Candidature collective HCÉRES : camouflet ou embrouille ?

Le 21 janvier 2020, plus de 1 300 universitaires ont déposé leur candidature collective à la présidence de l’HCÉRES. Depuis cette date, ils ou elles ont attendu en vain un simple accusé de réception de la candidature, en dépit de nombreuses relances. Ces candidat·es ont été surpris·es d’apprendre par voie de presse spécialisée le fait que leur candidature était rejetée, avant, pour certains d’entre eux ou elles de recevoir un courrier qui n’offre aucun argument sur ce refus.

Seuls trois candidat·es ont été retenu·es, parmi lesquelles Thierry Coulhon. Dans le même temps, au Journal Officiel du 28 février, que la rémunération du président est revalorisée à 80 000€ annuels1.

 

Les candidat·es se sont ainsi posé·es la question de la légalité de cette réponse et de la procédure. Dans ce cadre, RogueESR a écrit au Premier ministre. Nous reproduisons ici le courrier.

Lettre de RogueESR au Premier ministre, 27 février 2020
A l’attention de:

M. Édouard Philippe, premier ministre

Copie à :

  • Mme Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • M. Thierry Coulhon, conseiller éducation, enseignement supérieur, recherche et innovation du président de la République
  • M. Philippe Baptiste, conseiller éducation, enseignement supérieur, jeunesse et sports du Premier ministre
  • Mme Anne-Sophie Barthez, directrice générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle
  • M. Bernard Larrouturou, directeur général de la recherche et de l’innovation

Objet: Irrégularités dans le concours en vue de pourvoir la présidence du Hcéres

Monsieur le Premier Ministre,

Un appel à candidature en vue de pourvoir la fonction de président ou de présidente du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres) est paru au Journal officiel le 26 décembre 2019. Plus de 1350 candidates et candidats ont transmis leur dossier de candidature pour occuper cette fonction, avec un objectif commun : réaffirmer les principes de collégialité et de disputatio entre pairs au fondement de la recherche scientifique. 5379 universitaires et chercheurs se sont associés à cette démarche visant à renouer avec une recherche exigeante, réaffirmant la responsabilité des chercheurs vis-à-vis de la société et l’autonomie du monde savant vis-à-vis de tous les pouvoirs dont l’exercice de la science dépend. Ces candidatures, parfaitement recevables individuellement, ont en partage une même profession de foi, parue sous la forme d’une tribune dans Le Monde, le 20 janvier 2020.

Par l’entremise de deux agences de presse privées, le ministère a annoncé le rejet de ces candidatures à la présidence du Hcéres, avant même d’envoyer des courriers aux candidats. A notre connaissance, seule une infime partie des candidats a reçu un accusé de réception par voie électronique. Le ministère a été jusqu’à refuser de délivrer les récepissés des candidatures déposées en mains propres, valant recommandé avec accusé de réception.

Ces graves anomalies invitent à penser que tous les dossiers n’ont pas été traités de manière équitable par l’administration, ce qui fait peser une incertitude juridique réelle sur le déroulement de la procédure. Aucune réponse n’a été apportée à notre courrier, en date du 3 février, demandant à connaître le détail de la procédure d’évaluation des dossiers de candidatures. On peut légitimement douter de l’existence de critères objectifs permettant d’éliminer plus de 99,9% des candidats, et supposer de forts biais idéologiques. Dès lors, le déficit patent de transparence du concours de recrutement à la présidence de l’institution en charge de l’évaluation de la recherche et des formations est un aveu de l’absence d’indépendance de cette institution, en rupture avec l’autonomie nécessaire à la démarche scientifique.

Le courrier des directions générales aux candidats — que l’agence de presse News Tank s’est procuré mais que nous n’avons pas reçu — ne contient aucun motif justifiant le rejet des candidatures. Cette omission conforte les analyses formulées dans la profession de foi commune : les instances ministérielles ne sont pas compétentes pour examiner la qualité de travaux savants, n’ont pas la légitimité pour statuer sur la qualité des formations. L’agence de presse privée AEF fait état de trois candidatures qui n’auraient pas été écartées. Vue l’absence de transparence dans le déroulement du concours, aucune de ces trois personnes ne pourra assumer les responsabilités de présidente ou de président de l’Hcéres. Nous pensons donc qu’elles auront à cœur de suspendre leur propre candidature.

Dans notre courrier du 5 février, nous proposions à Madame la ministre et aux directions générales une rencontre publique, assortie de garanties minimales. Nous réitérons notre offre et serions évidemment disposés à débattre avec les trois autres candidats. Nous demandons au préalable que soient dévoilés la procédure et les critères objectifs de sélection d’un président ou d’une présidente de l’Hcéres garant de l’autonomie nécessaire du monde savant et des libertés académiques. Nous réaffirmons, enfin, les conditions effectives de cette autonomie détaillées dans la profession de foi collective.

Avec nos respectueux hommages, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de notre très haute considération.

 

  1. Le montant de l’indemnité annuelle du président ou de la présidente du HCERES (Haut Conseil d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur) est fixé à 80 000 euros, en vertu d’un décret et d’un arrêté parus au Journal officiel daté du 28 février 2020, précisant les conditions de rémunération des membres des autorités administratives indépendantes. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.