« J’ai pensé que nous avions momentanément perdu la partie ». Bruno Canard à propos la recherche sur le coronavirus

Texte lu à la fin de la manifestation du 5 mars 2020

Je suis Bruno Canard, directeur de recherche CNRS à Aix-Marseille. Mon équipe travaille sur les virus à ARN (acide ribonucléique), dont font partie les coronavirus1 .

Dengue

En 2002, notre jeune équipe travaillait sur la dengue, ce qui m’a valu d’être invité à une conférence internationale où il a été question des coronavirus, une grande famille de virus que je ne connaissais pas. C’est à ce moment-là, en 2003, qu’a émergé l’épidémie de SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) et que l’Union européenne a lancé des grands programmes de recherche pour essayer de ne pas être pris au dépourvu en cas d’émergence. La démarche est très simple : comment anticiper le comportement d’un virus que l’on ne connaît pas ? Eh bien, simplement en étudiant l’ensemble des virus connus pour disposer de connaissances transposables aux nouveaux virus, notamment sur leur mode de réplication. Cette recherche est incertaine, les résultats non planifiables, et elle prend beaucoup de temps, d’énergie, de patience.
C’est une recherche fondamentale patiemment validée, sur des programmes de long terme, qui peuvent éventuellement avoir des débouchés thérapeutiques.
Elle est aussi indépendante : c’est le meilleur vaccin contre un scandale Mediator-bis.

Human coronavirus. Coloured transmission electron micrograph (TEM) of Human coronavirus particles. Coronaviruses primarily infect the upper respiratory and gastrointestinal tract and can cause the common cold, gastrointestinal infections and SARS (severe acute respiratory syndrome). Coronaviruses are named after the corona (crown) of surface proteins (outer dots) that are used to penetrate a host cell. Once inside the cell, the virus particles (virions) use the cell’s machinery to make more copies of themselves.

Dans mon équipe, nous avons participé à des réseaux collaboratifs européens, ce qui nous a conduits à trouver des résultats dès 2004. Mais, en recherche virale, en Europe comme en France, la tendance est plutôt à mettre le paquet en cas d’épidémie et, ensuite, on oublie. Dès 2006, l’intérêt des politiques pour le SARS-CoV avait disparu ; on ignorait s’il allait revenir.

Infection par Zika

L’Europe s’est désengagée de ces grands projets d’anticipation au nom de la satisfaction du contribuable. Désormais, quand un virus émerge, on demande aux chercheur·ses de se mobiliser en urgence et de trouver une solution pour le lendemain. Avec des collègues belges et hollandais·es, nous avions envoyé il y a cinq ans deux lettres d’intention à la Commission européenne pour dire qu’il fallait anticiper. Entre ces deux courriers, Zika est apparu…

La science ne marche pas dans l’urgence et la réponse immédiate.

Avec mon équipe, nous avons continué à travailler sur les coronavirus, mais avec des financements maigres et dans des conditions de travail que l’on a vu peu à peu se dégrader. Quand il m’arrivait de me plaindre, on m’a souvent rétorqué : « Oui, mais vous, les chercheur·ses, ce que vous faites est utile pour la société… Et vous êtes passionnés ».

Coronavirus 2019

Et j’ai pensé à tous les dossiers que j’ai évalués.

J’ai pensé à tous les papiers que j’ai revus pour publication.

J’ai pensé au rapport annuel, au rapport à 2 ans, et au rapport à 4 ans.

Je me suis demandé si quelqu’un lisait mes rapports, et si cette même personne lisait aussi mes publications.

J’ai pensé aux deux congés maternité et aux deux congés maladie non remplacés dans notre équipe de 22 personnes.

J’ai pensé aux pots de départs, pour retraite ou promotion ailleurs, et aux postes perdus qui n’avaient pas été remplacés.

Infection par Coronavirus

J’ai pensé aux 11 ans de CDD de Sophia, ingénieure de recherche, qui ne pouvait pas louer un appart sans CDI, ni faire un emprunt à la banque.

J’ai pensé au courage de Pedro, qui a démissionné de son poste CR1 au CNRS pour aller faire de l’agriculture bio.

J’ai pensé aux dizaines de milliers d’euros que j’ai avancé de ma poche pour m’inscrire à des congrès internationaux très coûteux.

Je me suis souvenu d’avoir mangé une pomme et un sandwich en dehors du congrès pendant que nos collègues de l’industrie pharmaceutique allaient au banquet.

J’ai pensé au Crédit Impôt Recherche, passé de 1.5 milliards à 6 milliards annuels (soit deux fois le budget du CNRS) sous la présidence Sarkozy.

J’ai pensé au Président Hollande, puis au Président Macron qui ont continué sciemment ce hold-up qui fait que je passe mon temps à écrire des projets ANR.

J’ai pensé à tou·tes mes collègues à qui l’ont fait gérer la pénurie issue du hold-up.

J’ai pensé à tous les projets ANR que j’ai écrits, et qui n’ont pas été sélectionnés.

J’ai pensé à ce projet ANR Franco-Allemande, qui n’a eu aucune critique négative, mais dont l’évaluation a tellement duré qu’on m’a dit de la re-déposer telle quelle un an après, et qu’on m’a finalement refusé faute de crédits.

J’ai pensé à l’appel Flash de l’ANR sur le coronavirus, qui vient juste d’être publié.

J’ai pensé que je pourrais arrêter d’écrire des projets ANR.

Mais j’ai pensé ensuite aux précaires qui travaillent sur ces projets dans notre équipe.

J’ai pensé que dans tout ça, je n’avais plus le temps de faire de la recherche comme je le souhaitais, ce pour quoi j’avais signé.

J’ai pensé que nous avions momentanément perdu la partie.

 

Je me suis demandé si tout cela était vraiment utile pour la société, et si j’étais toujours passionné par ce métier ?

Je me suis souvent demandé si j’allais changer pour un boulot inintéressant, nuisible pour la société et pour lequel on me paierait cher?

Non, en fait.

J’espère par ma voix avoir fait entendre la colère légitime très présente dans le milieu universitaire et de la recherche publique en général.

Cornoavirius

Lien : « Beaucoup de temps a été perdu » : spécialiste des coronavirus, un chercheur regrette le manque d’anticipation, entre tien avec Bruno Canard, par Pauline Saulthier, France 3, 11 mars 2020

  1. Voir l’entretien que Bruno Canard a donné au Monde, le 29 février 2020. []

20 réflexions sur « « J’ai pensé que nous avions momentanément perdu la partie ». Bruno Canard à propos la recherche sur le coronavirus »

  1. Ping : Crisis! What Crisis?

  2. Ping : Bruno Canard, ειδικός επί των ιών στο CNRS: Η καταστροφή του Covid-19 θα μπορούσε να είχε αποφευχθεί, όμως η Ευρώπη αποφάσισε να στηρίξει τον ιδιωτικό το

  3. Ping : Cahiers de doléances – • 66farout • aussafaera hūåñgart •

  4. La paperasserie fait perdre un temps fou alors que le travail sur le tas est plus fois plus passionnant. Ceux qui décident des budgets sont trop loin des réalités.l enrichissement personnel est devenu une plaie béante empêchant ceux qui sont sur le terrain de travailler efficacement faute de budgets. Alors que faire? Dénoncez les travers qui vous empêchent de travailler.il y aura tours une voix puis deux puis…des milliers en écho. Qui finiront par tout changer….courage une baisse pas les bras!

  5. La catatonie signe la gangrène et la résignation, la colère qui gronde est souvent le chant despoir, lenergie est la, vous faites un métier fabuleux d’abord parce qu’il vous passionne ensuite pcq il est profondément altruiste, cette harmonie est puissante, Merci, merci pour l’énergie que vous donnez et ce partout autour de vous

  6. bonjour !
    …. et ne pas oublier « le Monde Diplomatique », le remercier : c’est grâce à lui (MM Lambert et Rimbert) que j’ai pu prendre connaissance (et conscience) de l’état de notre système sanitaire, de sa « dégradation organisée ».
    Il n’est pas inutile d’exprimer une reconnaissance ni de faire savoir que l’écrit est lu.
    il y a quelque chose de rassurant d’entendre la colère.
    Merci à vous
    Michel

  7. Ping : Jusqu’à la prochaine fin du monde… - Tamoudre: Touaregs, vie et survie

  8. Triste et sensible témoignage…. qui a le mérite d’exister et qui j’espère (mais suis une grande utopique) fera son bonhomme de chemin !
    Oui nous constatons bien au fils des ans bien -à moins d ‘être aveugle- que la santé, l’éducation et la recherche fondamentale sont mis à mal dans nos « démocraties » qui « pensent » mais n’entendent et boursicotent…. Hélas

  9. Merci de votre prise de position.
    Nous, je suis enseignant-chercheur, n’avons évidemment plus le temps de faire de la recherche, tout juste le temps de tenter d’obtenir un moyen improbable de la financer. Mais nous avons, tous les jours le temps de faire des dossiers, d’évaluer des rapports, des articles, des dossiers. Mais nous avons tous les jours le temps de remplir des dossiers pour des choses triviales (il m’a fallu plus de 6 mois et 4 devis pour qu’on remplace mon ordinateur volé, je suis Informaticien !). Mais on nous rajoute toujours plus de choses à l’utilité douteuse (j’étudie 800 des 2000 dossiers de ma licence, nous avons 65 places, mais le Rectorat nous impose de recruter 90 personnes. Il me faut dix minutes par dossier, c’est bien le moins, 8000 minutes c’est plus de 130 heures, c’est un mois de travail à temps plein, rajouté à mon année qui n’a pas rallongé).
    Alors oui, je comprends qu’on puisse baisser les bras. Je comprendrais que les infirmières gazées il y a quelques semaines veuillent rester chez elles aujourd’hui. Je ne jetterai la pierre à personne.
    Seulement aux politiques qui veulent régenter nos métiers et nous méprisent puisqu’ils ne mesurent que par l’argent et que nous n’en gagnons pas beaucoup.
    Merci encore.

    • Bruno Caudet/Bourdin
      Que le Corona vous fasse réfléchir et agir sans vous plaindre.Venez travailler au Luxembourg. L’Etat investit beaucoup dans la recherche. C’est un beau pays, très francophone et francophile. De bonnes écoles, un lycée français Vauban très soutenu par la France et le Luxembourg pour vos enfants si vous en avez. Si vous avez eu tant de complications en France, pourquoi restez-vous? Décidément, vous aimez vous faire mépriser ou quoi? Qu’avez-vous déjà fait d’efficace pour changer la situation? Rien que de râler et tenir bon. Ne savez-vous toujours pas que vous êtes de passage sur terre et que vous n’avez qu’une seule vie, et que vous tenez les rênes de votre bonheur en main. Mais bon, quand on ne connaît rien d’autre et qu’on a ses petites habitudes…. Change it, love it or leave it. Bien à vous.
      M.B, médecin 55 ans,

      • M. Bruno Caudet rester dans son pays malgré les difficultésa ça s apelle la conscience ce que vous ne semblez pas connaître. Et on connaît la moralité du Luxembourg, paradis fiscal

      • Certes Après nous le déluge Pourquoi pas ? Moralité douteuse, manque d’éthique, bonheur matériel, on comprend donc votre choix de paradis artificiel qui doit sa richesse aux dépens de ses voisins. C’est valable tant qu’il n’y a qu’une minorité comme vous qui faites ces choix… Mais ce n’est pas par toujours plus d’individualisme qu’on changera les choses. Puissiez-vous comprendre cela un jour. Mais bon, quand on ne connaît rien d’autre et qu’on a ses petites habitudes…. Bien à vous.
        G.M., hydrobiologiste, 41 ans.

  10. Bonjour,
    Au lycée, au début des années 1990, j’ai côtoyé une jeune femme, dont j’ai pu retrouver le parcourt via le net. C’était une tronche, une tête. J’étais pas loin de ses résultats mais rien à faire, j’étais toujours derrière. Après le bac, elle a semble t’il évolué pendant 12 ans dans la recherche, avant de tout changer et de trouver sa voix comme conseillère dans une mission locale. Vos propos peuvent potentiellement m’aider à comprendre pourquoi mais ce n’est pas cela qui m’a amené à les lire ….mais bien entendu l’actualité.
    Ce qui est effrayant avec cette dernière et de voir comment des recherches qui auraient pu, voire du être menées après 2003 et l’apparition de sras, ne l’ont pas été(es?). La faute à la crise de 2008, bien possible. Et ceux ou leurs cousins éloignés qui en sont responsables, toujours peinards, déterminent probablement les budgets des programmes de recherche en Europe aujourd’hui. C’est con hein.
    Respirant plutôt mal en ce moment , fiévreux et pas au top. Je n’ai aujourd’hui qu’une envie, embrasser ces gens la chaleureusement, et sans masque. Leur rouler une pelle d’anthologie et leur signifier toute ma gratitude, mon humanité et ma solidarité.

  11. Bonsoir
    Je subis le discours du président en même temps que je prends connaissance de vos écrits
    Bien sûr vous avez raison d’être en colère. Nous sommes nombreux à penser que l’argent de nos impôts ne va pas dans les bons budgets
    Que faire ? Une pétition pour que vos travaux de recherche soient subventionnés à hauteur de l’enjeu ?
    Liliane

    • j’aimerais sincèrement pouvoir y croire moi aussi, mais je vous invite à réécouter le discours de Sarkozy à Toulon en 2018 suite à la crise financière où il s’engageait à changer de modèle économique pour un modèle plus vertueux pour ne plus jamais que les mêmes erreurs ne se reproduisent…
      CQFD

  12. Ping : Parutions récentes – La science en mouvement

  13. Monsieur, c’est vous qui avez raison, et surtout ne lâchez pas ! Nous avons besoin de vous et des autres chercheurs.
    Il y a dans notre pays de plus en plus de gens pour penser comme vous, qui veulent que change rapidement cette société technocratique uniquement obsédée par le profit financier à court terme, et qui veut absolument raboter les service publics pour pouvoir gagner rapidement plus d’argent.
    Je suis une septuagénaire confinée chez elle, et en colère contre des décennies de destruction des acquis sociaux. Tenez bon !

  14. Bravo monsieur pour votre témoignage en l état de votre environnement de travail et des moyens insuffisants
    Le principe de précaution n est pas suffisamment mis en amont malgré les lanceurs d alertes comme vous
    C est notre devoir à nous citoyens de se manifester pour vous donner les moyens sous toutes ces formes
    Un grand merci
    Marie je suis un agent d état bientôt en retraite
    Cordialement

  15. Bonjour Bruno.
    Je lis tes mots et… Je me décide enfin à t’écrire… Avec le temps, je suis devenue thérapeute… Ce que tu écris, je le vis à mon tout petit niveau, très petit niveau mais je suis en accord avec tes mots.
    Continue à dénoncer mais fais le sans la colère. Ce sentiment de colère, que je comprends, ne sert à rien. Il se projète sur toi, ton corps et tu ne le mérites pas.
    Tu es un homme bon.
    Alors dénonce tout naturellement et élimine cette colère.
    Ton combat mérite la paix et la sérénité.
    Dégage ces sentiments.
    Je te soutiens quotidiennement auprès de mes patients(es) et mon entourage.
    Si mes mots viennent à toi j’aurais peut être le plaisir de te lire en réponse, sinon, je continue ma lecture, elle est enrichissante.
    Ghislaine Dupuis Lacoste (une amie du lycée Bellevue)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.