366 femmes en sciences humaines et sociales : une éphéméride – #4 — Hélène Metzger-Brulh (1899-1944)

Historienne de la chimie. Née à Chatou, en banlieue parisienne, elle s’est vue interdire de faire des études, ce qu’elle contourne en obtenant en 1912 un brevet supérieur d’études en cristallographie.
Veuve quelques mois après son mariage, elle consacre sa pension de veuve de guerre aux études, qui la conduisent à décrocher un doctorat sur l’ « Émergence de la science de la cristallographie » en 1918.
Dans les années 1920 et 1930, vivant de son patrimoine, elle publie 7 monographies, entretient une abondante correspondance avec des figures de la philosophie des sciences (comme Sarton ou Meyerson) et représente un pilier du séminaire d’histoire des sciences de l’EPHE. Juive, marginalisée par ses collègues historiens après les lois antisémites de Vichy (oct. 1940), elle finit par

quitter Paris, refuse de se cacher, séjourne à Lyon avant d’être déportée puis assassinée en mars 1944 à Auschwitz.
L’œuvre d’H’élène Metzger comme sa correspondance dénote la force de caractère qu’il a fallu à cette femme pour résister les humiliations sexistes dont elle a fait l’objet. Et garder intacte chez elle le plaisir d’échanger et de débattre de philosophie des sciences en dépit de l’adversité politique.
Pour en savoir plus :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.