Tensions et chevauchements en Science politique

L’ANCMSP (Association nationale des candidats aux métiers de la science politique) et l’AECSP (Association des enseignants chercheurs en science politique) ont publié un communiqué commun pour dénoncer le chevauchement des auditions pour les recrutements de MCF 2012 dans leur discipline.

Les deux associations ont dénoncé, dès le mois de mars, le fait que plusieurs universités avaient arrêté les mêmes dates et ont tenté de les amener à modifier leur calendrier initial. Sans succès semble-t-il, puisqu’un nouveau communiqué (14 mai) vient d’être envoyé aux membres de la liste de diffusion de l’ANCMSP:

« Alors que la session synchronisée des recrutements bat son plein, l’ANCMSP est au regret de constater que ses craintes formulées dans ses précédents communiqués quant à un manque d’égalité et de transparence lors des recrutements à venir, étaient manifestement avérées.
En effet, pas moins de six candidat(e)s sont victimes des chevauchements d’auditions lors de cette session synchronisée. Nos collègues mathématiciens prendront peut-être le soin de calculer pour la discipline la probabilité de cet événement en fonction du nombre de dates disponibles chaque semestre.
En outre, dans le droit fil du communiqué publié en commun avec l’AECSP, l’ANCMSP constate le refus de certaines universités d’utiliser tous les moyens utiles pour minimiser les difficultés liées à des auditions la même journée, en utilisant par exemple la visioconférence.
Plusieurs sites universitaires ont échoué à garantir que le recrutement se fasse dans des conditions équitables au niveau national. Cet échec est un désaveu flagrant du travail que le Conseil National des Universités effectue en amont et en aval du recrutement universitaire pour en assurer la qualité.
De la même manière, l’ANCMSP déplore que les conditions de recrutement n’apparaissent pas comme une question prioritaire au sein de la discipline, alors que l’éthique professionnelle de cette dernière est pourtant en jeu dans le contexte post-LRU actuel.
Assurer la qualité du recrutement universitaire est une obligation de service pour les enseignants-chercheurs titulaires. Chaque chevauchement d’auditions est à ce titre une victoire de la LRU sur l’autonomie réelle de notre discipline, qu’elle met en incapacité de recruter dans des conditions équitables pour tous.
L’ANCMSP estime que la science politique, déjà mise en péril par la désagrégation des moyens alloués à l’enseignement supérieur et la recherche, exprime de plus en plus sévèrement les symptômes de l’anomie disciplinaire, conduisant au désaveu des engagements éthiques contractés par le passé.
Dans ce contexte, elle appelle plus que jamais à la mobilisation de la discipline pour condamner unanimement les conditions de recrutement déplorables que doivent encore affronter certain(e)s candidat(e)s aux métiers de la science politique, amenés à faire les frais individuellement de ce défaut collectif.
Bien cordialement, »
Le bureau de l’ANCMSP


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.