Royaume-Uni, Allemagne : les précaires comme variable d’ajustement en temps de crise

La crise sanitaire en cours en Europe met dans une lumière encore plus crue que les mois passée la situation fragile des hommes et des femmes chargé·es de cours dans les universités européennes, Lumpenproletariat dont la crise supprime les ressources.

Royaume-Uni. La grève des personnels universitaires britanniques contre la précarisation généralisée des personnels a été largement parallèle au mouvement social des universités et labos en lutte. Plus de 50 % des salariés des universités britanniques occuperaient des emplois précaires selon le syndicat UCU. Déjà fin janvier, l’équivalent anglais des Langues O, la SOAS, avait licencié l’ensemble de ses salariés précaires en mettant en avant sa situation financière jugée intenable. L’épidémie de Covid-19, qui a des conséquences budgétaires majeures pour des universités qui vivent très largement de frais d’inscription et notamment des frais payés par les étudiants étrangers, frappe donc les précaires des universités britanniques avec une violence toute particulière. Le Guardian signalait, jeudi 2 avril, que les universités du Sussex, de Bristol et de Newcastle avaient commencé à licencier leurs salariés précaires par dizaines pour ajuster leur masse salariale aux recettes en chute, en attendant de ne pas renouveler les CDD arrivant à échéance dans les semaines à venir, malgré les protestations des syndicats et des étudiants.

https://www.ucu.org.uk/he-action-resources

Extrait de la Our Four Fights campaign de UCU, 2020

En Allemagne, où le Mittelbau (le corps enseignant universitaire hors-statut de professeur) ne bénéficie d’aucun statut de référence comparable à celui de maître de conférences et doit survivre de post-doctorat en chaire junior et de vacation en poste d’assistant auprès d’un mandarin, de nombreux cours seront annulés lors du « semestre d’été » qui devait démarrer vers le 20 avril et qui se déroulera essentiellement en ligne. Certaines président·es, mais aussi des syndicalistes et le réseau des précaires NGA, envisagent publiquement l’hypothèse d’un « non-semestre » (Nichtsemester), sans enseignements ou presque. Il n’y a pas d’année universitaire en Allemagne et la notion même de durée de référence d’un cursus y est d’introduction assez récente, ce qui rend cette hypothèse viable sous réserve d’un accompagnement financier des étudiants, des salariés des universités et des établissements eux-mêmes. Si les président·es cherchent à éviter le Nichtsemester, les précaires du NGA ont publiquement pris position pour cette option, en demandant qu’elle soit adossée à un accompagnement institutionnel et notamment à une prolongation de l’ensemble des contrats en cours.

https://www.flickr.com/photos/jrej/21632775039/in/photolist-yXBCkZ-8wJM6S-oXTBQr-4jNobf-6rZMhi-9jiwWs-2hFxDDX-5bPRp-2d5dQQQ-9hMYaK-avoQNb-34Hys7-fH768N-5F1hRj-HeSxTp-8gi5pW-avnjek-rNuWB-2i4FByG-6d9Cx9-5EVHvD-avoUbL-duDBff-TrejkB-avmcMv-23oJW48-avmdSi-hQZ1oZ-fr9r1J-8hfyCe-8hiPL9-avmfAH-dhfuXJ-4YwLML-cdSAZQ-5Gg62c-avoQyN-6pn8EL-aj7bff-bKEGWi-Uhgy8w-22yGqRG-4wFXtN-6d5txk-2hKddPQ-avoTtE-3aDiDz-2bhXTrn-6d5sQX-4M4R52

« Unser Leben », Walter Womacka (1964) – Haus des Lehrers, Berlin (Photo: GrégoireC, 2015)

Même si les sommes en jeu peuvent paraître considérable, il faut noter que l’État allemand et les Länder, exceptionnellement, semblent prêts à mettre beaucoup d’argent sur la table pour faire face aux conséquences économiques et sociales de la crise, y compris sous la forme d’aides financières directes aux particuliers frappés par les conséquences de l’épidémie. Mais faute de concertation sur le Nichtsemester, la précarité massive des enseignants et la grande flexibilité des cursus allemands est en train de déboucher sur un quasi-Nichtsemester de fait, avec des suppressions d’enseignement massives dans tous les cursus de façon à faire tourner la machine universitaire à bas régime et en ligne. La variable d’ajustement, ici aussi, ce sont les plus précaires, payés à la tâche comme les chargés d’enseignement vacataires français, et dont beaucoup d’enseignements seront suspendus pour le semestre d’été, avec comme conséquence une chute de revenus… qui n’a pas été anticipée dans les accords sur les aides financières directes mises en place par les pouvoirs publics. La radio publique bavaroise vient d’alerter sur le fait qu’à l’heure actuelle, en Bavière tout du moins, les freiberufliche Dozenten — ces chargés de cours vacataires, dont le système allemand ne fait pas semblant de croire qu’ils ont forcément une activité principale hors de l’université — ne sont pas éligibles à ces aides directes et n’auront pas d’autre solution, si leur cours est supprimé, que de demander directement l’allocation Hartz IV, le RSA allemand.

France, Royaume-Uni, Allemagne : trois traditions universitaires dont la différence est proverbiale, mais trois évolutions conjointes vers le culte du management par projets, une dépendance accrue vis-à-vis des financements extérieurs, et un bouleversement de la nature même du métier d’universitaire par la précarisation généralisée. Aujourd’hui, dans ces trois pays, les comptables du naufrage de l’université publique traitent les précaires, qui sont l’université telles que les réformes l’ont redéfinie, comme la variable d’ajustement du choc financier et institutionnel de la pandémie. Cette violence qui laissera des traces souligne la nécessité de regarder comme un enjeu prioritaire le combat pour des statuts protecteurs et pour des garanties matérielles de l’indépendance des universitaires, dans toute l’OCDE.

Liens


1 réflexion sur « Royaume-Uni, Allemagne : les précaires comme variable d’ajustement en temps de crise »

  1. Ping : Confinement et précarité universitaire – Arraisonneur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.