Chronique de grève #11 — Où étiez-vous ?

  • Médéric Gasquet-Cyrus, 5-6 mars 2020

Où étiez-vous ?

Vous étiez là j’espère ?

Aujourd’hui, 5 mars 2020, la fac est redevenue une fac.

Pas une enfilade de couloirs mal finis aux murs blancs et sans affiches (on n’a pas le droit : « ça appartient à Eiffage »), pas des salles quelconques qui se ressemblent un peu toutes, pas des amphis « fonctionnels » mais assez inconfortables, pas un préau sombre et glacé traversé par le vent où roulent des détritus et où l’on ne se rassemble que lorsque sonne l’alarme et que l’on doit évacuer le bâtiment. Pas une « UFR ALLSH », pas une « composante », pas une « faculté ». Non.

Une fac.

Avec des gens, jeunes et vieux, qui passaient, parlaient, mangeaient, pensaient, rêvaient, écrivaient, riaient, luttaient.

Vous étiez là j’espère ?

Où étiez-vous ?

J’ai vu des banderoles sur les murs ou déployées sur les grilles, j’ai vu des affiches, j’ai vu des panneaux. J’ai vu des mots, des discours, des slogans, des phrases, des livres, des témoignages, des pensées, des injonctions, des idées.

 

J’ai vu et entendu des gens, des profs, des étudiants, chanter dans les couloirs. Ou s’allonger devant les portes d’entrée, et chanter encore. Pour dire non, en riant. Mais non quand même.

Fermement. « Allongééééeees par terre-euh / Contr’ la LPPR euuuuh / On veut pas de cette loi ! // Allongées par terre / On bloqu’ l’UFoùR / On veut pas de cette loiiiiii ! »

Où étiez-vous ?

J’ai vu des collègues venir partager leur savoir, leur expérience, leur regard, dans des « cours » ouverts, gratuits. Pas d’UE, pas de crédits, pas de MCC, pas de CCI, pas de session 2, pas de Gigue, pas d’Ametice, pas de Parcoursup, pas d’HETD. Des cours de fac. Gratuits, ouverts, modestes, généreux. J’ai vu des étudiants lire et commenter des textes qu’aucun prof ne leur avait recommandé. Sans attendre de note. Sans attendre d’évaluation. Sans attendre de compensation. J’ai vu des étudiants se poser des questions, argumenter, se contredire, se rejoindre, penser ensemble.

J’ai entendu des débats des questions, des idées, des projets, des envies, des interrogations, des convictions, des curiosités insatisfaites, des espoirs. Avec des gens qui parlaient parfois avec des « tremblos » (non, pas des trémolos) dans la voix.

Où étiez-vous ?

J’ai vu des tables, des chaises, des fauteuils que chacun pouvait investir pour se poser, parler, créer.

J’ai vu des gens qui pouvaient se servir librement du café, du thé, du couscous, du pain, du jus d’orange, des gâteaux, des tartes ; pas de cocktail, pas de petits fours, pas de traiteur avec « devis » et « bon de commande » ; et des prix libres : tu donnes ce que tu peux. Pas de Moneo obligatoire, pas de présentation de sa carte pour avoir droit au tarif ceci-cela pour un sandwich spongieux du CROUS, de la salade en plastoc ou des carottes repeintes au Stabilo Boss. Des trucs à boire et à manger portés par des étudiants qui ont bricolé de quoi nourrir tout le monde.

Où étiez-vous ?

J’ai vu des chapeaux, des bonnets, des boucles, des mèches, des dreadlocks, des brillants, des pendants, des paillettes, du cuir, des tee-shirts, des chemises, des costumes, des talons, des rangers, des capuches, des pantalons trop larges, des piercings, des traits de crayon appuyés, des cheveux roses, blonds, roux, noirs, des barbes, des yeux un peu fatigués parfois… J’ai vu des peaux dont on se foutait bien d’identifier la couleur, des gens dont on se foutait bien de savoir s’ils étaient profs ou étudiants, de telle ou telle discipline, ni même qui ils étaient, à part cette présence directe, là, devant, à côté. J’ai vu des gens qui ne ressemblaient pas à ceux que l’on voit sur les photos aseptisées et extraites d’une banque d’images qui ornent nos brochures et nos outils de comm’. Mais cette fac ne peut pas exister sans eux, qui ne sont sur aucune banque d’images. Mais en galère avec la banque, sûrement.

J’ai vu de la vie, du mouvement, des trépidations, des impatiences, de l’excitation.

Où étiez-vous ?

J’ai vu des images de 2006, avec la diffusion de ce film qui documente la lutte contre le CPE.

Dans les vieux bâtiments de « l’Université de Provence », avec son parvis de pierres et de briques et son fameux « grand hall », lieu de rendez-vous et haut-lieu des assemblées générales étudiantes, aux envolées lyriques. J’ai vu, dans le film, dans les AG de 2006, des centaines, des milliers d’étudiants, et des dizaines, des centaines de collègues, dans des amphis pleins à craquer de gens en train de chercher les meilleurs moyens de lutter contre une réforme injuste. Et ces gens, qui avaient arrêté de travailler, de produire, de courir pour réfléchir et lutter ensemble, ils avaient gagné. On avait gagné.

C’était ici, chez nous. En 2006.

Et hier, vous étiez là j’espère ?

Où étiez-vous ?

J’ai entendu des gens chanter dans l’amphi Guyon ; une chorale pour rien, comme ça, pour le plaisir, pour le sourire, juste quelques notes la lala la laaaaa partagées, une chorale qui n’était pas au programme la la laaaa lala laaaa, qui n’était pas sur l’agenda

Où étiez-vous ?

J’ai aussi vu des grilles et des portes se fermer. Celles de la fac de droit. Lorsqu’un groupe de profs et d’étudiants ont décidé d’aller prendre la parole pour informer à l’amphi Portalis. Mais les consignes étaient claires, venant d’en haut : on ne laisse pas passer ces « gens » qui n’ont pas demandé l’autorisation, qui n’ont pas montré patte blanche ; ces gens un peu bruyants qui osent venir déranger un cours de droit. Et on ferme sous leur nez les portes de l’université, de la même université, du même campus, avec des vigiles aux ordres qui défendent des portes fermées pendant que des enseignants brandissent leur carte « AMU ». Initiative d’Excellence.

Tiens, je n’ai pas vu d’excellence. Et ça ne m’a pas manqué.

Je n’ai pas vu de membre de la direction ; mais peut-être qu’il n’était pas nécessaire de descendre du 5e étage pour rencontrer ces gens, ces étudiants, ces collègues qui avaient décidé, un jour de mobilisation nationale, de faire vivre cette fac et de lutter contre quelque chose qui leur paraît injuste.

J’ai aussi vu des examens et des partiels se tenir… un jour de mobilisation nationale.

Un jour de mobilisation nationale

Bd d’Athènes, Marseille, 5 mars 2020

Où étiez-vous ?

J’ai vu, en fin de journée, des étudiants de Sciences-Po entrer triomphalement, comme une armée que l’on n’espérait plus et qui, après avoir traversé les lignes ennemies, vient renforcer vos défenses et regonfler vos espoirs.

J’ai vu un étudiant de Droit (un seul, peuchère) qui était heureux de dire devant l’AG étudiante qu’il était content qu’on soit venu l’informer dans son amphi douillet, et qu’il ne regrettait pas d’avoir taillé son cours pour venir nous rejoindre. Ça valait donc le coup de franchir les barrières et les portes fermées.

Je n’ai pas vu de powerpoint.

Je n’ai pas vu d’« innovation pédagogique ».

Je n’ai pas entendu parler d’évaluation, d’indicateurs, d’offre de formation, de maquette, de bibliométrie, de classement, de performance, de compétences.

J’ai entendu des mots simples dont on essayait de comprendre le sens en les tordant : science, sens, savoir, politique, langage, raison, engagement, critique.

J’ai vu lors de cette « journée de mobilisation nationale » ce que devrait être une fac tous les jours.

 Où étiez-vous ?

J’ai vu des gens courir avec des drapeaux de feu pour fendre l’ombre épaisse qui s’amasse sous le plafond trop bas du préau.

En suivant ces drapeaux, les rétines de celles et ceux qui regardaient se changeaient en petites pépites dorées. Et on aurait tant aimé qu’ils courent encore et encore devant nous, pour nous éblouir et nous brûler d’espoir.

Où étiez-vous ?

Aujourd’hui, 5 mars 2020, la fac est redevenue une fac.

Mais on est déjà le 6.

C’est déjà demain.

C’est déjà fini ?

Ce n’était qu’une fois ?

Et si ça recommence…

Où serez-vous ?

Marseille, 5 mars 2020

MGC, maître de conférences en sociolinguistique – Responsable de la licence des Sciences du Langage – DÉPARTEMENT DES SCIENCES DU LANGAGE & Laboratoire Parole et Langage. Aix-Marseille Université

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.