Les services publics sont indispensables : SciencePo Toulouse se confine et le fait entendre

COVID-19 : une crise qui nous rappelle que
les services publics sont indispensables
Même confiné.e.s, les membres du comité de mobilisation personnels et étudiant.e.s de Sciences Po Toulouse restent mobilisé.e.s.
Dans son adresse aux Français du 12 mars 2020, le président Emmanuel Macron a mis la France en état d’alerte sanitaire face au Covid-19. Tous les établissements scolaires et universitaires, dont Sciences Po Toulouse, sont fermés. Cette décision nous amène à repenser les modalités d’action de la mobilisation que nous, étudiant.es et travailleur.ses de Sciences po Toulouse, portions depuis des mois contre la politique du gouvernement en matière de redistribution sociale, de recherche et d’enseignement – mais pas à l’abandonner!

En effet, la crise sanitaire actuelle nous rappelle la nécessité de sauvegarder et reconstruire nos services publics. Les hommes et femmes politiques porteurs.ses des projets les plus libéraux en la matière en viennent eux-mêmes à le reconnaître et à affirmer, comme le président, que “la santé n’a pas de prix”, ou encore qu’il “y a des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché”. C’est précisément ce que les personnels des hôpitaux publics, les cheminots, les énergéticien.nes, les enseignant.es et tant d’autres défendent depuis le 5 décembre, et avant. 

Sans les baisses constantes de budget, la précarisation croissante et l’aggravation des conditions de travail à l’hôpital et dans la recherche, la crise dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui serait certainement moins dramatique. Le témoignage glaçant du chercheur spécialiste des coronavirus, Bruno Canard, illustre l’énorme gâchis provoqué par le “pilotage” de la recherche et la politique de concurrence et d’“excellence” que l’on nous impose depuis des années: alors qu’en 2003 lors de l’épidémie de SRAS, des subventions massives ont permis des résultats rapides, le changement des priorités politiques a tari les financements et empêché les laboratoires de poursuivre leurs travaux. Et cela recommence: deux jours après la publication du billet de Bruno Canard, l’Agence nationale de la recherche lançait un appel à projets “Flash Covid-19”, mettant des centaines de milliers d’euros sur la table qui disparaîtront une fois la crise passée. Ainsi la communauté scientifique est-elle soudain appelée à se mobiliser en urgence, après “plus de dix années perdues pour la recherche fondamentale sur le coronavirus”, comme le déplore le comité de mobilisation des facs et labos en lutte dans son communiqué du 14 mars. Dans son adresse du 12 mars, le président a appelé les Français à “faire confiance à la science”. C’est nous qui en retour, lui demandons de faire confiance aux scientifiques quand ils et elles expliquent les conditions de travail nécessaires à la production de résultats de qualité: des financements pérennes, de la visibilité, et des travailleurs.ses avec des emplois stables. Loin de devoir passer à l’arrière-plan en raison de la crise sanitaire, nos revendications sont toujours aussi actuelles et justifiées: retrait du projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) et de la loi de transformation de la fo nction publique, de Parcoursup et de “Bienvenue en France”, retrait enfin de la contre-réforme des retraites.

L’ironie est d’autant plus tragique que ce sont aujourd’hui les plus précai res qui sont sollicité.e.s pour gérer l’urgence du Covid-19. En Italie, ce sont trois chercheuses précaires et sous-payées, travaillant plus de dix heures par jour pour moins de 1200€ par mois, qui ont détecté la souche italienne du coronavirus. A Sciences Po Toulouse, la gestion de crise est portée par des administratifs dont la moitié est précaire et qui, pour beaucoup, ne seront pas renouvelé.e.s l’année prochaine, voire dont les contrats se termineront dans les prochaines semaines ou mois. Ils et elles n’ont aucune chance d’obtenir un nouveau contrat dans l’ESR avant la rentrée de septembre, et ne seront donc pas payé.e.s cet été. Et de même que ce sont les travailleurs.ses précaires qui gèrent la crise du Covid-19, ce sont aussi eux et elles qui seront, à l’université comme ailleurs, les plus touché.es par ses effets économiques. Les personnels d’entretien et techniques, dont les contrats ont été externalisés, seront-ils et elles payé.es ? Dans les universités qui n’ont pas les moyens de mettre en place des TD à distance, les vacataires qui les assurent en temps normal seront-ils et elles rémunéré.es? Comment les étudiant.es qui financent leurs études par des petits boulots (bibliothèque, cantine), eux aussi payés à l’heure, subviendront-ils et elles à leurs besoins d’ici septembre ?

Certes, dans l’immédiat, la fermeture des Universités et le passage au stade 3 de l’épidémie réduisent nos possibilités d’action et nos capacités à amplifier et élargir la grève de l’enseignement supérieur et de la recherche. Mais nous restons mobilisé.es pour préparer la suite du mouvement à long terme, à l’horizon de la rentrée 2020. Le mois de septembre 2020 sera le moment de rappeler au gouvernement et au président de la République sa prise de conscience soudaine, et l’utilité d’une recherche fondamentale financée de maniè re stable, avec des équipes stables. Seuls des financements pérennes et des postes de chercheurs titulaires fixes permettent à la recherche de se développer dans de bonnes conditions. La concurrence tous azimuts et le court-termisme ne permettent pas le développement d’une recherche de qualité.

Les membres du comité de mobilisation de Sciences Po Toulouse.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.