Recrutements des enseignant·es-chercheur·es 2020 : Communiqué commun d’associations et de président·es de comités de sélection

Contre les recrutements intégralement par visio-conférence
Pour un report de plusieurs semaines du calendrier en vigueur

Mise à jour  mardi 14 avril 2020 – Communiqué 14/04/2020 (version .pdf)

En dépit de la crise sanitaire mondiale, la campagne de recrutement des enseignant·es-chercheur·es continue actuellement de se dérouler. La baisse dramatique du nombre de postes de titulaires ouverts aux concours depuis quinze ans rend l’enjeu de ces recrutements d’autant plus important. Leur faible nombre, au regard des besoins des universités et du volume de candidates et de candidats, confère une encore plus grande responsabilité aux membres des comités de sélection. Dans ces conditions, en tant que président·es de comités de sélection en science politique et en sociologie, et en tant qu’associations représentatives de différentes disciplines des sciences sociales, nous souhaitons collectivement défendre plusieurs principes essentiels au bon déroulement de cette campagne.

Les circonstances exceptionnelles ne sauraient justifier que le processus de recrutement contrevienne au principe d’égalité entre les candidat·es, ou conduisent à renoncer à des conditions rigoureuses d’évaluation, de délibération et de vote entre les membres des comités de sélection. C’est pourquoi nous refusons la dématérialisation intégrale du processus de recrutement via des dispositifs de visioconférence, et nous demandons un report de plusieurs semaines supplémentaires du calendrier en vigueur de la campagne synchronisée 2020.

Il est pour nous inconcevable que la totalité du processus de recrutement soit dématérialisée. Il ne saurait être question que la douzaine de membres d’un jury (en moyenne) se retrouvent contraint·es d’échanger par ordinateurs interposés. Nous refusons encore davantage que la totalité des candidates et des candidats soient auditionné·es à distance, derrière un écran, dans des conditions techniques, matérielles et sanitaires extrêmement variables et sujettes à caution. Ce dispositif inacceptable créera d’innombrables inégalités et fera peser sur toutes et tous de nombreuses contraintes qui s’ajouteront à un contexte moral fortement dégradé par le nombre de malades et de décès.

Dès lors, nous demandons un report du calendrier de recrutement de plusieurs semaines supplémentaires. En dépit des inévitables incertitudes liées à l’évolution de la situation sanitaire, permettre aux auditions de se tenir jusqu’à la mi-juillet au maximum semblerait offrir une marge raisonnable, sans remettre en cause la temporalité des affectations à la rentrée. Dans de telles conditions, nous encourageons le regroupement des auditions d’une même discipline autour d’un même lieu durant une même semaine, afin de faciliter leur déroulement. Dans ce contexte perturbé, nous appelons enfin les universités à faire preuve de souplesse afin de faciliter par tous les moyens possibles la prise de poste des nouveaux et des nouvelles recruté·es en septembre, que ce soit sur le plan administratif ou pédagogique.

Liste des signataires ci-dessous

Signataires :

  • 16 associations représentatives de différentes disciplines du monde académique
  • 65 président·es de comité de sélection issus de 16 sections CNU différentes

 Liste intégrale des signataires ci-après

Les associations représentatives de différentes disciplines des sciences sociales

  • AECSP : Association des enseignant·es-chercheur·es en science politique
  • AEPU : Association des enseignants-chercheurs en psychologie des universités
  • AFEA : Association française d’ethnologie et d’anthropologie
  • AFSP : Association française de science politique
  • AFS : Association française de sociologie
  • AHCESR : Association des historiens contemporanéistes de l’ESR
  • AHMUF : Association des historiens modernistes des universités françaises
  • ANCMSP : Association nationale des candidat·e·s aux métiers de la science politique
  • ASES : Association des sociologues de l’enseignement supérieur
  • CNFG : Comité national français de géographie
  • CFLL : Collectif facs et labos en lutte
  • LPCM : Association internationale des chercheurs en littératures populaires et cultures médiatiques
  • SHMESP : Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public
  • SOPHAU : Société des professeurs d’histoire ancienne de l’Université
  • SELF XX-XXI : Société d’étude de la littérature de langue française des XXè et XXIè siècles
  • SFHST : Société française d’histoire des sciences et des techniques

Les président·es de comités de sélection

  • Section 01. Droit privé et sciences criminelles

Philippe Guez, pour le poste PU n°0162 à l’université Paris Nanterre.
Béatrice Thullier, pour le poste PU n°1269 à l’université Paris Nanterre

  • Section 04. Science politique

Gilles Bertrand, pour le poste MCF n°4045 à l’IEP de Bordeaux
Thomas Brisson, pour le poste MCF n°4511 à l’université Paris 8
Assia Boutaleb, pour le poste PU n°4574 à l’université Paris 1
Yves Buchet de Neuilly, pour le poste PU n°4575 à l’université Paris 1
Angeline Escafre-Dublet, pour le poste MCF n°4422 à l’université Lyon 2
Julien Fretel, pour le poste MCF n°4576 à l’université Paris 1
Camille Goirand, pour les postes MCF n°0845 et n°4298 à l’université Paris 3
Jacobo Grajales, pour le poste MCF n°0136 à l’université de Lille
Patrick Hassenteufel, pour le poste MCF n°4225 à l’université Versailles-Saint-Quentin
Michel Hastings, pour le poste PU n°4056 à l’IEP de Lille
Jean-François Havard, pour le poste MCF n°4233 à l’université de Haute-Alsace
Antoine Mégie, pour le poste MCF n°4492 à l’université de Rouen
Nathalie Merley, pour le poste MCF n°4302 à l’université de Saint-Etienne
Cécile Robert, pour le poste MCF n°4068 à l’IEP de Lyon
Jessica Sainty, pour le poste MCF n°4150 à l’université d’Avignon
Marc Troisvallets, pour le poste MCF n°26 à l’université Grenoble Alpes
Pierre Vercauteren, pour le poste MCF n°4722 à l’UPEC

  • Section 07. Science du langage : linguistique et phonétiques générales

Sandra Nossik, pour le poste MCF n°0875 à l’université de Franche-Comté

  • Section 08. Langue et littératures anciennes

Élisabeth Gavoille, pour le poste MCF n°4457 à l’université de Tours

  • Section 09. Langue et littérature françaises

Jeanne-Marie Boivin, pour le poste PR n°4767 à l’université Paris-Est Créteil
Marie-Emmanuelle Plagnol, pour le poste de PR n°1430 à l’université Paris-Est Créteil
Silvère Menegaldo, pour le poste PR n°4458 à l’université de Tours
Irène Langletpour le poste MCF n°8 à l’université Gustave Eiffel
Bruno Petey-Girard, pour le poste MCF n°558 à l’université Paris-Est Créteil

  • Section 12. Études germaniques et scandinaves

Alain Bideau, pour le poste MCF n° 4461 à l’université de Tours

  • Section 17. Philosophie

Paul Clavier, pour le poste PR n°0023 à l’université de Lorraine

  • Section 19. Sociologie, démographie

Philippe Brunet, pour le poste PU n°0001 à l’université Gustave Eiffel
Michel Castra, pour le poste PU n°0124 à l’université de Lille
Claude Dargent, pour le poste MCF n°4507 à l’université de Paris 8
Jean-Hugues Déchaux, pour le poste MCF n°4423 à l’université de Lyon 2
Corinne Delmas, pour le poste PU n°4579 à l’Université de Nantes
Séverine Depoilly, pour le poste MCF n°4649 à l’université de Poitiers
Estelle D’Halluin, pour le poste MCF n°4562 à l’université de Nantes
Etienne Douat pour le poste MCF n°4648 à l’université de Poitiers
Nicolas Duvoux, pour le poste MCF n°4506 à l’université Paris 8
Eric Fassin, pour le poste MCF n°4500 à l’université Paris 8
Sébastien Fleuriel, pour le poste MCF n°4560 à l’université de Nantes
Cédric Frétigné, pour le poste MCF n°4729 à L’Université Paris Est Créteil
Gérald Gaglio, pour le poste MCF n°615 à l’université de Nice
Philippe Hamman, pour le poste MCF n°4640 à l’université de Strasbourg
Magali Robelet, pour le poste MCF n°4424 à l’université de Lyon 2
Magali Hersant, pour le poste MCF n°4585 à l’université de Nantes
Francis Jauréguiberry, pour le poste MCF n°4213 à l’université de Pau
Sylvie Monchatre pour le poste MCF n°4431 à l’université Lyon 2
Antigone Mouchtouris, pour le poste PU n°1288 à l’université de Lorraine
Camille Peugny, pour le poste MCF n°4213 à l’université Versailles-Saint-Quentin
Manuel Schotté, pour le poste MCF n°0129 à l’université de Lille
Yasmine Siblot, pour le poste MCF n°4505 à l’université Paris 8
Vincent Simoulin, pour le poste PU n°4543 à l’université de Toulouse
Noé Wagener, pour le poste PU n° 4147 à l’École normale supérieure Paris-Saclay

  • Section 20. Anthropologie biologique, ethnologie, préhistoire

Nicolas Adell, pour le poste MCF n°1687 à l’université de Strasbourg
Jean-Michel Beaudet, pour le poste PR n°4614 à l’université Paris Nanterre
Philippe Erikson, pour le poste PR n°123 à l’université de Guyane
David Garibay, pour le poste PR n°4425 à l’université Lumière Lyon 2

  • Section 21. Histoire, civilisation, archéologie et art des mondes anciens ou médiévaux

Emmanuelle Tixier du Mesnil, pour le poste MCF n° 203 à l’université de Nanterre

  • Section 22. Histoire des mondes modernes, du monde contemporain, de l’art et de la musique 

Catherine Brice, pour le poste MCF n°4749 à l’université Paris-Est Créteil
Baptiste Brun, pour le poste MCF n°0723 à l’université de Rennes

  • Section 23. Géographie physique, humaine, économique et régionale

Myriam Baron, pour le poste MCF n°4751 à l’Université Paris-Est Créteil
Etienne Boisserie, pour le poste MCF n°4154 à l’Institut national des langues et civilisations orientales
Nathalie Lemarchand, pour le poste le poste MCF n°4481 à l’Université Paris 8

  • Section 25 et section 26. Mathématiques (25) et mathématiques appliquées (26)

Ludovic Rifford, pour le poste PR n°31 à l’Université Côte d’Azur

  • Section 70. Sciences de l’éducation

Cédric Frétigné, pour les postes PU n°4772 et n°4775 à L’université Paris Est Créteil

  • Section 71. Sciences de l’information et de la communication

Sébastien Broca, pour le poste MCF n°0431 à l’université Paris 8 Vincennes Saint-Denis

Autres membres du CNU ou de comités de sélection

Jean-Yves Antoine, PU à l’université de Tours, membre de la section 27 du CNU 27 et membre du COS pour le poste MCF n°1465 à l’Université de Caen Normandie (section 27)
Catherine Baron, PU à l’IEP de Toulouse, membre de la section 24 du CNU
Marie-Hélène Boblet, membre du COS pour le poste PR n°4293 à l’université Bordeaux Montaigne
Ségolène Darly, membre du COS pour le poste MCF n°4481 à l’Université Paris 8 (section 23)
Fabrice Feinstein, PU à AMU, membre de la section 25 du CNU
Karën Fort, MCF Sorbonne Université, membre de la section 27 du CNU 27 et membre du COS pour le poste MCF n°1465 à l’Université de Caen Normandie
Isabelle Pernin, MCF AMU, membre du COS pour le poste MCF n°4225 à l’université de Perpignan (section CNU 21)
Marylène Poirié, PU à l’université Côte d’Azur, membre de la section 67 du CNU


3 réflexions sur « Recrutements des enseignant·es-chercheur·es 2020 : Communiqué commun d’associations et de président·es de comités de sélection »

  1. « Nul besoin d’y chercher d’obscures raisons inavouables et cachées »: yeah.. sure… I still had to pay a bit more than 1000 euros to get myself a ticket to fly from my country to France to attend one of those interviews once…

  2. Parceque vous pensez que les candidat.e.s pourront se déplacer libremement en Juillet, prendre l’avion ou le train pour venir aux auditions? Quid des candidats internationaux? C’est de l’inconscience. Ou alons une manière déviée de favoriser encore une fois les candidats locaux.

    • Nous vous remercions tout d’abord pour vos procès d’intention. Les collègues et associations signataires apprécieront.

      En l’état actuel du calendrier, l’inconscience est du côté du ministère puisque l’ensemble de la procédure doit être bouclée d’ici fin juin. Cette pétition vise à l’inverse à se donner un peu de marge, dans une situation de forte incertitude. Ne pas aller au-delà de mi-juillet est certes risqué, mais c’est un enjeu important pour les candidat.es comme pour les universités, de manière à ce que la prise de poste puisse intervenir au 1er septembre. Il est également possible pour chaque comité de demander un report du poste au fil de l’eau, au bon vouloir des présidents d’université, mais cela n’entre pas dans le cadre d’une prise de position collective à l’égard du ministère.

      Surtout, la “solution” actuelle du ministère prend la forme d’un projet de décret visant à autoriser la dématérialisation INTEGRALE de la procédure de recrutement, via le recours à la visio-conférence à toutes les étapes. Concrètement, cela permettrait à ce que plus AUCUNE personne ne soit dans la même pièce. Les risques de manipulation que vous craignez, de candidats locaux privilégiés ou simplement de désordre et d’incapacité à délibérer correctement en seraient au contraire démultipliés.

      Enfin, il existe déjà des règles qui régissent le recours à la visio-conférence, de manière ponctuelle, limitée et contrôlée, pour pallier aux situations que vous mentionnez (candidat.es résidant à l’étranger, impossibilité de déplacement, etc). Ces règles ne sont pas remises en cause par l’état d’urgence sanitaire, et pourront donc continuer de s’appliquer.

      Ce que ce texte refuse, c’est d’être contraints et forcés de procéder à des recrutements de manière totalement dématérialisée, sans qu’aucun membre du comité ne soit réunis dans la même pièce et sans qu’aucun candidat ne soit auditionnée en présentiel. Pour cela, le report du calendrier apparait comme une nécessité. Les deux questions sont liées. Nul besoin d’y chercher d’obscures raisons inavouables et cachées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.