Réformes : quand est-ce que ce sera trop ?

Blog : Le blog de Les invités de Mediapart, 2 mars 2020

«Est-ce que le recours à l’article 49.3 annoncé le 29 février par le gouvernement n’est pas le geste de trop, celui qui franchit pour de bon le seuil de l’intolérable?». Face à la brutalité du gouvernement, un collectif d’universitaires affirme «son attachement aux services publics et à la protection sociale dans un monde de plus en plus concurrentiel». Il appelle le monde de la recherche (et au-delà) à une mobilisation massive le 5 mars.

 

Chères et chers collègues de toutes les Universités, de tous les centres et de tous les laboratoires de recherche,

Marseille, mars 2020

Est-ce que le recours à l’article 49.3 annoncé samedi 29 février par le gouvernement n’est pas le geste de trop, celui qui franchit pour de bon le seuil de l’intolérable et qui exige de notre part la réaction la plus vive et la plus unanime possible ? Sinon quand est-ce que ce sera trop ? Car à la crise sociale engendrée par la réforme des retraites et à la crise propre à notre monde de l’enseignement supérieur et de la recherche engendrée par la future Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche et par la réforme des Capes, cette procédure ne peut qu’ajouter une profonde et extrêmement dangereuse crise politique.

Un tel recours qui permet de faire passer sans débat et sans vote au parlement la plus importante loi du quinquennat est en effet bien plus qu’un déni démocratique de plus. Car si cette loi renforce déjà considérablement le détricotage entamé il y a déjà longtemps des cinq piliers de notre démocratie libérale et sociale — la justice, la santé, l’éducation, l’assurance-chômage, et la retraite par répartition—, la faire de surcroît passer en force en poussant l’abaissement de la fonction parlementaire à un niveau inédit nous plonge dans un parfait inconnu politique. Qu’est-ce qu’un gouvernement qui refuse d’entendre non seulement les oppositions de la rue et du mouvement social, ne sachant que leur opposer des violences policières jusque dans les lycées, mais même toute opposition parlementaire, c’est-à-dire toute opposition issue de ce qui est censé constituer la puissance souveraine dans toute démocratie libérale ? Ne parlons pas de totalitarisme, de fascisme soft, de régime autoritaire et illibéral, ni même de néo-libéralisme, qui remplissent parfois davantage des fonctions d’écran que d’explication, tant toutes les frontières sont aujourd’hui brouillées, tant nous ne pouvons même pas savoir clairement ce qui relève ici du cynisme ou de l’incompétence, de la stratégie de long terme ou du bricolage d’apprenti-sorcier, mais admettons au moins que nous rentrons dans l’inconnu et que cet inconnu est plus qu’inquiétant.

Jetons seulement un rapide regard en arrière :

  • Il y a peu, on réfléchissait encore aux limites des démocraties libérales et formelles.
    Aujourd’hui nous avons affaire à un gouvernement qui s’assoit sur tous les principes du libéralisme politique, des droits de l’homme à la vie parlementaire, en passant par le libre droit de s’exprimer et de manifester (qui perd tout sens si l’on est assuré du départ de ne pas être entendu et de n’avoir pour toute réponse que coups de matraque, tirs de lacrymogènes, tirs de LBD).

  • Il y a peu, on cherchait encore à savoir quels contre-pouvoirs pouvaient empêcher en démocratie la majorité d’écraser les minorités.
    Aujourd’hui, nous avons affaire à un gouvernement très fortement minoritaire dans l’opinion qui a décidé d’écraser sans reste toute opposition majoritaire.

  • Il y a peu, on cherchait à introduire des formes de dissensus et de division dans un consensus jugé idéologique et conservateur.
    Aujourd’hui, nous avons affaire à un gouvernement qui se moque de tout consensus et n’a aucun scrupule à mettre le feu à sa propre société, qui semble même croire, comme Thatcher avant lui, que la société n’existe pas.

Le Macron du 49-3, par les Belles tapisseries autogérées

  • Il y a peu, on s’interrogeait sur la pertinence que pouvait avoir encore le concept de lutte de classes.
    Aujourd’hui, nous assistons médusés à l’action d’un gouvernement qui relance tambour battant et sur tous les fronts — social, politique, culturel, intellectuel, scientifique— une nouvelle lutte de classe à la seule initiative et au seul profit des nouvelles classes dominantes dont ont été exclues depuis longtemps les enseignants et les chercheurs.
  • Il y a peu, on se demandait quelles formes de solidarité démocratique pourraient nous aider à prévenir ou à surmonter les désastres écologiques qui s’annoncent.
    Aujourd’hui notre gouvernement semble y répondre d’avance : il n’y aura ni solidarité, ni démocratie.

On pourrait allonger encore grandement la liste. Mais peut-on déjà face à tout cela, détourner encore le regard et essayer vaille que vaille, chacun à son niveau, dans son université ou dans son laboratoire, de sauvegarder ce qui peut encore l’être ? En première ligne de cette cascade de réformes et de pratiques anti-démocratiques puisque nous sommes attaqués à tous les niveaux de notre vie publique et professionnelle, en tant que citoyen, en tant que fonctionnaire du service public, en tant qu’enseignant et en tant que chercheur, nous sommes obligés de nous mobiliser aujourd’hui collectivement et massivement. Car l’enjeu est devenu prioritairement politique. C’est vrai à long terme : c’est le visage même d’une démocratie encore sociale et en partie libre qui se joue ici. Mais c’est plus vrai encore à court terme : si le gouvernement ne lâche rien sur aucune de ces réformes, après la répression systématique des manifestations de gilets jaunes, on ne voit plus très bien ce qui empêchera Marine Le Pen d’accéder au pouvoir en 2022 et au trop bien connu de succéder à l’inconnu.

Parions donc que beaucoup de choses des années à venir vont se jouer dans les semaines qui viennent. C’est pourquoi il nous faut soutenir l’appel à la mobilisation massive du 5 mars et ne plus rien céder tant que le gouvernement n’aura pas pris conscience de notre détermination. Nous pouvons gagner car sa seule faiblesse, mais elle est immense, est de nous donner à peu près toutes les raisons de nous mobiliser contre lui : on peut le faire par souci de la question sociale et d’une histoire sociale de 150 ans qu’il essaie d’effacer d’un trait de plume, par attachement aux services publics et à la protection sociale dans un monde de plus en plus concurrentiel, mais aussi par souci de l’avenir que l’on prépare à nos étudiants et aux futurs enseignants-chercheurs, par attachement à la préservation d’un peu convivialité et de solidarité au sein de nos départements et de nos laboratoires, ou encore, depuis l’annonce du recours au 49.3, par simple souci de préservation du noyau du libéralisme politique (le débat parlementaire), noyau imparfait, sans doute insuffisant démocratiquement, mais qui nous protège peut-être du pire et qui est aujourd’hui absolument violenté.

 À Paris, le 1er mars 2020,

Signataires :

  • Catherine Coquio, Professeur de littérature comparée à l’Université de Paris,
  • Inès Cazalas, MCF en littérature comparée à l’Université de Paris,
  • Marie Cuillerai, Professeur de philosophie à l’Université de Paris,
  • Jean-Paul Engélibert, Professeur de littérature comparée à l’Université Bordeaux-Montaigne,
  • Marik Froidefond, MCF en littérature comparée à l’Université de Paris,
  • Xavier Garnier, Professeur de littérature comparée à l’Université Paris III-Sorbonne nouvelle,
  • Martine Leibovici, Professeur de philosophie à l’Université de Paris
  • Denis Mellier, Professeur de littérature comparée à l’Université de Poitiers,
  • Christelle Rabier, maîtresse de conférences en sciences sociales, EHESS
  • Tiphaine Samoyault, Professeur de littérature comparée à l’Université Paris III-Sorbonne Nouvelle,
  • Pierre Zaoui, MCF en philosophie à l’Université de Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.