Agrégation du supérieur: péché capital ou grande porte du recrutement universitaire?

Répartition des candidatures par année de soutenance de la thèse

Répartition des candidatures par année de soutenance de la thèse

Faut-il supprimer l’agrégation du supérieur? Un blog qui y est favorable propose une série de billets intéressants sur ce concours universitaire. Concours national sur dossier et examen oral, il permet l’accession au grade de professeur de universités pour les  titulaires d’un doctorat ou d’une habilitation à diriger les recherches en droit, économie et en gestion. A l’occasion de la publication du décret sur les personnels enseignants-chercheurs en septembre 2014, l’agrégation se trouve placée en concurrence toute relative avec le recrutement opérant dans les autres sections universitaires; cette concurrence est toute relative, puisqu’une majorité des postes ouverts au concours de professeurs des universités doit revenir à l’agrégation. Le débat autour de la suppression de ce concours invite à réfléchir à nouveaux frais sur l’ensemble des procédures de recrutement en œuvre à l’Université.

Les détracteurs du concours de l’agrégation soulignent son coût, qui recouvre la rémunération du jury (évalué à 150 000€ pour le seul concours de droit privé en 2015, suivant un arrêté du 9 août 2012) et les frais engendrés tant par l’organisation du concours que par le surcoût induit par les traitements de niveau professoral à des universitaires avec une moindre ancienneté.

Ils soulignent aussi la surreprésentation des candidats issus des Facultés parisiennes; et, a contrario, la faible discrimination sexuée du concours. A lire les résultats du suivi 1991-2011 de l’Association nationale des candidats aux métiers de la science politique, qui donne un sex ratio médian autour de 14% depuis 2000 – c’est un résultat intéressant.

Le principal argument, avancé par les détracteurs du concours, pourtant, touche au dévoiement de cette voie de promotion, devenue voie d’accès aux postes statutaires universitaires, directement à l’échelon professoral. De fait, l’analyse proposée pour le seul concours de droit privé est édifiante (figure jointe) : l’agrégation représente un quasi boulevard de jeunes et brillant.e.s candidat.e.s aux postes du supérieur, créant un plafond de verre pour ceux et celles, qui entré.e.s par la maîtrise de conférences se trouvent en partie pénalisés par le contournement de ce qu’ils/elles estimeraient être une voie de « promotion ». Cela est d’autant moins supporté que les sections 01 (170 candidat.e.s) et 02 (110 candidat.e.s) du CNU ont fait preuve d’un malthusianisme certain dans les procédures de qualification au grade de professeur des universités: 8% dans les deux cas.

Nous pouvons espérer que le Ministère mettra à profit ce débat pour nous offrir une analyse aussi mesurée et précise que possible sur les avantages et les inconvénients des deux voies de recrutement.

Nous appelons de nos voeux une telle étude qui devrait faire avancer la réflexion sur

  • la revalorisation du salaire des jeunes et moins jeunes enseignants-chercheurs ou d’en alléger les charges de cours de façon à mieux coupler enseignement et recherche,
  • la limitation des discrimination sexiste et géographique au recrutement, comme induit par exemple aux formes prises par les habilitations à diriger des recherches.

Liens:


Laisser un commentaire