Détenu·es confin·ées : discontinuité pédagogique

Depuis quelques jours, Laelia Veron a attiré l’attention de ses lecteurs et lectrices sur une catégorie de la population qu’elle connaît bien, comme enseignante en prison : les hommes et les femmes incarcéré·es. Je reprends le fil de Laelia Veron, en l’enrichissant d’articles plus récents1

Aucun plan de gestion de la crise du COVID-19 en prison n’a vraiment été prévu, à l’instar de l’Italie. On s’achemine donc vers une situation tout aussi explosive : un risque d’épidémie grave ; l’arrêt des contacts avec l’extérieur, des surveillant·es en première ligne d’exposition au virus, des mutineries, des drames.

Toutes les prisons ne sont pas dans la même situation. Les prisons centrales, pour les longues peines, dont la plupart des personnes incarcérées bénéficient d’une cellule individuelle, sont relativement moins surpeuplées que les maisons d’arrêt. En revanche, les maisons d’arrêts, qui mélangent toutes les peines, sont, quant à elles, vraiment surpeuplées et atteignent aujourd’hui 138%, selon l’Observatoire international des prisons (1e janvier 2020)2.

https://www.flickr.com/photos/urbexsachalille/16459399667/in/photolist-r5sJ5T-2edvgqB-r7kett-XNfYZy-r7d1yy-qrMMiC-EMmSsf-FsHxSG-qrZY8Z-r7dKi3-2bww7bi-wzrrFT-vj8b8z-2hrVxa9-2hFYa3o-21U2AWL-FpX6Ve-2iza1wc-LBNrDf-2atvu6W-vyJSA4-JBiKag-Qfq6t4-wFNgdV-cy7N1q-EEDQqP-21UMP1S-Bym23A-B7a9Je-2aaX3F1-rKMTBh-qrMPzS-4HAMFm-qrZXjK-roEcLi-r5sKhn-6q47JF-rmujXE-JJz1Rr-r5sQAt-r3dCCb-qrZXGD-roMcwF-r5sRyF-SYZYr7-qrMV2o-Bj7cuy-roMj7K-qrMQFE-roEfmt

Prison française, par Sacha Medjedovic, 2015

On pourrait avoir l’illusion que les détenu∙es étaient déjà confinés. Ce serait ignorer la vie d’une prison : il y a de nouveaux arrivants tout le temps ; des extérieurs qui s’y rendent. Aujourd’hui, familles, avocat∙es, enseignant∙es n’ont plus le droit de s’y rendre. Mais il faut bien administrer la prison : les surveillant·es continuent d’y travailler.

Des cas de coronavirus ont été déclarés en prison. Vu la surpopulation en détention, le confinement individuel des personnes atteintes est impossible. Le virus risque de se répandre très rapidement, tant chez les personnes détenues que les surveillant∙es. L’épidémie risque d’y être d’autant plus grave que 1° la promiscuité et la surpopulation facilitent les contaminations 2° les bâtiments sont insalubres, l’hygiène insuffisante, les systèmes de santé vétustes. Qui plus est, les populations carcérales s’avèrent particulièrement à risque, en raison de leur mauvais état de santé général.

Mais ce n’est pas tout : parmi les personnes-cibles de l’épidémie en prison, on risque non seulement les surveillant∙es, donc, mais aussi le personnel de santé. On trouvera bien sûr des personnes condamnées, mais aussi des personnes en incarcération préventive3, soit un quart de la population carcérale (21 000/80 000 personnes détenues)4. Dans la prison surpeuplée de Fresnes, un homme testé positif au coronavirus est mort. Il avait été incarcéré dix jours avant, alors qu’il était très âgé (74 ans) et de santé fragile – indice, s’il en était besoin, des inégalités exacerbées par la situation carcérale, entre un Balkany et un détenu anonyme. Le jour même, deux infirmières y étaient testées positives au coronavirus.

Quelles sont les mesures qui sont prises ? Pour l’instant, surtout l’arrêt presque total des interventions extérieures, des parloirs, etc. Or beauoup de détenus auront d’immenses difficultés à vivre, physiquement5 et mentalement sans contacts extérieurs. En conséquence, des incidents ont éclaté dans de nombreuses prisons – et même un début de mutinerie à Réau, Perpignan, Angers, Maubeuge, Bois d’Arcy, La Santé6 et des émeutes à Grasse, avec interventions des ERIS et tirs de sommations. Le problème c’est qu’on risque une escalade de la violence : interdiction possible des promenades, par exemple, pour éviter tout regroupement collectif, détenus encore plus à cran, surveillants déjà à cran, sans protection (masques, par ex) encore plus exposés, etc.

 

 

Devant cette situation, la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté a demandé la mise en place de visioconférences pour compenser la fin des parloirs ainsi que la gratuité du téléphone.7

La seule mesure efficace serait le désengorgement des prisons et la fermeture des centres de rétention8. C’est ce à quoi appellent plusieurs associations, syndicats et la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté elle-même. Ce serait un changement majeur.

https://twitter.com/ChTaubira/status/1240712367559884800?s=20D’autres lieux de privation de liberté sont concernés par l’épidémie : les geôles, en cas de gardes à vue prolongées, et de comparution immédiate. Ces pratiques judiciaires se poursuivent en dépit de risques sanitaires graves.

Le coronavirus expose tous les dysfonctionnements de notre société. Il suffit de peu de choses pour que tout explose. Ça vaut pour nos services publics exsangue, mais aussi pour les prisons. Et devant la maladie, ce sont toujours les plus fragiles et les plus précaires qui sont aussi le plus exposés.

*
*     *

Ailleurs dans le monde,  on retrouve la même situation explosive. Émeutes, grèves de la fin, destructions matérielles, évasions : les prisons italiennes ont déjà connu plusieurs morts, dans un système pénitentiaire surpeuplé à 130%, où la moitié de la population a plus de 50 ans. Avec 2,2 millions de détenus, les États-Unis abritent les prisons les plus peuplées au monde, laissant craindre une flambée de l’épidémie de coronavirus en milieu carcéral. En Iran, l’un des pays les plus touchés du monde par le coronavirus, 85.000 détenus ont été libérés : il s’agit d’hommes et de femmes condamnés à moins de 5 ans, qui devront finir de purger leur peine à une date indéterminée.

Le manque de communication claire a des conséquences particulièrement graves en prison, où n’importe quel petit rien peut favoriser la psychose et le développement de rumeurs qui enflent en raison de l’enfermement, des addictions, de la santé mentale fragique des populations carcérales, sans même de l’incompréhension de la situation par les personnes non francophones.

Mais même dans ces situations-là on traite les détenus de sales privilégiés : un article, intitulé « Nous allons distribuer 100 000 masques en prison », annonce Nicole Belloubet, se trouvent rapidement assortis de commentaires de type « eux ont le droit à des masques, pas nous! », alors que les masques sont destinés aux surveillant∙es…

Le 19 mars, le Ministère de la Justice annonce quelques mesures : à partir du lundi 23 mars, chaque détenu aura d’un crédit de 40€ par mois pour téléphoner ; la télé sera gratuite ; les détenus indigents recevront une aide majorée de 40€/mois pour cantiner.

https://twitter.com/OIP_sectionfr/status/1240602063224156161

Tweet de l’Observatoire international des prisons, 19 mars 2020

En revanche, il n’y a aucune continuité pédagogique mise en place en détention. Les enseignant∙es ont été prévenu·es au dernier moment, n’ont rien pu préparer. En l’absence d’Internet, les cours sont suspendus. Simplement.

Liens :

  1. Laelia Veron n’est responsable ni de la forme, ni du fond, mais en est pleinement l’autrice. []
  2. La Cour européenne des droits de l’homme a condamné la France à mettre un terme à la surpopulation carcérale, dans un arrêt historique du 30 janvier 2020. []
  3. À l’instar de cet homme, soupçonné d’avoir pollué une rivière, qui s’est suicidé à Douai. []
  4. Source: La mesure de l’incarcération au 1er octobre 2019 (format pdf) []
  5. Ils ou elles ont besoin de la famille pour le linge, par ex. []
  6. Refus de retours de promenades. []
  7. La gratuité des télécommunications, au montant actuellement exhorbitant, est envisageable ; la mise en place de visio-conférences techniquement plus compliquées. Il aurait fallu ménager des points internet avant en détention. « On voit les conséquences de la politique « zéro internet » : nous les extérieurs, professeurs par ex, on ne peut pas faire du télé travail ! Et on laisse détenus seuls et les surveillants en première ligne… ». []
  8. Une information non confirmée laisse penser que les centres de rétention administrative sera en train d’être vidées. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.