Bons baisers de Marseille

Faire comme si de rien n’était, vraiment ? À propos de la « continuité pédagogique » en période de confinement.

Samedi, alors que le premier Ministre annonçait le confinement, sans annuler les élections, j’ai reçu un énième message sur les « cours en distanciel ». Émanant d’une collègue que j’aime beaucoup, il indiquait qu’elle allait faire ses cours en ligne de telle façon, mais pas de telle autre. La notice venait après des dizaines d’autres, sur Twitter et sur des listes professionnelles, où on continuait à voir circuler des appels à contributions pour des colloques, des appels à projet et bien sûr des trucs et astuces  pour faire des cours. Sur mes propres listes insitutionnelles, une fièvre s’était emparée de mes collègues dès mercredi pour savoir quels étaient les meilleurs outils, libres ou non, pour faire des séminaires à distance. Était-ce la douceur d’un soir marseillais ? Je me suis demandée comment les Marseillais·es avaient vécu l’épidémie de 1720 — du moins celles et ceux qui n’avaient pas fui1.

Vue de l’hôtel de ville pendant le peste de 1720, de Michel Serres, 1721 (Musée des Beaux-Arts, Marseille)

Ces enseignant•es qui veulent continuer à enseigner envers et contre tout, auraient-il/elles fait la même chose pendant la peste de 1720 ou l’épidémie de choléra de 1832 ?

Non. Parce que le numérique n’existait pas, me direz-vous.

Sommes-nous à ce point (dé)connectés que nous ne parvenons pas à comprendre que nous allons vivre une profonde perturbation de notre quotidien, de nos habitudes, de nos temps sociaux ? Que cette perturbation implique déjà de nous occuper de nos proches, nos enfants, nos parents, voire nos voisins dans le besoin, et surtout de s’attacher à ne pas propager le virus, en restant chez soi ?
Peut-être l’idée de connaître des deuils affleure-t-elle encore à peine à la conscience. Peut-être aussi la paranoïa ne laisse pas de place pour l’information objective. Si le taux de mortalité à 3% de la population affectée est confirmée, il n’est pas de doute que la mort va se rapprocher de nous. Elle va aussi se rapprocher des étudiant·es.
Ne pouvons-nous aussi nous arrêter d’enseigner quelque temps ? Que veut dire cette « continuité pédagogique » qu’on nous serine à longueur de correspondance institutionnelle ?

On peut légitimement se demander ce que voulait dire déjà cette « continuité pédagogique », quand les étudiant·es se voyaient retirer leur titre de séjour en cours d’année, quand ils ou elles se retrouvaient sans toit, sans emploi, sans de quoi se nourrir, quand leur présence en cours était si rare, parce qu’ils ou elles devaient travailler ? Que veut dire « continuité pédagogique » aujourd’hui ?

Ce qui m’interroge davantage encore, c’est le rapport qu’entretiennent mes collègues à leur savoir. Déployer de l’énergie à essayer de mettre en œuvre des visioconférences, c’est aussi imposer aux étudiant·es la croyance que le savoir universitaire — et son partage dans une relation pédagogique — surpasse tout.Je ne parle des collègues qui ne jurent plus que par les « pédagogies innovantes de type MOOC »2 sans s’être jamais demandé de quels outils et de quelle qualité de connexion les étudiant·es disposaient, confiné·es hors des campus. Je ne parle pas non plus de la croyance en la nécessité d’une relation pédagogique surplombante, de maître à élève, en laquelle semblent adhérer quelques collègues.Est-ce le pouvoir qu’ils ou elles retirent de cette domination savante qui justifie cet entêtement ? Ou plus simplement, leur addiction au travail et le déni de la pandémie ?
Dans cette logique, la relation pédagogique universitaire serait ainsi tellement éminente pour justifier l’enseignement universitaire et sa validation en tout temps. Même en celui où les collègues enseignant·es, hommes et femmes, parents de jeunes et moins jeunes enfants, enfants de parents âgées, se retrouvent du jour au lendemain sans autre solution que de s’en occuper à temps plein.
Cela fait plusieurs mois qu’en dépit des signaux les plus crus de destruction massive de l’Université et du Code de l’Éducation, de la pauvreté dramatique de certain·es étudiant·es, de la mise en danger du renouvellement de nos disciplines, faute de recrutements, tout le monde continue, comme si de rien n’était, à faire cours, déposer des ANR, organiser des réunions, faire des colloques, recruter des doctorant·es —en sachant pertinemment qu’ils ou elles n’auront pas de postes après les longues et pénibles années de thèse.Pour autant, ce qui a primé, chez une majorité de collègues universitaires c’est continuer à travailler.
Avec le COVID-19, je prends conscience d’une pathologie pédagogique : celle d’une déconnexion de la vie savante et de la vie tout court. Je ne suis pas sûre d’avoir envie d’entraîner mes etudiant•es dans cette voie névrotique.
Bien au contraire, c’est d’abord du bien-être de mes étudiant·es et de leurs besoins que je me suis enquise. Je l’ai fait non sans savoir que plusieurs d’entre elleux n’auront pas l’envie de dévoiler une situation délicate ou des soucis de santé physique ou mentale, alors qu’ils ou elles sont loin de leurs proches, quand ils ou elles ont encore de la famille. C’est ensuite — d’abord — et surtout de mon fils, avec qui il va me falloir composer pendant quelques semaines, sans sortir. Bien sûr, je sais qu’il me faudra un temps d’adaptation, après trois mois de veille et de chroniques quotidiennes sur ce blog, auxquelles je suis devenue dépendante. Par chance, contrairement aux Marseillais·es de 1720, le téléphone et Internet existent pour que mon fils et moi maintenions vivante l’affection qui nous lie à nos proches à l’autre bout de la France et à nos ami·es un peu moins éloigné·es, comme à celles et ceux vivant à l’étranger. Il sera temps bientôt de demander si je peux être utile, auprès de collectifs contre les violences faites aux femmes, de Réseau Éducation Sans Frontière, ou d’autres associations solidaires.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Peste_de_Marseille_(1720)#/media/Fichier:Tourette-peste-Roze.jpg

Le chevalier Roze au quartier de la Tourette et l’évacuation des cadavres par les forçats, gravure de Thomassin, 1727

Lors d’une épidémie du 16e siècle, Claire Dolan avait suivi les trajets quotidiens du notaire pour enregistrer sans relâche baptêmes, décès, dernières volontés, au travers des portes cochères et par les fenêtres3 /. En 1720, le dévouement du chevalier Roze et de l’évêque de Belsunce ont durablement marqué la mémoire des Marseillais·es. Les médecins avaient fui. Ce qui est moins connu, c’est que les habitant·es confinés ont eu aussi une grande confiance dans leur soignant·es, ces « chirurgiens de peste » mercenaires, de basse extraction, recrutés dans tout le royaume pour s’occuper des malades, en l’échange de la promesse de pouvoir s’installer sans frais4. Il est peut-être ridicule de nous comparer avec ces humains d’un autre temps. Pourtant réfléchir à leur histoire et leur expérience de l’épidémie nous tend un miroir5 : quel sera le rôle des universitaires de sciences humaines et sociales en ) 2020 ? Faire des cours en ligne ? (Re)devenir simple citoyen ? Continuer d’élaborer, dans le prolongement de la mobilisation de l’hiver, l’Université de demain ? Ou tout autre chose ?
  1. Sur l’expérience de la peste et la transformation des institutions de police et de justice, voir la thèse de Fleur Beauvieux, Expériences ordinaires de la peste. La société marseillaise en temps d’épidémie (1720-1724) (EHESS, 2017), à paraître chez David Gaussen éditeur en 2020. []
  2. Je ne parle même pas des collègues qui, n’ayant jamais envoyé un document .pdf à leurs étudiant·es de leur vie, vantent les MOOC sans les avoir pratiqué et don sans connaître leurs désavantages. []
  3. Claire Dolan, Le notaire, la famille et la ville (Aix-en-Provence à la fin du XVIe siècle. Toulouse, Presses du Mirail, 1998. []
  4. Voir la thèse de Jamel El Hadj, Les chirurgiens et l’organisation sanitaire contre la peste à Marseille : 17e-18e siècles (EHESS, 2016). []
  5. À l’instar de celui que Marc Bloch nous a tendu dans L’étrange défaitetexte rédigé entre juillet et septembre 1940, comme manière de rationnaliser la panique qui venait. []

14 réflexions sur « Bons baisers de Marseille »

  1. Ping : » Por un vínculo pedagógico, social y ecológico

  2. Ping : Rupture pédagogique dans les écoles d’art… Ou manière de faire des mondes. – Nouvelles écritures en art et design

  3. Chère collègue,
    Je suis très très heureux d’avoir lu ce texte et d’avoir surtout compris dans quel état je me trouve. Dès le lundi 16 au matin, j’ai reçu un message d’un étudiant qui me demandait déjà quelle alternative je prévoyais et qu’en était-il de l’examen du même cours. J’avoue avoir été très mal à l’aise et j’ai indiqué une réponse quelque peu sèche en disant qu’ils recevront un contenu-support et que les étudiantes et étudiants doivent savoir que nous sommes dans une situation particulière qui met nombre d’entre nous en situation de parents étant en congé pour s’occuper de leurs enfants de moins de 16 ans tout en étant obligés de continuer néanmoins le travail. Je n’ai pas été en mesure de formuler la chose aussi clairement que vous l’avez fait et je vous dis bravo.
    Vous posez des questions très difficiles portant sur la continuité pédagogique en temps de « tranquillité ». Des questions très justifiées et très justes mais qui, de mon point de vue, demandent un changement radical, voire un changement de société qui prendra bien évidemment du temps. Comment en effet refuser d’inscrire un étudiant en thèse qui vous le demande tout en continuant d’être enseignant-chercheur ? Que faire quand la moitié d’une classe est absente parce que les étudiants et étudiantes travaillent ? C’est tout le fonctionnement de l’université qu’il faut repenser.
    Pour en revenir à la continuité pédagogique en cette période de pandémie, tout semble fait pour que la pédagogie puisse continuer. Mais il nous est dit qu’il y aura une crise économique, une crise financière probablement. En revanche, il semble n’être pas envisagé une crise sociale qui court déjà et qui sera probablement encore plus forte car vraisemblablement, nous ne sortirons pas de la crise sanitaire en reprenant nos pratiques d’avant.
    Déjà les solidarités sont affectées car un climat de délation et d’accusation se développe dans certains pays si bien qu’il ne sera pas inintéressant de regarder ses phénomènes et de tenter, dès à présent, en tant que chercheur/chercheuse en sciences humaines et sociales, de prendre position. Notre rôle, et pour commencer, est peut-être déjà là, je veux dire dans des analyses qui pourraient être développées et adressées aux médias afin d’attirer l’attention du public sur les dérives éventuelles et peut-être déjà engagées dans certains cas!

    Merci pour votre texte qui m’aide, non seulement à développer ma réflexion dans ce moment et relativement à cette crise sanitaire mais surtout à ne pas me sentir seul.

  4. Merci pour ce texte.
    En tant qu’étudiante je dois dire que l’afflux de mails pour la continuité pédagogique à tendance à me faire plonger dans un gouffre d’impossibilités à faire quoi que ce soit dans de telles circonstances. Il est déjà difficile, en temps normal, de prendre le temps de l’écriture et du travail. Je n’ai jamais réussie à m’imposer un rythme de travail et c’est sans doute ce qui me coûtera mes études et leurs poursuites.

    Le confinement est une épreuve mentalement aussi très difficile, alors laisser des ressources et des possibilités, soit. Néanmoins, parler de rendus même décalés, de cours en vidéo sans questionner plus que cela nos possibilités d’accès ne fait qu’accroître ma culpabilité face à mon incapacité à faire quoi que ce soit (ou mon incapacité à me connecter à l’heure voulue, définie – voir même l’incapacité à répondre aux mails de mes professeurs). Pourtant, je suis de ces étudiants plus que privilégiés, je n’ai jamais manqué de rien et mon confinement se fait dans un endroit bien agréable en soi. Mais l’angoisse devant une situation tellement inconnue dont nous n’avons aucune idée du temps qu’il nous faudra pour sortir devrait amener à plus de questionnements sur ces questions de continuités comme vous le mentionnez.

    Alors il va certainement falloir inventer des façons de faire et de communiquer mais à mon sens aussi surtout déculpabiliser ceux, celles, qui juste n’arriveront à rien dans ces temps-là ou tout simplement par précarité ne pourront accèder à ces ressources numériques.

    La déconnexion du monde universitaire n’a fait que s’accroître ces derniers temps, on l’a vu au temps des mobilisations où les échanges et les rapprochements entre les différents corps de l’université ont été plus que difficiles. Puis si certains tirent parti de cette situation, c’est à craindre que ce seront toujours les mêmes, comme ceux qui déjà en difficultés le seront sans doute bien plus pendant et après cette crise sanitaire. Il y a une donnée dont on parle trop peu dans le monde universitaire, c’est la santé mentale plus que fragile d’un grand nombre d’étudiants. J’ai été dans le peu de rencontre que j’ai faites cette année (puisque je n’arrive pas à me faire à ce milieu universitaire) plus que triste de découvrir le nombre d’étudiants sous anxiolytiques, antidépresseurs ou ceux en détresse qui n’ont accès à rien. Je suis ce qu’on pourrait qualifier de déléguée de classe, et lors de prises de contacts avec les étudiants, certains mails étaient tels des appels à l’aide dont ils nous étaient quasiment impossible de répondre pour nous délégués.
    Les discussions avec la direction nous ont sans cesse ramenés à nos devoirs de délégués sans que ces derniers prennent la mesure du risque en cours, de la détresse auxquels nous dans des situations parfois parallèles n’étions en mesure de répondre. Et aujourd’hui quand est-il ? Je pense à mes camarades dans des chambres de 9m2 où les bâtiments répondent déjà à des hautes normes anti-suicide tellement la plupart des conditions de vies offertes sont précaires et insatisfaisantes. Je me rapelle une année en cité universitaire que j’ai fini par quitter l’année suivante pour aller en foyer théologien (bien que je ne sois pas croyante). Une chambre de 9m2 et une cuisine partagée souvent sale, sans poubelle à disposition, ni four.Souvent juste deux plaques, un micro-ondes. Des murs si fins que les moindres gestes de vos voisins vous parviennent. Des sortes de cellules à étudiants qu’on ne peut à peine nommer car il y a encore pire. Il y a toujours pire. Il y a des cités universitaires dans des états d’une insalubrité impensable.

    Et j’ai là aussi une pensée pour ceux, celles, qui réellement emprisonnées actuellement dans les CRA vivent dans des conditions souvent inhumaines. Mais il y a encore une fois toujours pire. Alors, si ce temps de la prétendue continuité pédagogique pouvait plutôt s’interroger sur ce qu’est devenu notre monde, notre société autant que son université. Puisque l’université aujourd’hui ne répond plus à son devoir de service public, elle est inégalitaire, raciste, sexiste, et j’en passe. Que faire? Je n’ai même pas d’idée.
    Dernièrement je suis fière de moi quand j’arrive à lire un chapitre alors qu’il y a des moments où je pourrais lire plusieurs livres dans la journée. Je pense à ceux, celles, qui ne seront pas aussi protégés que je le suis. À ceux, celles en détresse pour qui je ne sais même pas quoi faire. Je pense à ce gouvernement qui offre d’abord des solutions aux entreprises et s’auto-éloge alors que la gestion de la crise est plus que lamentable et coûtera de nombreuses vies. Mais qu’importe pour eux, il n’est plus à démontrer que nous ne comptons pas. Il y a mille questions à se poser actuellement, et je m’excuse de ce long message, mais je crois en effet que la continuité pédagogique n’est pas la première.

  5. Ping : Non à la continuité pédagogique pendant la pandémie | Igor Babou

  6. Merci Christelle, Je n’aurais pas une phrase à retirer ni à ajouter à ce texte, que je mets de ce pas en circulation tant il correspond à ce que je pense en ce moment. J’éprouve déjà depuis des années un immense écœurement à faire mon métier dans le contexte de la grande médiocrité intellectuelle de l’administration et de la « gouvernance » universitaires. Mais là, depuis quelques semaines, la coupe est pleine !

  7. Bonjour. Le fait de maintenir une activité professionnelle ou scolaire nous permet de rester en forme, de nous occuper, de se coucher avec un sentiment d’accomplissement… Bref, d’aller bien malgré le confinement ! En ce qui concerne la déconnexion entre la vie universitaire et la vie tout court, je fais plutôt le constat que chacun a pris du recul sur ses activités : évidemment, annuler une conférence, reporter un concours ou ne plus pouvoir aller en cours, ça n’est pas si grave… Une fois ce premier constat passé, chacun de nous s’interroge au contraire sur la place de notre travail ou de nos études dans la société… Et même si notre travail ne relève pas de la première nécessité, ne plus pouvoir l’exercer dans les conditions habituelles nous révèle sa valeur et son importance dans le fonctionnement de notre société ! Je trouve donc que cette période de confinement est particulièrement féconde pour réaffirmer le lien fort entre notre vie universitaire et la vie tout court !

    • Entièrement d’accord avec CM. L’arrêt des activités pédagogiques défendu dans ce billet ne contribuerait qu’à accentuer les injustices entre ceux qui sont suffisamment armés et entourés pour continuer à s’éduquer par eux-mêmes, et ceux qui sont plus démunis. Que la crise actuelle nous amène à nous interroger sur les priorités de la vie et de la société, c’est d’accord. Que les solutions alternatives aux cours en présence des étudiants soient moins satisfaisantes, c’est également d’accord, en notant toutefois que l’enseignent à distance ne véhicule pas forcément l’idéologie d’un savoir descendant. Il existe des outils comme les forums, les wiki, et d’autres possibilités d’encourager la construction des savoirs par les étudiants. Que nos collègues qui se retrouvent avec de jeunes enfants à charge ne puisse pas libérer beaucoup de temps pour continuer leur mission, c’est une évidence. Mais nous les enseignants avons la chance de pouvoir continuer à exercer une partie de notre activité de chez nous, sans aucun risque pour notre santé, et de conserver nos salaires, tandis que des entreprises vont fermer faute d’activité, et que des personnels soignants vont mourir en essayant de nous protéger, et par conséquent je trouve ce discours obscène, qui consiste à dire qu’on arrête toute activité d’enseignement parce que c’est dérisoire. Le peu que nous pouvons offrir en la circonstance pour que nos étudiants restent mobilisés pour leur avenir, et ne se sentent pas encore plus livrés à eux-même qu’ils le sont en temps normal, justifie les efforts de ceux de vos collègues qui s’empressent de proposer des solutions en ligne pour leurs étudiants.

      • L’obscénité est la vôtre. Ce billet ne promeut pas l’arrêt des cours. Il invite à se poser la question de la nécessité de leur « continuité », ce qui est très différent.
        Il pose donc la névrose qu’il y a vouloir continuer à tout prix ces enseignements, ces maquettes, ces contenus, allant jusqu’à les justifier par la lutte contre les inégalités, quand nos étudiant-es les plus modestes travaillent comme caissier-es ; ne disposent pas de connexion autrement que par leur téléphone ou la BU, à laquelle ils ou elles ne peuvent plus se rendre.

        • Merci d’avoir publié mon commentaire et d’y avoir répondu. Je suis d’accord avec vous sur le fait que la difficulté à accéder au réseau est un vrai problème pour certain·e·s de nos étudiant·e·s dans la situation présente. Nous devons donc faire preuve de parcimonie dans les activités proposées en ligne et tenir compte des difficultés de connexion qui affectent même celles et ceux qui d’ordinaire ont de bonnes conditions d’accès, du fait de l’engorgement général des réseaux.

          Certaines de nos grandes entreprises assument leur responsabilité sociale en redéployant une partie de leurs moyens de production pour la lutte contre l’épidémie. Peut-on imaginer que nos fournisseurs de téléphonie fassent un geste citoyen en direction des étudiant·e·s et les lycéen·ne·s, par exemple en offrant un mois de forfait data pour ceux qui en font la demande pendant le confinement? À l’argument de l’augmentation de traffic générée par une telle mesure, on pourrait leur recommander de brider certains services moins essentiels et très gourmands, par exemple en limitant la résolution sur les services de streaming.

  8. À propos de MOOC, on peut profiter du confinement pour lire La fabrique du crétin digital de Desmurget, qui est une ode à l’enseignement en présence. Et relire, à fond, L’étrange défaite écrite après le contact direct avec la trahison du haut État-major, et les textes qui l’ont suivi jusqu’en 1944 : ça remet les pendules à l’heure et nous éclaire sur aujourd’hui. Car l’ère des « juges justes » pour juger les responsables du fiasco, exode du printemps 1940 inclus (Cahiers politiques, n° 4, novembre 1943, « La vraie saison des juges », in L’étrange défaite, p. 236-239), n’est jamais venue. Et les héritiers des responsables sont aux manettes, eux dont les délégués politiques nous annoncent désormais des « nationalisations » des banques et grands groupes industriels (de 1932) à la Brüning, auxiliaire des Konzerne, des Junker (gavés par l’Osthilfe) et de la Reichswehr – « étatisés » pendant l’ouragan de 1932, et, après « la socialisation des pertes », re-privatisés sous Hitler dès 1934, après le sauvetage par le contribuable allemand.

    Lisez ou relisez la vieille Histoire de l’Allemagne contemporaine, 1933-1962, 2 vol., 1917-1933, 1933-1962 de Gilbert Badia, Paris, Éditions sociales, 1964, fondée sur les travaux de l’historiographie marxiste est-allemande. On n’a finalement jamais fait mieux ni plus clair.

    Le grand capital français a fait, alors et depuis, et aussi bien. C’est vraiment ça qu’on veut encore pour la suite?

    Bonnes lectures confinées.
    Amitiés,

    Annie

  9. Christelle, pour te répondre tout de suite : le fait d’établir des connexions avec les étudiants confinés est d’abord à mes yeux un moyen de leur offrir un réconfort, de prendre des nouvelles plus personnelles que d’habitude, vérifier leurs conditions de vie. C’est hyper important, surtout pour les étudiants étrangers. J’ai eu plus de monde à mon séminaire virtuel de lundi que d’habitude. J’ai ensuite passé une grande partie de la journée d’hier à parler en privé à certains.
    Ces outils servent effectivement à prendre soin des êtres à l’égard desquels nous avons certaines responsabilités, ce n’est pas du tout du déni de quoi que ce soit. Nos séminaires forment des micro-communautés, qu’il est important de faire vivre, pas pour l’ego de l’enseignant, mais pour le bien-être de tous ceux qui en font partie. Mais évidemment, cette relation n’est possible que dans des milieux restreints, formés d’étudiants avancés de master ou doctorat qui ont déjà franchi les premières étapes de la sélection sociale qu’impose le parcours universitaire.

    • Cher Sylvain, il n’est pas de doute que partager le savoir, c’est prendre soin de soin et des autres. Et que, qui plus est, ce partage est l’émanation intime de notre désir d’êtres de savoir. Peut-être en cette période, c’est surtout le désir des étudiant-es qui importe. Et c’est ce que les institutions devraient questionner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.