L’évaluateur évalué… 1 – Au Sénat

Ce mardi 3 mars 2020, Pierre Ouzoulias, du groupe communiste, interrogeait Madame la ministre Frédérique Vidal sur la procédure en cours de nomination d’un président à la tête du Haut Conseil de l’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (HCÉRES). Dans les épisodes précédents, nous avons que l’actuel Conseiller présidentielle  à l’enseignement supérieur et la recherche, Thierry Coulhon, a prononcé en septembre 2019, un grand discours de politique générale par lequel il nous fait savoir que le but de la recherche, c’est d’être correctement évaluée. Nous avons également appris qu’un premier concours avait été déclaré infructueux en novembre 2019, laissant vacante la position de président·e de l’HCÉRES depuis le 31 octobre 2019.

Un concours a donc été rouvert, marqué par la candidature inviduelle, mais solidaire — dite « candidature collective #Noussommescandidats »  — de 1300 chercheur·ses et enseignant·es-chercheur·ses, déposée joyeusement rue Descartes, ou par la Poste. Ces candidatures étant constituées d’une lettre de motivation, globalement collective, mais ayant fait l’objet de retouches chez certain·es candidat·es, et de CV bien individuels.

Dépot des candidatures #Noussommescandidats (c) RoguESR

La fine équipe de joyeux drilles osant candidater à la présidence de l’HCERES reçoit une réponse négative la semaine dernière, d’abord sur les sites de presse spécialisés, puis par courrier. Cette réponse ne justifie pas les motivations du Ministère qui, dans le même temps, augmente l’indemnité de 75 à 80 000€ annuels.

Kredit benevolens: Sauvons l’université

L’échange de Pierre Ouzoulias avec la Ministre est tout à fait éclairant. La première question qu’il pose porte sur le rôle de Thierry Coulhon dans l’examen des candidatures du premier concours déclaré infructueux.

Il ajoute une seconde question portant sur la procédure générale d’évaluation des candidatures. La Ministre Vidal ne répond pas à la question, sinon pour indiquer que la nomination sera validée une fois le candidat retenu présenté aux deux commissions parlementaires, ainsi qu’il est prévu par la loi organique. Quid de la procédère préalable à cette présentation ? Nul ne le saura.

La Ministre revient ensuite sur la candidature collective. Elle précise qu’un collectif de plusieurs centaines de chercheurs et d’enseignants-chercheurs ne peut devenir président. Soit. Ce n’était pas notre intention – pas plus, il est vrai, que d’ennuyer le personnel administratif que nous remercions, sinon d’avoir « instruit », du moins pris la peine de répondre à nos courriers, emboîtant ainsi le pas sur la Ministre.

La Ministre balaie ainsi nos 1300 candidatures d’un revers de main, arguant qu’il s’agissait d’une opération de communication pour exprimer nos inquiétudes sur la LPPR.

Pierre Ouzoulias lui objecte que la Ministre n’infirme pas l’information selon laquelle Thierry Coulhon a examiné les candidatures du premier concours, avant de les disqualifier et de se présenter lui-même au deuxième concours.

Le sénateur demande à la Ministre d’examiner les 1300 candidatures qui n’ont rien de collectif, mais sont bien individuelles, et méritent le même examen attentif que celle de Thierry Coulhon.

Quant à ce dernier, il va être difficile de confirmer sa nomination à la tête de l’HCÉRES s’il est avéré que le Conseiller chargé de garantir la bonne déontologie de l’enseignement supérieur et de la recherche a été juge et partie pour sa propre nomination.

Kredit benevolens: Sauvons l’université

Vidéos extraites du Fil Twitter de Soundofscience, 3 mars 2020. Que Martin Clavey soit remercié !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.