366 femmes en sciences humaines et sociales : une éphéméride – #2 — Jane Addams (1860-1935)

  • par Josquin Debaz

Après l’obtention d’un diplôme à Rockford, la santé de l’Américaine Jane Addams ne lui permet pas de poursuivre ses études. Pour autant, elle n’entend pas s’assujettir à une vie d’épouse et de mère, et privilégie ses idéaux d’aide aux plus pauvres et de démocratie.

Elle fonde avec Ellen Gates Starr la Hull house en 1889 à Chicago, en important le concept de centre d’œuvres sociales : une institution d’échanges, d’entraide et d’éducation, où les participants de diverses communautés et classes sociales peuvent tirer des bénéfices mutuels, en suivant trois principes éthiques :
« apprendre par l’exemple, être coopératif, et vivre en toute démocratie, sont des moyens égalitaires ou démocratiques, de nouer des liens en s’affranchissant du rang social. »
Pragmatiste, sa pensée est influencée par Dewey et Mead (avec qui elle collaborera), et marque l’école de sociologie de Chicago. Ses travaux sur la réforme sociale mêlent de façon indissociable la démocratie, la justice sociale et la paix.
En 1910 elle est la première femme à obtenir un titre honoris causa de l’Université Yale (Master of Arts). En 1920, elle cofonde l’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU). Militante du pacifisme, elle est la première américaine à recevoir le Nobel de la paix en 1931.
Féministe, elle milite pour le droit de vote et appelle les femmes exercer leur citoyenneté en investissant les affaires municipales. Elle estime que le pouvoir des femmes prend sa source dans « la responsabilité, l’attention (care) et l’obligation ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.