Le sexisme de la sélection des projets de recherche

Nous venons d’avoir les résutats de l’appel à projet European Research Council et quelques élements statistiques. Simplifions : 1881 projets déposés, 185 projets retenus, soit 9,8% de taux de succès. Ce succès concerne essentiellement les hommes, même si quelques miettes sont laissées aux chercheuses1.

Sex ratio : 20%

En dépit de déclarations de bonnes intentions et de conseils ant-discrimination (En février 2019, Academia avait publié une formation vidéo du ERC dans son billet Le CNRS et la parité en temps réel,  vidéo qui a disparu depuis.), ce résultat est insupportable. Un colossale auto-censure et un déséquilibre en faveur des hommes préservés. Aujourd’hui, alors que l’ambition est d’atteindre la parité en science, et que le sex ratio oscille entre 20 et 40% de femmes selon les disciplines, les financements très bien dotés de l’ERC vont à 4 hommes sur 5 personnes. Cet effet MatthieuMatilda Il peut certainement être étendu à d’autres organismes de financement, même si une véritable étude reste à établir.

Academia accueillera tout élément de mesure ou d’analyse sur ce point.

Men 20 percent off, by Renee Calanan, 2006

PS: remerciements à Martin Clavey, de The Sound of Science, qui a signalé cette ignominie.

  1. Sex ratio initial, communiqué par le compte Twitter de l’ERC : 18,8%, soit 353 candidates et 1528 candidats []

6 réflexions sur « Le sexisme de la sélection des projets de recherche »

  1. Bonjour,

    Je viens de me pencher sur la question de la représentation des femmes dans les appels à projet dans le cadre d’un article pour TheMetaNews (jeune titre de presse dédié aux chercheuses et chercheurs). je pense que l’analyse des données que vous donnez dans votre billet peut-être complétée.

    En effet, les chiffres que vous mettez en avant ne sont que des statistiques pour les appels à projet « advanced » conçus pour les chercheurs seniors. Si l’on regarde les chiffres pour les deux autres programmes de financements « starting » et « consolidator » (pour 7-12 ans après la thèse), les chiffres sont bien meilleurs : 37% (même légèrement supérieurs à la proportion de femmes dans la recherche française et européenne qui est d’un tiers). La tendance est la même pour l’ANR (https://anr.fr/fileadmin/documents/2021/StatsGenreAAPG15-20.pdf) qui affiche de bien meilleures proportions de femmes pour les programmes jeunes chercheurs, mais au global toujours cette proportion d’environ un tiers de femmes. Au passage, on peut noter que dans l’ensemble, les taux de succès pour les femmes sont très similaires à ceux des hommes. La discrimination ne semble pas se faire au niveau de la sélection des projets.

    Cette dégringolade des proportions de femmes dans les appels à projet en fonction de l’avancement dans la carrière suit malheureusement très bien les données sur la proportion de femmes de l’ESR (https://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/FR/T579/les_personnels_enseignants_de_l_enseignement_superieur_public_sous_tutelle_du_mesri/) qui chute entre MC et PU ou bien entre CR et DR. Et les enseignantes-chercheures en pâtissent le plus dans les demandes de financements. L’écart le plus notable que j’ai remarqué est pour les PU : les femmes représentent 27% des PU en France mais seulement 22% des PU coordinateurs de projet ANR.

    Pour conclure, je pense qu’un accent pourrait être mis sur l’évolution des carrières des femmes dans la recherche et notamment celle des enseignantes-chercheuses. C’est d’ailleurs pourquoi je trouve le témoignage de Viviane Pons sur Twitter (https://twitter.com/PyViv/status/1381958027037831171) très pertinent !

    Lucile Veissier

    • Merci beaucoup ! C’est très utile.

      Reste à disposer d’une mesure fiable de « temps de travail » perdu à rédiger et à évaluer des projets. Ce système fonctionne si 80 à 90% des demandes sont financé-es – comme aux USA. Dans le cas contraire, c’est une immense perte de temps – et qui plus est déconcentre de l’objectif principal : exiger la création de postes de recherche ; disposer d’un budget de fonctionnement digne.

  2. Bonjour,

    Je partage pleinement votre avis lorsque vous parlez d’une terrible autocensure, mais je ne vois pas comment rééquilibrer cela autrement qu’en incitant les femmes à candidater en nombre. 18,8 % des projets déposés l’ont été par des femmes, ce qui est très peu, effectivement, d’autant plus que ces projets sont mieux représentés dans le ratio final (25,8%). Mais il me semble impossible de compenser ce déséquilibre initial en subventionnant à 50-50%, ou bien ce serait vraiment discriminant… pour les hommes qui ont déposé un projet… et dévalorisant pour les femmes, qui auraient un taux de réussite bien plus élevé, « simplement » parce qu’elles sont femmes.

    Il me semble qu’il faut travailler en amont du concours, car c’est un problème socio-psychologique qui n’a rien à voir avec le processus de sélection (là, il faut vérifier qu’il y a plus ou moins proportionnalité, ce qui est le cas ici).

    LM

    • C’est pourtant simple. Dans le système actuel, les hommes sont favorisés, simplement parce qu’ils sont hommes. Les quotas servent donc à cela : éviter les biais favorables aux candidatures masculines.
      Maintenant, pour que les choses soient claires, je suis absolument pour la suppression de l’ERC et la distribution de cette mâne financière aux universités européennes.

      • Je ne trouve pas ça simple, bien au contraire, car les biais (très) favorables aux candidatures masculines sont dans la société, pas dans le concours. N’est-ce pas, alors, plutôt au niveau de cette sociologie qu’il faudrait travailler pour vraiment changer les choses (pousser les femmes à se sentir autorisées et combattre l’autorité phallocrate -et je passe toutes les autres formes d’inégalités sociales qui se perpétuent dans les concours) ?

        Mais je veux bien penser que c’est trop idéaliste et que le concours doit corriger des problèmes sociaux… à condition alors que la politique de quota soit explicitée dès le début. Il faut donc se battre pour que l’ERC explicite une politique de quotas (ajustée sur le ration chercheuses/chercheurs ou sur le ration hommes/femmes ?). En l’état, je ne vois pas comment faire porter une charge sociologique à un concours qui est certes idiot dans l’absolu mais dans lequel les femmes se débrouillent finalement mieux que les hommes (18% des candidatures, 25% des projets financés).

        Mais peut-être que la meilleure façon de régler tout ça est de faire disparaître les ERC, là je suis parfaitement d’accord avec vous.

        LM

        • Chère Madame,

          Je rejoins LM : ce que l’on constate ici est plus une sous-participation (avec, comme vous le soulignez, un sex ratio très déséquilibré) qu’un problème de sélection.

          Vous le soulignez vous-mêmes : il s’agit de disciplines où il y a peu de femmes. Peu de femmes, qui par ailleurs s’auto-censurent. Les problèmes sociologiques sous-jacents rendent l’analyse de ces chiffres bien plus profonds.

          Si 18% des projets déposés et 25% des projets acceptés sont portés par des femmes, celles-ci sont plutôt sur-représentées. Cette sur-représentation elle-même peut s’analyser ; on parle souvent du fait que les femmes s’autorisent à candidater (tous processus sélectifs confondus) lorsqu’elles portent une candidature de niveau plus élevé que les hommes. C’est par exemple mesuré avec les candidatures à des postes, où les hommes candidatent lorsqu’ils ont une partie des compétences demandées tandis que les femmes ne candidatent que lorsqu’elles les ont toutes ou presque.

          Les problèmes sont bien plus en amont et plus globaux que votre conclusion « simple ». L’ERC a mis en place des dispositions très incitatives pour les femmes (par exemple, allongement des délais de candidature de 18 mois par enfant). C’est un élément favorable. Mais le problème réside davantage dans le sex ratio des disciplines et le plus faible nombre de soumissions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.