Lettre des enseignant·es aux étudiant·es de l’UFR de de sciences de l’éducation de Paris-8

Bonjour à tous et toutes,

Nous sommes quelques enseignant·es de l’UFR de sciences de l’éducation de l’université Paris 8 à nous poser des questions sur ce qui nous arrive et nous tenons à partager avec vous nos interrogations.

Nous voici confiné.e.s pour au moins quinze jours, mais probablement le double si l’on en croit les expériences du Hubeï ou d’Italie.

Nous sommes passé·e·s d’une vie publique et politique intense à une vie resserrée sur l’espace domestique. Pourtant rien ne cesse vraiment de nous indigner.

Paraît-il que les journalistes se sont organisé·e·s pour assurer la « continuité de l’information » et nous voici avec un flot continu de discours sur l’évolution à la minute de la pandémie, la réaction de nos politiques en temps réel et les soubresauts de la bourse, tout ceci bien enrobé « d’unité nationale ». Alors à nous tous et toutes, professionnel·le·s de l’éducation de la maternelle à l’université, de prendre nos responsabilités pour assurer la « continuité pédagogique » et de faire vivre cette « nation apprenante » dont on voit mal ou trop bien (c’est selon) ce qu’elle peut bien signifier ! Nous savons tous et toutes que les plus vulnérables seront les plus touché·e·s par le virus, mais aussi par la nécessité d’assurer toutes formes de continuité, de s’occuper des proches, de gérer le quotidien.

La grève prend ainsi une drôle de tournure dans un moment où la défense de nos services publics et une plus juste répartition des richesses semblent d’une brûlante actualité. Il ne s’agit évidemment pas de contester la décision de confinement mais de ne pas cesser d’être critiques et solidaires parce que nous avons cessé de sortir et de nous réunir. Il ne s’agit peut-être pas non plus d’assurer une « continuité de la grève » plutôt qu’une continuité pédagogique… mais peut-être d’accepter la rupture !

Cessons de tenter de télé-travailler, tout en essayant de télé-enseigner, de télé-s’éduquer, de télé-s’angoisser les un·e·s les autres. Partageons plutôt des ressources, des attentions, des idées, des sourires, des réflexions, des lectures…

Cette année a été chamboulée et tout ne sera pas rattrapée, quelle que soit la date de sortie de confinement. Les mouvements sociaux suspendus en plein vol n’ont pas perdu de leur pertinence, bien au contraire. La lettre d’un chercheur travaillant sur le coronavirus et exposant ces difficultés récurrentes à obtenir des financements pour ses recherches au cours des dernières années en est un exemple frappant. Il s’agira donc d’en tenir compte et d’avancer à partir de ces données. Peut-être arriverons-nous à trouver les espaces pour nous demander collectivement ce que nous avons appris de cette drôle d’année et la manière dont ces apprentissages résonnent avec nos projets individuels et collectifs. Peut-être arriverons-nous à penser et mettre en œuvre une université de service public qui soit une réelle institution des communs.

En définitive, nous refusons fermement :

  • De passer de la grève à la continuité pédagogique sans nous interroger sur ce que cela signifie.
  • Que l’on continue à nous faire croire que notre société peut persévérer dans ses routines de vitesse, de performance, de résultats et de compétition généralisée. C’est ce qui se joue derrière les injonctions faites aux enseignant·e·s et aux parents de continuer l’école à la maison, au détriment des foyers les moins équipés et des familles les moins familières de la culture scolaire. C’est ce qui se joue également dans l’injonction faite aux élèves et aux étudiant·e·s de continuer à étudier sans tenir compte de la grande précarité de certaines situations.
  • De faire comme si les élèves et les étudiant·e·s pouvaient passer les examens de fin d’année comme si de rien n’était alors qu’ils et elles sont matériellement et culturellement dans une situation d’inégalité face à l’offre d’apprentissage à distance proposée par le ministère de l’éducation et par les universités.
  • De répondre à l’injonction de télé-enseigner alors que nous nous occupons de nos enfants et de nos proches, fonction dont on sait que, socialement, elle incombe surtout aux femmes.
  • De demander à nos élèves et étudiant·e·s de répondre à l’injonction de télé-étudier alors que certain·e·s sont dans des situations de précarité, ont des familles à charge, n’ont pas cessé leur activité salariée ou dépendent de parents qui n’ont pas le temps de les aider à prendre en main les outils numériques.
  • De taire nos critiques au nom d’une prétendue solidarité qui arrive bien tardivement dans le quinquennat présidentiel !

Nous voulons pouvoir parler de ce qui fâche : l’avenir de nos sociétés mondialisées néo-libérales et celui de nos démocraties qui, les unes après les autres, renoncent aux libertés fondamentales pour faire face à l’épidémie.

À partir de là et poing à point contre les inquiétudes, nous voulons adresser les messages suivants à nos étudiant.e.s  :

  • La priorité est au soin de soi et de ses proches (idée : une carte des solidarités – sans se mettre en danger !)
  • Si vous rencontrez des difficultés particulières face à cette situation de confinement, des professionnel·le·s et des militant·e·s sont disponibles par mail et par téléphone pour répondre à vos questions et besoins : violences conjugales (appeler le 3919 – Il est déconseillé de sortir, mais il n’est pas interdit de fuir), problème de logement, situation de travail, éventuelles questions sur le droit de retrait (lire par exemple le communiqué de solidaires étudiant·e·s).

Vous pouvez évidemment vous confier aux enseignant·e·s en qui vous avez confiance. Ils et elles feront de leur mieux pour vous aider et/ou vous orienter vers les personnes compétentes.

  • Nous tenterons, quoiqu’il arrive, de rester en contact mais sans pression de part et d’autre. Nous restons joignables à nos adresses mails et ferons au mieux, avec tout ce que nous avons à gérer de quotidien, pour y répondre avec précision.
  • Le semestre sera validé pour tous les étudiants et toutes les étudiantes qui suivent nos cours. Les modalités se discuteront collectivement autant que faire se peut, mais chaque enseignant·e·s reste décisionnaire pour les cours qui le concernent.

Des enseignant·e·s de l’UFR SEPF – Université Paris-8


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.