LibGen et Sci-Hub, what and how ?

https://www.flickr.com/photos/urskamerc/4673479488/

Urška Merc, Library, 2010

Library Genesis et Sci-Hub sont deux projets, certes illégaux, mais utiles, visant à mettre à disposition de tous un grand corpus de littérature scientifique. Le second recense des articles de recherche, le premier des livres, et s’est étendu à des thèmes plus vastes (fiction, bande dessinée, manuels…). Les pages Library Genesis et Sci-Hub de Wikipedia expliquent en détail ce dont il s’agit, ainsi que l’histoire de ces projets:

Puisque ces sites ne respectent pas la législation sur le droit d’auteur, des éditeurs scientifiques (Elsevier et Springer en tête) ont obtenu de la justice française que ces sites soient bloqués par les fournisseurs d’accès Internet (Orange, Free, Bouygues…).

La méthode choisie est un blocage DNS — c’est-à-dire qu’ils ont retiré ces entrées de leurs serveurs DNS. Rappelons juste qu’un serveur DNS est une espèce d’annuaire qui transforme une adresse littérale (du genre academia.hypotheses.org en une adresse IP numérique telle 134.158.39.133).

Il y a plusieurs méthodes pour contourner ce blocage.

1. Utiliser un autre serveur DNS.

Ceux proposés par Google sont très connus et faciles a retenir, mais on peut vouloir diminuer sa dépendance à ce géant, ni lui fournir la liste de toutes nos requêtes réseaux — nous ne savons pas ce qu’il en fera, mais lui sait ce qu’il pourrait en faire.
Il faut ensuite modifier vos préférences réseaux pour le mettre en place.

Une recherche sur « open dns server » va vous en proposer plein.

C’est une solution efficace, surtout si, confinés chez vous, vous n’avez qu’une seule config réseau.

2. Connaître par cœur l’adresse IP (numérique) de ces sites

Plus prudent, car ces adresses ont tendance à changer : savoir les retrouver, par exemple grâce aux pages de Wikipedia ou au compte Twitter @scihub_love.
Il est aussi possible d’utiliser un site comme nslookup qui est une espèce de « serveur DNS manuel ».

https://www.flickr.com/photos/morebyless/9423385629/

Numbers, by morebyless, 2012

3. Configurer son navigateur

L’intérêt de de ne pas avoir à changer sa configuration réseau mais de laisser le navigateur s’en charger.

Avec Firefox, l’option DnsOverHttps le conduit à demander à d’autres serveurs de lui fournir les adresses IP correspondant à une adresse texte. Pas mal de sites web expliquent comment activer cette option, cette explication dans Zdnet m’a semblé assez claire.

Le navigateur Opera offre un VPN (virtual private network) qui, si je comprends bien, revient plus ou moins à cela.

4. Utiliser Tor

Tor ressemble de l’extérieur à un navigateur en mode de navigation privé, mais le fonctionnement interne est plus compliqué, de sorte que les sites ne puissent pas retracer l’origine de la requête, laquelle passe par tellement d’endroits que le blocage initial est inopérant.

https://www.flickr.com/photos/steelex709legocreations/40676079054/

Thors, by Kaiju Dan, 2018

5. Et sur un téléphone portable (en 4G) ?

Je ne sais pas mettre en œuvre l’option 1.
Les options 2 (connaître l’adresse IP) et 4 (Tor) sont transparentes.
L’option 3 (DnsOverHttps) est un peu plus compliquée à mettre en place parce que la page de paramétrage de la version Android de Firefox est moins conviviale.

Il paraît aussi que des applications comme Intra ou nextDNS font ça automatiquement, très simplement.

6. Et pour une solution légale ?

https://www.flickr.com/photos/26762414@N02/2532105138/

Young lawyers or law students standing together; isolated on white (c) Darren J. Sylvester, 2008

De nombreuses institutions académiques ont souscrit des abonnements à des portails de littérature scientifique. L’accès est contrôlé par l’origine des requêtes Internet : si vous êtes depuis votre bureau, cela marche de façon transparente.

Grâce au système de proxy, vous pouvez faire croire aux sites que vous êtes au travail. Par exemple, l’extension EzProxy, disponible pour Chrome ou Firefox (à ne pas confondre avec ce que propose l’entreprise privée du même nom) est préconfigurée pour vous permettre, en cliquant simplement sur l’icone de la toque universitaire puis en utilisant vos identifiants usuels d’ENT, d’accéder à ces sites. À l’installation, il faut juste sélectionner votre institution parmi les préférences de l’extension (à ce jour, l’extension en recense 591 ! dont 27 en France,  si votre institution est absente, prenez contact avec le service informatique afin qu’ils s’ajoutent à la liste).

Le logiciel Zotero a également une extension pour navigateur capable de reconnaître ces proxys.

Bonnes lectures !


1 réflexion sur « LibGen et Sci-Hub, what and how ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.