoin qui va servir à mettre en place des protocoles de protection avec des règles très strictes, liées aussi aux besoins scientifiques des recherches. Mais l’ouverture de l’université suit la même logique que les écoles primaires et secondaires : elles ne peuvent rouvrir que si l’épidémie est « controlled », que les « school arrangements have been prepared » et que les « safe guarding manners are in place »[2].

Le responsable rappelle aussi de façon très stricte le besoin impérieux des universités et localités de préparer en amont des « plans de réponse d’urgence » spécifiques et différents des écoles (i.e. une fois un cas identifié : que fait-on ?).

Aussi, alors que la rentrée universitaire devait avoir lieu ce printemps en Chine, très peu d’universités ont annoncé des ouvertures, et dans des conditions très strictes et limitées, on le voit. Tout se passe en distanciel et probablement en sera-t-il ainsi pour le semestre entier, en particulier pour les premiers cycles. Nous devons également en Europe il me semble envisager cette option même pour septembre, sachant que les campus français, souvent multi-sites et en ville, ne sont pas compatibles avec une isolation de la population étudiante (et qui travaille à côté).

Côté italien (dans un article de La Stampa, du 3 avril), il est surtout question dans la presse des examens et du bac, avec des sessions complémentaires envisagées en septembre.

En Espagne, les annonces restent encore à court terme et mentionnent juste le fait que les cours en présentiel ne reprendront pas cette année dans trente établissements (voir El Pais, en date du 3 avril).

En Belgique, pour l’heure, ce sont aussi les modalités d’examens qui occupent. À l’Université catholique de Louvain (UCL),  elles sont adaptées, avec le maintien d’examens sur place en amphi mais à capacités réduites (1 étudiant sur 3) et si aucune solution n’est possible (update 6/04) et un panachage examens en ligne (plus d’infos prévues le 20 avril). L’année scolaire serait prolongée jusqu’au 10 juillet (idée abandonnée finalement, update : 6/04).

En France, c’est aussi la question des examens (MCCC) et du bac qui concentre toute l’attention. Seuls deux articles récents évoquent une suite, l’un en revenant surtout sur le fait que « rien ne sera comme avant » (par @Manuel_MC et @cauthemayou) : c’est vrai, mais un peu vague. L’autre s’intéresse aux problèmes juridiques et d’organisation liés à la numérisation massive des enseignements avec un entretien avec Olivier Faron, l’administrateur général du CNAM, organisme d’enseignement supérieur à distance (1er avril). Dans cet article, O. Faron revient aussi sur un point faible de la numérisation du supérieur, l’absence d’offre concertée (et on l’a tristement constaté avec la multiplication de plateformes privées pour « l’école à la maison ») :

« L’enjeu majeur qui est devant nous est de savoir comment notre offre de formation au niveau national peut être déclinée en ligne de façon régulée et concertée. Nous avons besoin d’un plan de numérisation de nos ressources de l’ESR. Il y a de très belles réalités (FUN, les UNT ; etc.), mais elles ne sont pas coordonnées. L’offre globale dont nous avons besoin n’existe pas. »

Cette lacune impliquerait selon lui d’éditorialiser nos offres d’enseignement et de coordonner une offre nationale (type CNED). Ce vœu pieux me paraît ici trop ambitieux pour être mis en place cet été et dans un contexte de crise.

Autre point aveugle, on ne dispose que de très peu d’informations sur les collègues enseignant-es qui ont fait cours aux enfants de soignant-es ces dernières semaines, alors qu’ils sont un groupe-témoin très important pour les scénarios futurs de réouverture.

Comment réduire des classes et des groupes ? comment échelonner les horaires ? en avant les fictions !

On peut se mettre à imaginer plein de pistes de solutions, plus ou moins réalisables, plus ou moins efficaces. Il y a fort à parier que les municipalités seraient des acteurs importants dans cette réorganisation potentiellement totale. Il se peut que la rentrée soit étrangement fractionnée, soit avec des zones de vacances qui n’iraient plus jusqu’à C mais jusqu’à M ou Z par régions ou zones ! (ce serait le « retour progressif » évoqué par Blanquer le 3 avril et l’approche « layered » chinoise).

On pourrait imaginer aussi des écoles à mi-temps (2 jours ½) ou des groupes en présence une semaine sur deux (reste le problème des fratries qui ne seraient pas synchrones) et des scénarios aussi différents si des transports collectifs scolaires sont nécessaires (le ramassage en campagne qui brasse toutes les écoles au petit matin).

Dans les lycées, le maintien du groupe classe serait une mesure importante pour éviter la dissémination des élèves (finies les options, retour aux filières, désolée pour la réforme de Blanquer) ainsi que des salles dédiées pour éviter la dispersion des cas. Mais comment empêcher de toute façon des contaminations intra-familiales ?

On peut imaginer aussi comme cela se fait dans des lycées français à l’étranger (voir l’organisation par exemple du Lycée français de Kyoto avec le CNED) : des cours à distance avec des périodes en présentiel en groupe tutoré.

En lieu et place de la cantine, si des réductions de services sont à envisager, des casse-croutes maison en classe (beaucoup ont connu cela dans l’ancien temps, quand les services de cantine n’étaient pas disponibles partout) ou services en plateau individuels (version chinoise). Imaginons en France les horaires décalés : les 6e arrivent à 8h, les 5e à 8h20, etc. comme les récréations, etc. On évite ainsi que les élèves se croisent dans les espaces communs… mais tout cela serait-il suffisant ? que faire pour les élèves dont la santé est la plus fragile ou dont les parents sont particulièrement à risque ?

Et question ultime : comment évaluer équitablement les acquis dans ce contexte ? Un article du 24 mars publié sur le site du WBFO (Toronto Buffalo – National Public Radio) à propos des conditions « stressantes » de travail en ligne (« école à la maison » mais aussi « université à la maison ») évoque aussi le problème de l’évaluation de ce qui a été « enseigné » pendant la période d’apprentissage à distance. Comment savoir ce qui a été acquis ? ne faudrait-il pas tout simplement reprendre le trimestre manqué depuis le départ ? c’est, avec le bac et les examens, la grande question traitée actuellement. Mais elle ne doit pas masquer le risque que la reprise – même tardive – n’en soit pas une complètement et qu’il faille en plus décaler le sacro-saint programme pour aider ceux qui n’ont pas bénéficié de l’illusoire « continuité pédagogique ». La question risque de se reposer en septembre.

Et dans le supérieur ? peut-on imaginer une rentrée Covid ?

Pour imaginer la transposition de ces contraintes à l’Université, on peut légitimement s’interroger sur des modalités de reprise en cas d’absence de solution médicale (vaccin, traitement efficace, tests dont les résultats je le rappelle ne sont pas pérennes, sauf à tester la sérologie pour l’immunité). Parmi les quelques pistes à imaginer, comment casser les énormes cohortes en amphi ? le problème de manque de place en TD ? On verra peut-être arriver des formations en alternance (5 semaines en présentiel, 5 semaines à distance?) ou des cours magistraux à distance avec des TD en présentiel, en tout cas, s’il n’y a pas de déblocage radical, difficile d’imaginer des emplois du temps à l’identique pour 2020-21.

À ce jour, 5 avril, soit J+21 de confinement, la ministre Frédérique Vidal ne s’est prononcée sur presque rien. Chaque université compose selon ses moyens et compétences : on peut être sûr qu’il n’y aura aucune harmonisation nationale des diplômes obtenus cette année, les commissions CFVU se réunissant actuellement sur Zoom pour valider les nouvelles modalités de MCCC. Et cette validation, aussi urgente soit-elle, n’est qu’une étape minime face à la rentrée qui nous attend en septembre.

Autre problème très pratique, si les écoles primaires et du secondaire n’ouvrent pas entièrement ou suivant des échelons progressifs (à partir de critères inconnus, évidemment), comment les parents d’élèves (qui sont aussi enseignant-es) pourront-ils travailler ? si tout le monde reprogramme ses événements en septembre/octobre, comment allons-nous faire entrer en trois mois en un seul, alors que déjà nos semestres impairs sont toujours surchargés, épuisants et entièrement consacrés à l’intégration des étudiant-es et la mise en œuvre de l’année?

Pour avoir fait à de nombreuses reprises des maquettes de licence (et master récemment), et travaillé à mutualiser au maximum des cours pour répondre aux demandes de réduction budgétaires, je mesure à quel point les mesures de prévention sanitaire vont à l’encontre des modèles que nous avons récemment mis en place (notamment dans mon UFR avec des blocs transversaux et complémentaires partagés par plusieurs départements).

Je présume, qu’à l’image du début de crise, c’est la cacophonie qui va régner, au prétexte des adaptations nécessaires à chaque situation. Le problème est la surcharge de stress qui va s’ajouter à des injonctions dont nous savons d’expérience qu’elles aiment à être contradictoires et sans moyens supplémentaires (le fameux : « faites plus avec moins, et surtout débrouillez-vous »).

Il est évident que les établissements en zones rurales et urbaines ne seront pas soumis aux mêmes restrictions, que les IUT et les PACES ne rentrent pas dans les mêmes schémas d’enseignement. Tout ceci n’est pour l’heure que fiction, parmi tant d’autres : mais c’est en imaginant le plus de scénarios possibles, et surtout les plus critiques (le retour à la normale étant le scénario nécessitant le moins d’imagination), que l’on s’approchera d’une version possible de la réalité prochaine. Ceux de l’Éducation nationale et de l’ESR en tout cas se développent aujourd’hui, après trois semaines de confinement, dans le plus grand des secrets (sûrement pour ne pas nous « paniquer »). Blanquer annonce encore une rentrée en mai. On se demande vraiment comment.

De mon côté, si je devais penser à une seule chose en septembre, c’est préparer des services en pensant d’ores et déjà aux cours qui pourraient passer à distance, et de se compiler fictivement des petits syllabus d’avance… juste au cas où.  Car à l’heure actuelle, on ne voit pas comment une rentrée normale pourrait avoir lieu.

Magali Nachtergael
Maîtresse de conférences en littérature, arts et culture contemporaine
Université Sorbonne Paris Nord
Ancienne directrice du département de littérature
Autrice de maquettes de licence et master

[1] A ce stade, je ne fais pas de distinguo radical entre école et université, le concept de regrouper des gens dans des salles pendant plusieurs heures étant le même, avec des contraintes variées.

[2] Pour l’instant les étudiants à l’étranger (1.2 – 1.4 millions) sont bloqués et ils seront avisés de leur possible retour dès que la situation le permettra. Leur situation inquiète beaucoup le gouvernement chinois, et la mobilité étudiante est un enjeu majeur de cette crise sanitaire.

 

Lien : Quand et comment pourrons-nous ressortir de chez nous ? Les enjeux du « déconfinement » expliqués en schémas, Par Maxime Vaudano , Jérémie Baruch , Adrien Sénécat et Agathe Dahyot, 7 avril 2020


8 réflexions sur « Scénarios de déconfinement de l’école à l’université : septembre, est-ce si loin ? Une synthèse à J+21 »

  1. Ping : Discontinuità pedagogiche della didattica a distanza in Francia durante il confino da Covid-19 – Radici Digitali

  2. Ping : Panser la Pandémie (partie 2) – Politiques des sciences

  3. Ping : Non à un déconfinement précipité : nos vies avant leurs profits ! – NPA 67 — Nouveau Parti Anticapitaliste — Strasbourg

  4. C’est bien mais on fait quoi ?

    Oui septembre c’est trop loin. Moi j’ai des élèves qui me.font paniquer:

    J’en ai il joue a fortnite 18 heures par jour.

    On a essayé d’en contacter avec l’infirmière et on a certains élèves on est sur qui mange pas a leur faim.

    J’ai appris que certains travaille avec leurs parents. J’ai des élèves epiciers, ou sur les chantiers maintenant. Même un qui vend des trotinettes a distance.

    J’en ai aussi je sais qu’ils n’ont pas vu mes vidéos ou fait mess cours.

    Ils ont largues, certains déprimés, d’autres ont contacte la.psy de l’école.

    J’irais moi. Je ferais des masques, je leur ferais laver les mains, les occuperais a la récréation. Ferais tout ce que je peux. Mais je peux pas laisser les élèves dans cet état…

    • Je vous admire si seulement tous les enseignants étaient comme vous… Quelque part votre métier est comparable à celui des soignants…vous travaillez à améliorer les conditions de vie des enfants vous par l’enseignement et la culture et les soignants par la santé…
      Bravo à vous…
      Courage et prenez soin de vous

  5. Bonjour oui intéressant mais une autre question se pose . La France va devoir se remettre au travail et si à partir des collégiens on peut en effet rendre la chose possible grâce à internet comment les parents de petits ( maternel primaire Creche ) qui travaillent vont pourvoir faire ? Est ce que nos gouvernants ont pensé à cela ? Sachant que les nounous ne sont pas nombreuses , que la garde par les grands parents n est pas possible

  6. Bonjour,
    Votre étude est très intéressante, une des rares qui existent pour le moment.
    On mesure combien le retour en classe ne sera pas anodin.
    J’attends la suite, car on vient d’apprendre la réouverture des crèches, écoles maternelles et primaires au Danemark dès le 15 avril (10 mai pour les collégiens et lycéens). On a quand même du mal à comprendre la stratégie de faire rentrer les plus petits avant surtout pour appliquer les gestes barrières.
    Par ailleurs, après avoir lu votre article, on ne sait pas trop quelle piste serait la plus pertinente. Ce n’est peut-être pas le but, mais votre titre laisse supposer que septembre serait plus raisonnable (« pas si loin »). Et quand on voit les mesures prises en Chine, on se dit qu’avec l’administration française à la manoeuvre, un retour avant semble plus qu’improbable, car on n’aura jamais le matériel et les outils de gestion (sans parler de l’attitude des élèves) mis en place par la Chine en si peu de temps. Est-il d’ailleurs possible de faire entrer les élèves dans un établissement sans être sûr qu’ils ne sont pas porteurs ? Pareil pour le personnel. Faudra-t-il tester tout le monde ? Les masques seront-ils obligatoires ? Le contraire serait quand même étonnant, car ce serait prendre un risque sanitaire certain, qu’aucun syndicat enseignant ou de parents d’élèves n’acceptera.
    Plus largement, cette crise ne va-t-elle pas nous obliger à revoir le temps scolaire, les effectifs en classe (de plus en plus lourd en collège et lycée), les mesures sanitaires et le matériel à disposition (gels obligatoires en classe, dans les couloirs, à la cantine, éviers et savons plus nombreux…) ?
    Je vous remercie par avance pour vos réponses ou vos nouveaux éclaircissements. Je ne sais si votre article est amené à être mis à jour, mais je vous y encourage.
    Bien cordialement.

  7. Ping : Quel scénario pour la reprise des cours ? – Pédagogie solidaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.