366 femmes en sciences humaines et sociales : une éphéméride – #5 — Marguerite Porete (vers 1280-1310)

  • par Sylvain Piron

Héroïne méconnue de la liberté intellectuelle, Marguerite Porete (vers 1280-1310) fut condamnée comme hérétique et brûlée à Paris, en place de Grève, le 1er juin 1310, pour avoir écrit un ouvrage qui enseigne l’anéantissement de l’âme en Dieu.

Il n’existe d’elle aucune image et l’on ne connaît à peu près rien de sa vie. Sans doute issue d’une famille modeste des environs de Valenciennes, elle n’a pas appris le latin et s’est forgée toute seule une culture théologique, au fil de rencontres et des sermons qu’elle entend.

Entrée jeune au béguinage, elle écrit en vernaculaire le Miroir des simples âmes qui expose dans une langue poétique ses propres expériences mystiques et montre comment atteindre Dieu sans passer par l’Église et ses sacrements.

Après une première condamnation de son livre, elle s’enfuit en Champagne. Repérée, conduite à Paris, elle est détenue un an et demi par l’inquisiteur de France. Refusant de lui répondre, elle choisit le silence comme seule défense.

Son livre a survécu à cette condamnation. Traduit en anglais, latin, italien, il a constitué une source d’inspiration majeure des courants mystiques, du XIVe au XVIIe siècle.

Pour en savoir plus :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.