Les présidents d’université ont besoin d’une loi de programmation pluriannuelle de la recherche

Ce mercredi 4 mars, huit président·es d’universités autoproclamées « de recherche intensive » publiaient dans Le Monde une tribune au titre accrocheur et visionnaire : « La France a besoin d’une loi de programmation pluriannuelle de la recherche ». Suivent quelques paragraphes organisés au moyen de trois intertitres rassembleurs : Une recherche fondamentale vivante et libre, Endiguer la crise des vocations, Faire confiance.

Accroche — décroche, y’a pas d’anicroche

L’introduction de ce texte qui, nul doute n’est possible, sauvera l’Université — et le monde avec elle — démarre des constats traditionnels et néanmoins éculés : rapports d’OCDE, décrochage de l’investissement français en recherche et développement:

« En Europe, l’écart se creuse avec l’Allemagne, le Danemark, les Pays-Bas. L’Espagne progresse. La France décroche. »,

embraye sur les sempiternelles annonces d’augmentation du budget (jusqu’à atteindre ces fameux 3% du PIB), mais, heureusement, la dernière

« est donc de très bon augure. »,

https://www.flickr.com/photos/its-only-lines/49367157887/in/photolist-2idpA7B-9Mz868-T2trjx-5p1E8h-a2hzvw-niCVhd-Msndm5-HgTtVz-3T4rf-n6aWDM-68Nn1f-6chiTh-4xDTEm-zVA8g-YiADqL-6NswDH-AHHjus-2hgnqjF-4yYrd4-7ZMUHL-JXJr2c-CEp5Kq-LKYBG-KuNwgd-2gso5GC-23MqUma-rMuF4o-79FXne-kajj3-bLW5eB-QqGwmu-697EBm-fzx5sf-cUHHf-57X43g-6BhNPa-6gBCrJ-7L33Ta-jdi3i-p7CeiH-pvewXv-8Wmpi6-85AJUG-eztjB4-imq6r-eb2CVp-eiSTtj-ANPhmU-911uxs-RC9Bjk

Only lines, Bins, 2019

avant de s’échouer sur l’observation des critiques que suscite le train de rumeurs distillées par le gouvernement depuis de nombreux mois quant à l’effort qui serait — enfin ! — consenti envers l’Enseignement supérieur et la recherche. Selon les auteurs et autrices de cette tribune, il ne s’agit en fait que d’inquiétudes vis-à-vis de la réforme des retraites ou des rémunérations. Que les lecteurs et lectrices fragiles se rassurent, il n’est pas question de parler des recommandations radicales, osons le mot, issues de toutes ces consultations que les sociétés savantes, dans un élan proprement révolutionnaire, ont pu mener à l’été 2019. Il n’est pas également pas question des trois rapports préparatoires à cette loi et de la façon dont ils se torchent avec les recommandations précédentes. Il n’est également pas question du rapport conjoint de l’Inspection générale des finances (IGF) et de l’Inspection générale de l’Administration de l’Education nationale et de la recherche (IGAENR) sur le contrôle de la masse salariale, rapport qui estime que les universités françaises n’utilisent pas assez la pleine souplesse que permettent les emplois contractuels.

Reconnaissons-le avec honnêteté, et même avec humilité, nous sommes inquiets.

Remèdes à l’inquiétude

Que nous promettent-ils donc, au travers de cette loi : tout d’abord, une recherche vivante et libre. C’est-y-pas beau ?

https://www.flickr.com/photos/75474112@N04/23638509178/in/photolist-C1Rxe5-2gNmdRd-2iu8MiW-YVV6Zj-2gjoWm5-PWFiGx-2gmuMhv-2hQAFZQ-2itDUrR-2i7wZE1-Q7JMqk-2hyKuQP-2h5XiAm-tr24gA-NUuJbv-zhbBb2-7knGPc-2gYp5AP-DHzY7j-LzAsry-D4Yh4S-GLGP6S-2id1knZ-2hEbRZA-2hXkoy4-24udu4g-2hcQDbc-2hqCEnV-2iAkEGR-2gUNncP-NveHCj-2hq54kG-2ajFXo7-2dprFkR-2hZaPnE-2hke9RZ-2giFn2U-L3xchm-2cmG3eH-RTeu7V-2eC3nq8-226afPo-2cSbF93-AKDoPc-GCzVqz-N2rFF1-Xdsdp7-WhnC1E-SstoRC-EfXCSi

OneLifeonEarth, alive, 2017

Car c’est un sujet important, évidemment. Pour citer ces penseurs du Futur:

« Il n’y a pas de développement économique durable sans innovation de rupture qui naît d’une recherche fondamentale vivante et libre. »

C’est en fait plutôt amusant que les présidents et présidentes d’universités écrivent cela sans sourciller, sans la moindre once d’humour. À un moment où la notion-même de développement économique durable cherche sa définition, où le concept programmatique d’innovation de rupture s’avère un gimmick de communicants et où l’idée d’une recherche fondamentale s’efface dans les petits caractères de la loi Pacte. Rappelons par exemple ce discours de Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, le 15 octobre 2019 :

« Sur la politique de recherche.

Nous avons une recherche publique d’excellence et une industrie de haute technologie. Mais recherche et industrie ne travaillent pas ensemble. Il existe encore un mur entre la recherche publique et son développement industriel. Nous devons casser ce mur. Nous avons commencé à le faire dans PACTE, nous devons aller plus loin.

La loi de programmation de la recherche devrait être l’occasion de réfléchir à une augmentation des moyens consacrés à des programmes de recherche publique en contrepartie de leur orientation vers un développement industriel précis. »

 

Du flouze, de l’oseille, de l’artiche

Reprenons notre sérieux et le fil de la tribune. Selon nos auteurs, trois exigences s’imposent pour cette loi de programmation de la recherche.

https://www.flickr.com/photos/legoquinn/6831446152/in/photolist-bpEWWm-GhEpha-4Zb3ve-JsxNKh-at37DB-RgYsjg-5JpR76-FJ8We3-9K5zNM-GhEoUX-QbnXgD-D1rLL7-7Ti1hM-7pVZVs-cLkNhj-JLobna-s1Mcve-PC2uq3-JLoaZg-PC2ubf-FZXRss-9FCjSU-oga7d5-8of5Tr-5ZdVLP-PC2uMq-PC2tNG-JLoaYz-GvkE2u-GhEokv-CqNvVY-JLob8c-FqZmnC-JssdvC-PC2v2d-PC2tZy-KbbwLB-PC2uuS-JsscZC-FZXRBW-Jssdwu-bWcuJm-67ARgU-ofUoNX-8gCi1K-pkuhhF-ddxBaX-nuAWaD-or58Uv-bWcuDY

Exinferis~lol , 2012 – S0 all you kids wondering what to do when you see someone drowning, laugh out loud at them.

Première exigence, de budget. Plus précisément, « que le crédit d’impôt recherche (CIR) – soit plus de 6 milliards d’euros par an –, ne représente pas une forme déguisée de subvention publique aux entreprises privées. » Comment on dit déjà ? LOL ? parce que c’est tout simplement sa fonction à ce brave crédit d’impôt recherche que d’être une subvention publique aux entreprises privées. On peut contester son ampleur, on peut contester son champ d’application, on peut contester son faible contrôle, mais on ne peut contester qu’il a été créé pour servir à cela et qu’il le fait.

Deuxième exigence. Et là, c’est à nos étudiantes et à nos étudiants que les auteurs de cette tribune s’adressent. C’est aussi à leurs parents. C’est encore à leurs futurs employeurs. Il faut, disent-ils, « différencier le volet formation et le volet recherche. ». Traduisons. Les universités ont une double mission, d’enseignement supérieur et de recherche. D’ailleurs, dans le modèle d’Université hérité de l’Université allemande du 19e siècle et qui est celui des plus grandes universités, ces deux volets sont intimement liés : les savants enseignent et cherchent; les savants cherchent et enseignent.
Un peu d’arithmétique, alors. Puisqu’il est question d’augmenter le financement de la recherche, cette différenciation sera — arithmétiquement — synonyme de diminution du financement de l’enseignement supérieur.

https://www.flickr.com/photos/alexskopje/11939642886/in/photolist-jc4MRQ-jcE8pt-jhpRui-jhqERd-jc2Kzh-8t5EmS-jhpwru-jcC1pv-2bYFmwe-Lp3Jvq-yJ8Jt-AtARYr-7h6eLF-9dwHFM-KYzBEx-rw8pmW-5WZ1UJ-6uPLMk-2iCsfk-29x2fBJ-CHoMN4-axKE8R-24jgY-Vmypxp-pXTZRB-kqBV9V-2dEk2YV-2dT2QgA-24jfp-5cxiqM-24jhk-24jg9-24jfJ-LqNYKF-7Hj7CZ-4whjPA-r5mLqD-Kg3mH9-dYLw2s-Aacaqa-crA2VA-aMfpaz-BXsh5Q-4XS7iA-3J9JH1-8t5EmC-CouoQ1-Bz255D-2hYAYtS-2hSeevA

Alex Skopje, Objectives, 2010

Troisième exigence. Là, enfin, nos auteurs nous expliquent en quoi la recherche sera vivante et libre. Car c’est « sur la base d’indicateurs d’activité » et par « la mise en place de contrats d’objectifs et de moyens » qu’ils comptent renouveler le pacte qui unit la recherche française à la Nation. Tant pis si ces tous ces indicateurs et leur numérologie fétichiste confirment chaque jour leur ineptie a priori, démontrent leur inefficacité sinon leur dangerosité. Tant pis si les chercheurs, partout dans le monde, perdent toujours plus de temps à quémander l’argent qui leur permettra de faire leur travail. Tant pis si partout dans le monde, la perspective du réchauffement climatique ne faisait apparaître le besoin d’une slow science, libérée de l’idéologie productiviste des siècles passés. — « Évaluation renouvelée » disiez-vous ?

Let the force be with them

C’est illuminés par cette vision moderne de la science que nos auteurs envisagent l’acte 2 de leur révolution universitaire : endiguer la crise des vocations. En vérité, ils nous le disent, quand il n’y a que 100 ou 200 candidat·es par poste ouvert, le problème essentiel de la recherche française est la crise profonde des vocations. Pas besoin d’analyser cette crise des vocations. Pas besoin d’étude sociologique pour étudier l’impact sur les jeunes docteur·es des post-docs que l’espoir d’une carrière universitaire leur impose. Il suffira d’un peu de poudre de perlimpinpin pour « libérer la force créatrice des dizaines de milliers d’enseignants-chercheurs ».  D’ailleurs, nos huit présidents et présidentes ont des solutions. Ils en proposent même trois : la première a son adverbe « aussi », la seconde, « enfin » ; à la troisième, toute seule, j’ajouterais l’adverbe hélas.

La première façon d’améliorer les vocations, c’est d’augmenter le financement de l’Agence nationale de la recherche (ANR) — l’agence de financement de projets à court terme. Les auteurs disent même « recapitalisation. » Cet argent permettra certes une amélioration du taux de succès, mais surtout abonderait automatiquement les établissements porteurs par « des frais d’environnement de l’ordre de 50 % permettant à l’unité de recherche, aux établissements porteurs – en premier lieu l’hébergeur – de financer les coûts induits et de pouvoir conduire une véritable politique scientifique. » Normalement, tout le monde devrait flairer l’entourloupe. Les chercheurs à la vocation paraît-il si fragile se demanderont pourquoi ce financement améliorerait ladite vocation. En quoi le fait que des présidents d’université gambergent à l’idée de politique scientifique permettrait-il de faire progresser la compréhension d’Ultima Thulé, des causes de cancer de l’utérus, du développement de l’imprimerie au 16e siècle, du concept de liberté ou d’impôt, ou encore de la cohomologie des espaces de Stein p-adiques ? Soit. Nous avons en fait l’habitude de ce genre de manœuvres.

Doukipudonktan

Ceux qui devraient vraiment flairer l’entourloupe, et flairer est un mot faible, car ça pue grave, ce sont les présidentes et présidents des autres universités. Celles qui ne sont pas autoproclamées de « recherche intensive ». Celles dont le budget va être diminué pour permettre à ce cénacle de happy fews d’avoir la recherche de pointe qu’ils souhaitent. Car les déclarations sont là, feutrées, apaisées par le confort discret qui sied à l’entrevue de quelques présidents de sociétés savantes avec Philippe Baptiste il y a quelques jours, étouffées par les contraintes budgétaires que ne cessera pas d’imposer Bercy. L’idée qu’il y a, en France, des universités à plusieurs vitesses a été largement diffusée par les médias ; elle est promue par certaines universités, celles qui ont fondé la Curif ; elle est également défendue par des collègues qui imaginent une répartition des universités comparable à celle des États-Unis : une Ivy league (à la française, fauchée, mais distinguée), des universités de base, et une floppée de collèges universitaires.

C’était l’enfin. Il reste le hélas. Balayant négligeamment le « débat sur les postes de “professeur junior“ », nos auteurs savent comment résorber la précarité qui ronge l’enseignement supérieur. Le savez-vous… tadaa… par des contrats de prooooojet. Les mots me manquent pour qualifier cette entourloupe-là. Tristesse, stupeur et rage. C’est sûr qu’un contrat de projet, c’est franchement de nature à réveiller les vocations des jeunes docteur·es qui se pressaient aux portes de l’enseignement supérieur.

« Ilé pou nou aye travail »

Rassurez-vous, ils et elles s’y presseront toujours, même si ces portes sont désormais plus petites. Savez-vous pourquoi ? Parce que ce qui les anime, c’est la passion :

« Le temps que la très grande majorité d’entre eux [les enseignants-chercheurs] consacre à la recherche, à l’accompagnement des étudiants, au transfert, au dialogue avec la société dépasse très largement le temps réglementaire parce que leur métier est leur passion. »

Et comme le disait une collègue sur Twitter,

Moi ça va vachement mieux depuis que je peux payer mes courses en Passion

🤷🏻‍♀️
tandis qu’une autre ajoutait :
D’ailleurs le loyer coûte en moyenne 450 passions, tandis que la baguette est montée à 3 passions (inflation en passion plus rapide que l’inflation en euro).

Trust(s)

C’est sur la confiance que s’oriente le dernier volet de cette tribune visionnaire.
Promis, ce n’est pas l’envie qui me manque, mais je ne vous rappellerai pas l’image du serpent Kaa chantant « Trust in me ». Je reviendrai juste sur la façon dont les auteurs, à l’issue d’une tribune tout à la promotion de leur mode d’organisation managérial et centralisé, comment ces auteurs mêlent frauduleusement les pronoms personnels.
« Faisons-leur confiance », donc — mais qui est ce « leur » ? on pense aux collègues, celles et ceux qui n’auront pas été arraché·es à leur vocation.
Mais non, il s’agit de faire confiance « aux universités ». Et là, le masque tombe, froidement. Car dans leur langue, « les universités », ce ne sont jamais les universitaires, mais toujours la partie bureaucratique, affairéee, intrigante de ces universités, celle qui, aux laboratoires des campus de périphérie, préfère le parquet encaustiqué des centre-ville, celle qui littéralement jouit à l’idée d’une entrevue au ministère, tant mieux s’il y aura des petits-fours ou si la ministre vous appellera par votre prénom, celle qui veut siéger qui à la CPU, qui à la Curif, voire celle qui, définitivement trop médiocre, se contentera de cette obscure Conférence des directeurs d’UFRs scientifiques. Nous la connaissons trop bien cette partie de l’Université ; ce sont souvent nos anciens collègues ; ce sont en fait un peu nous-mêmes.
https://www.flickr.com/photos/145223875@N02/48762181733/in/photolist-2hhWVMg-2hejqV8-2iysvCu-2gsTBEs-29VYnEr-2heNnU2-22y463B-4GHzWs-26j8KLH-7dT83q-RLjmgB-G83eZf-MoJBRZ-Uvy4WB-2eBnDzS-2hVJibG-2irHMt9-2gd6p2b-2hQgKfZ-2hj155R-2hR5VsR-pB9KWC-UT5SXs-2g72cNk-2eofU3v-UBU2JY-2gdtys1-Ru7g7s-2gn1SpU-rcRfdP-T4s3pT-2c38ens-YeENgB-QLtcpS-XVkx3u-Hb9XGd-TknTxL-YSUuDr-2b7oTgK-QHL3y5-MeHmCP-2hiDMB5-2ic8Hq1-TuK4k5-2eQLmRh-2hjv4Xu-2gt7HXM-Nyo5th-2buMs55-2guvPRn/

Pelisy, Trust me, 2019

Et au cas où vous n’auriez pas compris, enfonçons le clou, « faisons confiance aux établissements. » Non, il ne nous est pas proposé de faire confiance aux chercheuses et aux chercheurs, toute puissante que soit leur passion, toute énergisante que soit leur vocation. Ceux-là resteront priés de dessiner des diagrammes de Gantt pour demander la bourse, la subvention qui leur permettra de travailler.

Je ne suis pas sûr qu’il faille citer les noms des auteurs et des autrices de cette tribune.
Ils et elles ne sont que huit. Vous irez les trouver en bas de la tribune si vous êtes curieux ; si vous êtes taquin, vous aurez peut-être aussi joué à les deviner auparavant. D’autant plus que nous aurons à les croiser, ici ou là, demain ou après-demain, dans un conseil ou même autour d’une cérémonie de remise de diplômes. Nous nous souviendrons, peut-être, de leur forfait. Certainement, nous n’en ferons rien et tout se passera bien. La petite comédie universitaire se poursuivra. Après tout, nous leur faisons confiance, n’est-ce pas ?

Liens

Fruit de la passion, Francky Vincent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.