Depuis vingt ans, mon métier a changé…

Texte présenté oralement lors de la journée L’Université et la recherche s’arrêtent d’Aix-Marseille Université, campus Saint-Charles, le 5 mars 2020

  • par Jeff Mauffrey, maître de conférences en écologie,recruté en 2003 à Aix-Marseille Université et responsable d’une mention de Master et d’un parcours de licence «Formation des enseignant·es»

Vingt ans c’est court mais depuis vingt ans mon métier a changé, a été transformé !

Ce qui a changé :

  • La gestion financière et comptable : avant je dépensais de l’argent universitaire au profit des étudiants que j’avais en gestion pour organiser des sorties, acheter du matériel, rénover des salles, je donnais des factures au secrétariat qui les payait, nous avions même une carte bleue… et même des fonds de trésorerie, une autre époque…
    Aujourd’hui je gère un budget de ma formation, que j’ai du composer pour évaluer la viabilité de ma formation, ma petite formation, le possessif est important… ma formation individuelle ! évidemment que ce n’est pas la mienne, mais je dois la défendre… et ces dix dernières années, encore plus depuis la fusion, il a fallu la défendre âprement
  • Avant chaque collègue faisait son service (ou pas) et nous déclarions annuellement (ou pas) nos services en fin d’année sur papier libre ou sur feuille Excel pour les plus Geek d’entre nous…
    Mais aujourd’hui c’est à moi de vérifier que les heures sont faites et déclarées dans le logiciel qui nous surveille (ou pas !) A-t-on gagné en efficacité ? Certainement pas, par contre on a perdu en liberté !
  • J’étais un agent à qui on a fait confiance en lui donnant la responsabilité de cours, de cursus, aujourd’hui je suis une source de défiance parce que je dépense trop d’heures, trop d’argent et je parle des dysfonctionnements, et cela ne plait pas.
  • Avant mes cours évoluaient parce que je les actualisais, les remodelais au gré de mes lectures et travaux…
    Aujourd’hui ils changent parce que je n’ai plus que xx heures de l’UE « machin » pour les enseigner et l’année d’après yy heures de l’UE bidule.
https://www.flickr.com/photos/154098172@N02/46346594831/in/photolist-2dBupXe-7LWN1A-238gy2o-fAA87F-2dW3iEW-2ipgZ12-76kku1-7KBCn4-2i1KfYD-EiWAWN-2hFP8H7-2g8aHo8-2hBiVQk-2hwE4FH-2bTRhaD-2hexmfd-2gLtQKe-7J6P3V-oG9xSU-NMwF4J-krUhBp-9RT5tZ-fxQQjP-bVRi8U-24HEPjH-tr5PBD-9G131f-RViikn-ixVjVJ-2hgewAP-fmMtoa-HswpjM-auvXFu-WWGsKC-dmSEj2-69Y299-2aAmu8-4mMqnS-XdNnWV-66MNt7-2gJkxVm-iov9n-fbt9E5-bb53yX-ySSJUr-4VWGr3-2geYece-N9ox36-2gnUvgZ-2erfxtk

Absurd, by Edgar Severa, 2018

Oui parce que ce qui a beaucoup changé ce sont les trains de réformes successives : je suis arrivé dans cette université et il existait encore le DEUG1  ! et des IUP2 ! puis on a inventé les licences et des licences pro, qui ont changé de nom, d’acronyme, de nomenclature.
Finalement, on revient au « portail » — autre nom pour dire le DEUG ! — mais au lieu d’en faire deux à l’UFR science… on en fait quatre histoire que ce soit plus facile à gérer (ironie).

Réformes 2007-2020
    • 2020 : nouvelles études de médecine et nouvelles formation des enseignants (capes en M2)
    • 2018 : nouvelle habilitation
    • 2016 : réforme de la formation des enseignants (CAPES en M1)
    • 2014 : nouvelle nomenclature licence (montage SV/SVT et déplacement nouveau parcours SVT depuis BOE-SVT)
    • 2012 : fusion et nouvelle habilitation
    • 2010 : réforme de la masterisation (le CAPES passe en M2)
    • 2007 : Nouvelle habilitation

Des réformes directement sur nous sans que l’université joue son rôle protecteur. Le pire c’est que les réformes proposées — crétines, ineptes mais laissant de la latitude à notre intelligence — deviennent encore plus bureaucratiques et contraignantes. Après le filtre AMU puis UFR, toutes ses possibilités d’adaptation ne sont plus possibles, les contraintes augmentées…

Et puisque cela devient vraiment complexe, l’humain ne peut plus gérer tout cela et à l’heure du numérique, les tâches de nous surveiller sont confiées à des logiciels. Maintenant il faut d’abord remplir un logiciel de vœux de service qui permet d’attribuer les services à chaque agent puis on doit remplir ARES en prévisionnel (sans connaître le nombre d’étudiant de chaque filière !) qui doit être évalué par nos instances, puis en fin d’année on doit valider nos services faits (et donc vérifier celui des collègues des filières dont on est responsable)… la dictature de logiciels que peu de monde sait bien faire fonctionner et qui sont loin, TRÈS loin de nous faciliter la tâche.

Le plus déstabilisant c’est de comprendre que de l’argent il y en a — beaucoup ! — mais qu’il ne revient pas là où il devrait : devant les étudiants, ou alors par le biais d’appel d’offre intra-université pour satisfaire à des critères aussi ineptes que flous : innovation, excellence… !!!
Le plus déstabilisant c’est de comprendre que notre université, relayant nos gouvernements sans filtre, s’empare de mot clés — compétences, professionnalisation, interdisciplinarité… — et impose des cadres flous mais contraignants, là où la richesse résidait dans le travail pionnier de beaucoup de collègues…
Le plus déstabilisant c’est d’entrevoir des solutions simples, des simplifications massives de nos formations qui pourrait être facilitantes pour tous… et de ne pouvoir les mettre en place du fait de mauvais choix de nos tutelles…

Avant j’avais l’impression d’appartenir à une communauté universitaire.
Aujourd’hui il faut que je me batte et me débatte individuellement pour faire tourner des cursus historiques et dans lesquels je crois.

  1. NDLR : Diplôme d’ Études Universitaires Générales. []
  2. NDLR: Institut Universitaire Professionnel. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.