Violences étatiques faites aux femmes

 

7 mars 2020. Une marche nocturne des droits des femmes est organisée au départ de la Place des fêtes, jusqu’à la Place de la République. Rapidement, elle réunit plusieurs milliers de manifestantes, équipées de pancartes, très inspirées des gestes d’Aïssa Maiga, d’Adèle Haenel et de Virginie Despentes. (Photos: Mathilde Larrère)

Dans cette joyeuse ambiance survoltée, des chants se sont élevés :

 

À l’approche de la symbolique place de la République, les brigades de politicers choisissent de charger des manifestantes nombreuses, bruyantes, déterminées, et pacifistes.

Paris, 7 mars 2020 (Crédit: non connu)

Les réactions de la Préfecture de police parlent d’elles-mêmes

comme celle de Marlène Schiappa, qui avance un argument faux (trajet non déclaré) pour expliquer le gazage, les coups, et les violences.

Ne craignant aucune outrance, un éditorialiste y voit l’accès des femmes à l’égalité.

Quelques jours plus tard, les femmes violentées témoignent.

 

 

 

 

 

 

 

Liens:


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.