Concours de l’EHESS: conseils aux candidat.E.s

Mise à jour partielle des liens – 4 décembre 2017

EHESS_electionsDu fait la particularité du mode de nomination de ses enseignant.e.s-chercheur.ses (désormais EC), de la visibilité de l’EHESS dans le champ des sciences sociales françaises, et du sexisme de son recrutement, le concours a fait l’objet d’analyses remarquées (lien obsolète du rapport Backouche), dont la notoriété a entraîné une modification des procédures d’élection depuis 2009.

Parmi les mesures les plus importantes adoptées, il faut noter :

  • La parution d’un vademecum pour éclairer les arcanes du concours;
  • L’interdiction de faire « campagne », pratique qui consistait pour les candidat.e.s à se présenter individuellement aux EC électeur/trices;
  • L’avancement du calendrier – le concours débutant à l’automne et se clôturant par des élections fin mars-début avril, soit un avancement de près de 6 mois par rapport au calendrier précédent);

Alors que la campagne 2016 vient de s’ouvrir (dépôt des candidatures au 1e octobre 2015),  Academia vous propose une lecture et une explicitation de la candidature et des procédures d’évaluation en place par le Conseil scientifique en 2014 pour clarifier à la fois les modalités de constitution du dossier  et des pratiques d’évaluation de celui-ci.

 Remarques liminaires. De la candidature

Le concours de MCF ou de DE/DEC de l’EHESS est un concours sur titre. C’est donc sur votre carrière d’enseignant.e et de chercheur/se ainsi que sur les inflexions que vous souhaitez donner à celle-ci dans les années à venir que vous êtes évalué.e et élu.e. Le concours ne comporte pas d’audition orale, mais une élection par la majorité absolue des membres du corps enseignant présents lors de l’Assemblée générale. Contrairement aux concours universitaires, il n’y a pas besoin administratif d’être qualifié.e, et pour le concours de DE, habilité.e à diriger des recherches. Cette disposition rend, en pratique, le concours plus accessible aux étranger.e.s, qui découvrent souvent la nécessité de la qualification au moment de la publication des postes, soit bien trop tard.

Le ou la candidat.e à l’Ehess a surmonté le principal écueil du processus de sélection : l’autocensure. En effet, en dépit d’une légère modification des comportements depuis quelques années, le nombre de candidat.e.s ne dépasse guère la centaine pour 3 maîtrises de conférences (MCF) mis au concours en moyenne, soit des taux très inférieurs au CNRS ou aux maîtrises de conférences universitaires, concours pour lesquels on dépasse facilement 150 candidat.e.s par poste.

Notons que l’auto-censure n’est pas toujours le fait du/de la candidat.e : en raison du mode de recrutement par cooptation, la plupart cherchent conseil auprès des membres EC, qui peuvent suggérer de tenter le concours ; ou au contraire, déconseiller la démarche. Dans ce cas, il n’est pas inutile d’aller frapper à plusieurs portes : les motivations qui sous-tendent un avis portent parfois moins sur la qualité du/de la candidat.e que sur une vision partielle et partiale du concours à venir.

Les taux de recrutement diminuent encore pour les directeurs d’études (DE), puisqu’ils/elles sont une trentaine pour 6 postes en moyenne ; 5 environ pour 2 postes de directeur/directrice cumulant.e (DEC). Contrairement au CNRS, où le passage à la direction de recherche représente une promotion interne, le concours de DE concerne en pratique pour moins de la moitié des MCF internes, et pour plus de la moitié des MCF, directeurs de recherche CNRS ou professeurs des universités externes. En pratique, il est plus statistiquement facile d’être promu à l’Université ou au CNRS qu’à l’EHESS.

Le dossier de candidature à l’EHESS est différent de ceux que l’on présente à l’Université ou au CNRS. En effet, dans ces deux dernières institutions il est adressé en premier lieu à des collègues de sa discipline tandis qu’à l’EHESS il est envoyé à l’Assemblée des enseignant.e.s, souveraine dans la cooptation des collègues.

L’Assemblée des enseignant.e.s est composée de l’ensemble des MCF, des DE et des DEC élu.e.s à l’École : historien.ne.s, sociologues, anthropologues, géographes, mathématicien.ne.s, juristes, anthropologues filmiques, économistes, épistémologues, archéologues, linguistes, philosophes, philologues, spécialistes de diverses aires culturelles, etc.. Pour l’élection des directeur/trice.s d’études, l’Assemblée est restreinte aux seul.e.s DE et DEC statutaires. Par conséquent, bien que vous vous se présentiez en tant que spécialiste d’une problématique précise, vous devez montrer votre capacité à en clarifier les enjeux devant un auditoire scientifique diversifié et exigeant. À l’EHESS, l’ensemble des enseignant.e.s ont à disposition le dossier de candidature complet, accessible sur l’Intranet, exception faite des dossiers de DE, accessibles aux seul.es DE. Il est impossible à l’ensemble du corps électoral de prendre connaissance de la totalité des candidatures chaque année (environ 140 tous rangs confondus), le dossier complet incluant « recto-verso », CV long, projet d’enseignement et de recherche, publications (monographies, une sélection de 10 articles). Aussi l’élection repose d’abord sur l’élimination des dossiers les plus fragiles de manière à considérer attentivement une trentaine de dossiers susceptibles d’emporter les suffrages d’une majorité de collègues.

 

Première étape. L’examen des « recto-verso »

Le travail de présélection est, pour l’essentiel, celui de la Commission électorale. La Commission électorale est composée :

  • du « bureau» – Président/e, Directeur/trice des relations internationales, Directeur/trice des études et de la vie étudiante, Directeur/trice de la recherche, Secrétaire scientifique –,
  • des membres du Conseil scientifique dont la composition est (déc. 2017: était) publique, soit 6 DE + 4 MCF
  • et d’e.s-chercheu.r.se.s tiré.e.s au sort à parité des sexes et des rangs. Le tirage au sort prévoit un nombre de suppléant.e.s, pour pallier les défections; soit 8 membres pour le concours DE et 15 pour le concours MCF. Quelques défections peuvent avoir lieu

La Commission électorale siège à deux reprises. Elle détermine en premier lieu le nom des rapporteurs. Chaque candidat.e se voit ainsi attribuer un mois environ après le dépôt des candidatures, un.e rapporteur/se interne à l’École et un.e rapporteur/se externe. La semaine précédant le vote de l’Assemblée générale, elle examine l’ensemble des dossiers et procède à un vote, déterminant la présentation des candidat.e.s à l’Assemblée générale : chaque membre ayant siégé pendant la totalité des débats dispose d’un nombre de voix équivalent au nombre de postes à pourvoir.

Le recto-verso constitue la principale originalité du dossier de candidature de l’EHESS. Ce document est composé de deux faces :

  • l’une reprend les points forts du CV
  • l’autre propose un résumé du projet (d’enseignement) et de recherche

Les modes d’évaluation des candidatures différant d’un.e électeur/trice à l’autre – certain.e.s préfèrent regarder le parcours de carrière et les principales publications ; d’autres privilégient le projet. Aussi le/la candidat.e est-il invité.e à inscrire son nom et le type de concours sur chaque face.

En raison de sa fonction d’appui à l’examen rapide de la candidature, c’est un document essentiel, première étape de repérage avant d’entrer plus avant dans le dossier de candidature.

Le côté « Parcours de recherche » établit les différentes fonctions occupées en France et à l’étranger ; ainsi que les principales publications en nom propre ou collectives. Les critères d’appréciation souvent mobilisés par les électeur/trices sont :

  • la publication d’une monographie ;
  • les publications dans de grandes revues francophones et non-francophones:
  • l’expérience (expérience comme statutaire d’une université française; contrats d’enseignement et/ou de recherche à l’étranger…) ;

Le côté« Projet d’enseignement et de recherche » doit mettre en évidence le titre, qui est le titre de la « chaire », indiquée sous le nom de l’EC sur l’affiche de l’EHESS. Il vous identifie par sa thématique et son approche disciplinaire le plus souvent.

Pour faciliter la lecture rapide, certain.e.s candidat.e.s soulignent quelques mots ou concepts clef en gras.

Mentionner le laboratoire de rattachement ou le pôle régional n’est pas nécessaire, à la fois parce que cela peut indisposer des électeurs ou simplement fragiliser votre candidature si un.e candidat.e y a été admis.e les années précédentes. L’affectation initiale ne détermine d’ailleurs pas la carrière au sein de l’Ecole, les EC effectuant souvent des mobilités.

L’enseignement est la portion congrue de ce résumé – et du projet – mais doit y apparaître.

Le projet d’enseignement et de recherche, autre élément important du dossier, ne peut dépasser 10 pages. Sa lecture par l’ensemble des EC suppose une langue claire, sans jargon disciplinaire. Il explicite brièvement le parcours intellectuel qui vous a conduit à développer le projet que vous présentez à l’EHESS, et explicite pour des non-spécialistes compétents l’importance de votre démarche de recherche.

Il vous est proposé de faire parvenir des lettres de recommandation quelques semaines avant la Commission électorale, soit début mars. Leur contenu n’est accessible qu’au bureau et aux membres de la Commission électorale ; le nom de leur auteur.e apparaît sur le procès-verbal de la commission électorale, envoyé aux membres. D’où les critères à prendre en compte :

  • ne pas demander trop de lettres de recommandation (3 max. par ex.)
  • les demander à des personnalités scientifiques française et étrangères reconnues qui peuvent attester, auprès de la présidence de l’EHESS, de l’intérêt de votre recrutement.

 

 Deuxième étape. Désignation de rapporteurs par la Commission électorale

Celle-ci, aisée sur le papier, est rendue compliquée par le fait que certains dossiers, jugés a priori intéressants, méritent une évaluation très attentive, si possible par un spécialiste international, français ou étranger, de façon à établir l’ensemble des qualités du dossier. Ces rapporteurs ne sont pas rémunérés, en dépit de la petite semaine de travail que suppose l’examen attentif d’un dossier complet – lecture du projet, des ouvrages et articles ; beaucoup refusent, ce qui complique le travail de la commission et du/de la secrétaire scientifique, chargé.e de demander et de réceptionner les rapports. Ces rapports sont lus lors de la Commission électorale, qui a accès à leur version écrite au moment de la tenue de ses travaux ; l’Assemblée générale ne peut qu’en entendre la lecture. En cas de 2e candidature, un nouveau rapporteur n’est désigné qu’en cas de rapport négatif l’année précédente. Le travail de la Commission est de limiter au maximum les conflits d’intérêt – ce qui n’est pas une mince affaire.

 

 Troisième étape. Présentation individuelle auprès des membres du bureau

Il est de tradition d’écrire au/à la président.e de l’EHESS afin de solliciter un rendez-vous, après le dépot de candidature. La présidence organise la rencontre informelle des candidat.e.s, avec le/a Secrétaire scientifique et un autre membre du bureau, dont il n’est fait aucun compte rendu auprès des instances. Lors de ces rencontres, le bureau vous explicite la procédure, de comprendre vos motivations, l’ampleur de votre compétence scientifique, votre capacité à vous intégrer à l’École. Préparez-le comme un entretien d’embauche, où vous serez attentif à votre interlocuteur/trice et à ses interrogations, ferez partager votre goût pour la recherche et le débat scientifique.

C’est le seul moment où les candidat.e.s peuvent rencontrer des électeurs. Officiellement, une fois la candidature déposée, il n’est plus permis de rencontrer les EC dans le cadre du concours. Cette interdiction prend le contrepied de la pratique précédente consistant à « faire campagne », de proposer RDV aux EC pour se présenter.

En pratique, ces rencontres interpersonnelles ont lieu :

  • soit parce que les candidat.e.s ont fait connaissance au préalable;
  • soit parce qu’il/elles proposent ce RDV – ce que certain.e.s EC acceptent, une large majorité se retranchant derrière l’interdiction officielle;
  • soit encore parce que les candidat.e.s interviennent dans des séminaires, participent à des colloques, etc.

Ces rencontres interpersonnelles, qui mettent les candidats mal à l’aise, ne sont pas indispensables et perdent sans doute de l’importance avec les nouvelles modalités du concours.

Pour autant, il n’est pas inutile de présenter sa candidature, en l’envoyant par écrit, de façon personnalisée, à certain.e.s EC, pas uniquement dans sa discipline, bien au contraire. Cela suppose, de la part du/de la candidate, de regarder les profils des EC, de comprendre leurs centres d’intérêt, et, avant tout, d’expliciter sa candidature au-delà du jargon disciplinaire.

 

 Quatrième étape. Repérage des candidatures intéressantes

Certains groupes d’EC se réunissent pour discuter des candidatures : c’est le cas des membres du Centre de recherches historiques ; des sociologues ; d’EC soucieux.ses de parité. Cela permet à certains électeurs de repérer des candidatures intéressantes qu’il/elles n’avaient pas vu immédiatement, de mesurer aussi les forces en présence.

 

 Cinquième étape. Examen des candidatures par la Commission électorale

Lors de ce conclave, les candidatures sont examinées dans l’ordre alphabétique, après tirage au sort d’une lettre. Les membres de la Commission ont pris connaissance préalablement de l’ensemble des dossiers ; les membres ont accès aux lettres de recommandation envoyées directement à la présidence. Le bureau siège mais n’intervient pas dans les débats.

Compte tenu du nombre de candidatures à examiner, celles qui font l’objet de deux rapports négatifs, sont à peine examinées, de façon à garder plus de temps pour les autres.

Les rapports (environ deux pages) interne et externe sont lus dans leur intégralité. Puis les membres sont invités à discuter des candidatures – ce qui peut être l’occasion d’une prise de position, rarement négative, le plus souvent positive en faveur de tel ou telle candidat.e. Les discussions se poursuivent, souvent informellement, entre les membres de la Commission, lors de pauses, au déjeuner, voire dans la soirée. À l’issue des débats, une discussion générale peut être demandée par la présidence, qui porte moins sur des candidatures individuelles, que sur les grandes orientations à donner au recrutement.

Avant le vote final de la Commission, les membres disposent souvent de quelques heures de réflexion, avant de se réunir de nouveau. À ce moment-là, le président fait une déclaration, où il explicite une politique générale – niveau du concours, grandes orientations stratégiques à donner au recrutement – et procède à la présentation des candidat.e.s dont il conseille fortement le recrutement, en indiquant son intérêt pour quelques autres candidatures.

Alors la Commission – bureau inclus – procède au vote, disposant d’un nombre de voix équivalent au nombre de postes mis au concours.

L’issue du classement identifie une vingtaine de candidatures qui feront l’objet d’une présentation à l’Assemblée générale. L’inégale distribution des voix donne une indication sur les chances inégales des candidat.e.s lors de l’Assemblée.

À l’issue des travaux de la Commission électorale, le/a Secrétaire scientifique fait parvenir à tous les MCF et DE électeurs le procès-verbal de la Commission où figurent les dossiers examinés dans l’ordre de leur examen – le nom des auteur.e.s des rapports interne et externe – et le résultat du vote de la Commission.

Il reste alors entre 36 et 48h avant l’Assemblée générale, temps relativement court pour prendre connaissance des dossiers, même s’il ne s’agit que de ceux qui ont été repérés par la Commission, si les EC non membres de la Commission électorale n’ont pas fait un travail préalable de lecture, ou d’identification de quelques candidatures (voire 4e étape).

 

 Sixième et dernière étape. Élection en Assemblée générale

L’élection est un moment important de la vie de l’institution, où les EC de l’École se retrouvent, discutent de l’élection et de bien d’autres choses. Tout.e candidat.e ayant obtenu une voix en Commission électorale fera l’objet d’une présentation à l’Assemblée générale, soit la lecture du rapport interne, du rapport externe et 3 présentations par un.e EC, de 2 minutes maximum, contraintes par un chronomètre. Les rapports, substantiels et argumentés, sont très écoutés. Les présentations sont importantes, autant par ce qui est dit que par qui le dit – elles sont écoutées quelquefois moins pour se prononcer sur la candidature, que pour l’intérêt que présente l’analyse de l’orateur ; mais elles ne déterminent pas à elles seules le résultat du vote. Quelquefois préparée en amont par ce qu’on a coutume d’appeler un « directeur de campagne », la composition des intervenant.e.s en faveur du/de la candidat.e peut se faire l’après-midi du vote de la Commission électorale, si ce/tte dernier.e repérée par l’instance ne dispose pas d’appui préalable en interne.

À l’issue des présentations, au terme d’une longue journée, le/a président.e redonne le discours de politique générale prononcé la veille devant la Commission électorale avant d’inviter les membres présents à prendre part au vote.

Suite à cela ont lieu autant de tours de vote – à bulletin secret – qu’il est nécessaire pour élire un.e candidat.e à la majorité absolue des voix des présents. Il n’y a pas de procuration.

Un premier tour de vote établit la somme des préférences individuelles des électeurs : il y a alors une très grande dispersion des voix, et rarement une élection lors de ce premier tour. Suivent alors des tours de vote dont il est difficile de prévoir l’issue, fonction à la fois de la stratégie présidentielle – et de ce que veulent bien en comprendre les électeurs ; des reports de vote vers le ou la candidat.e le ou la plus susceptible d’être élue parmi ses préférences. À l’issue du tour de vote, et du dépouillement réalisé par les EC avec l’aide du personnel administratif, le/a président.e annonce les résultats, le nom d’un.e élu.e, et le tour de vote suivant. À ce moment, l’interconnaissance avec le ou la candidat.e peut être déterminante : il est plus facile de voter pour quelqu’un qu’on connaît et dont on apprécie le travail qu’un.e quasi inconnu.e. À l’issue des tours de vote – et de l’élection à la majorité des candidat.e.s – la séance est levée.

L’information des candidat.e.s sur le succès ou l’insuccès de leur candidature se fait soit par un EC bienveillant.e qui sait comment vous contacter, soit plus tardivement par l’institution elle-même. Avant la nomination effective, l’Académie des sciences morales et politiques doit en effet valider le choix de l’Assemblée générale.

À l’issue de la procédure électorale, vous pouvez retourner chercher votre dossier contenant l’ensemble de vos publications ou demander à ce qu’elles vous soient restituées : l’institution ne le fait pas automatiquement.

 

Candidatez !

Comme vous l’aurez compris, le recrutement EHESS tient autant aux qualités intrinsèques du dossier de la/du candidat.e, qu’à des logiques ressortissant des dynamiques de cooptation académique et de reproduction sociale, à la conjoncture des candidatures de l’année et au hasard. Aussi ne faut-il pas hésiter à candidater à un moment de la carrière où vous pensez que la maturité de votre projet de recherche bénéficierait nettement l’environnement de recherche et d’enseignement particulier de l’EHESS.Criètre important « toutes choses égales par ailleurs »: les candidat.e.s ayant davantage de chance d’être élu.e.s à la 2e, voire 3e campagne : c’est d’autant plus vrai pour le concours de DE. Candidatez et perséverez !

 

Liens :


Une réflexion au sujet de « Concours de l’EHESS: conseils aux candidat.E.s »

  1. Merci de cette présentation claire des modalités de recrutement à l’EHESS, si longtemps opaques !
    Toutefois aucun lien ne fonctionne, et c’est dommage. La raison réside sans doute dans le nouveau site de l’EHESS qui a renvoyé aux profondeurs cachées de l’intranet (ENT) des informations autrefois disponibles : composition des conseils et notes d’informations diverses.
    Cordialement,
    B. Mazon

Laisser un commentaire