Démission ou ambition: deux points de vue sur les sciences humaines et sociales dans l’Université française

Quel rapport entre la démission rendue publique d’un maître de conférences de l’Université de Lorraine et la tribune de deux éminents responsables d’établissements d’enseignement supérieur et de recherche en faveur d’une “ambition scientifique”? Aucun, academia_demissionsinon que ces deux textes sont tombés dans ma boîte aujourd’hui.

Le premier, daté du 2 octobre 2014, “Pourquoi j’ai démissionné de l’Université de Lorraine“, de Vincent Goulet, docteur en sociologie, se présente sous la forme d’une lettre adressée à G. Fioraso, secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur et à la Recherche. Dans une prose limpide, il explicite le faisceau de raisons qui ont déterminé cet enseignant aimant son métier, à opter pour la sortie de l’institution où il a pendant quelque temps essayé de résister. Vincent Goulet aime enseigner. “Si chacun peut apprendre en ce monde”, écrit-il, “nul ne peut se vanter d’y enseigner avec facilité. Enseigner est un métier passionnant et frustrant, dont [on peut prendre] brièvement, en début de carrière, la mesure”. Vincent Goulet pense que sa fonction d’enseignant-chercheur est de former les étudiants d’aujourd’hui à penser les enjeux de demain. Las: dans l’Université de Lorraine qui vient de fusionner plusieurs établissements locaux, “il n’est plus question de pédagogique”. Plutôt que de mettre le projet pédagogique au coeur de la conception, c’est bien d’administrer les diplômes, les parcours, sans guère le temps de réfléchir, justement, de se demander selon quelle démarche et avec quels outils doter les étudiants de savoirs contemporains et d’un bagage technique et critique. A cette “administration de l’enseignement” – les cours étant effectivement assurés non par les enseignants-chercheurs, mais par des hordes de vacataires payés par charge de cours – s’est ajouté “l’administration de la recherche” par projets – qui exigent qu’une grande partie dit du temps de recherche soit consacrée à la paperasserie des budgets, bilans, rétroplanning, évaluations intermédiaires, etc.  – cet évaluation au demeurant s’apparentant à celles qui sont exigées des chercheurs CNRS – et l’administration de la fusion “à moyens constants”, consistant à remplir pour une armée de consultants qui ont peuplé rapidement les services centraux la “paperasserie des évaluations d’excellence”, dans une institution où le papier et les fournitures font désormais défaut.

Le point de rupture est atteint en quatre ans. Devant ce constat d’incapacité à exercer son métier, et ayant sans succès mobiliser les collègues, qui lui rappellent la “chance d’avoir été recruté, le nombre de docteurs qui attendent au seuil, et l’informent que c’est ‘pire ailleurs’ “, il se souvient du modèle d’Albert Hirschmann: “quand on ne sent pas bien dans une institution et que la Loyalty à ses propres valeurs l’emporte, [sur celle envers les collègues], l’alternative se réduit à Voice ou Exit. Après avoir fatigué les oreilles” de ses collègues, il a finalement décidé de partir.Il suit ainsi le chemin de Xavier Dunezat, lui aussi maître de conférences en sociologie, à l’Université de Lille-1, en 2007, et sans doute celui de bien d’autres enseignants-chercheurs, peut-être moins médiatisé. 

Le second texte, paru le 1e octobre 2014, prend lui aussi la forme d’une tribune publiée dans Médiapart et intitulée “L’ambition scientifique des sciences sociales doit être le moteur de leur structuration“. Mais, dans ce cas, ce sont deux présidents d’institutions d’enseignement supérieur – l’Ecole des hautes études en sciences sociales et la Fondation des Maisons des sciences de l’homme – qui s’étendent sur leur vision de l’avenir de l’Université française. L’analyse est peut-être plus cruelle encore: les sciences humaines et sociales sont “désormais présentes et actives sur les cinq continents, bien au-delà des quelques sociétés occidentales où elles sont nées et d’où elles ont pris leur élan”, tandis que la France, “centre mondial de la vie intellectuelle jusque dans les années 1980, a perdu de son influence. Le choc du classement de Shangaï, qui établit pour la première fois un classement mondial des universités en 2003, à partir d’une méthodologie explicite, a appelé, aux yeux des gouvernements, une politique de regroupements des établissements d’enseignement et de recherche, de façon à ce que la concentration conduise à une meilleure évaluation. Cela a entraîné depuis 10 ans des transformations organisationnelles, institutionnelles, budgétaires et immobilières significatives, sans que le résultat, pour les sciences humaines et sociales, soit probant, faute, écrivent Pierre-Cyrille Hautcoeur et Michel Wievorka, de “véritable stratégie scientifique”.

Les auteurs ouvrent trois pistes qu’il leur semble urgent d’explorer:

  1. penser à l’échelle du monde – afin de contrecarrer le “provincialisme teinté de peur, de soupçons et d’arrogance”; favoriser la mobilité internationale des étudiants et des chercheurs en SHS, mais aussi “renforcer l’attractivité” de ces dernières, “mieux accueillir les chercheurs et les étudiants étrangers, encourager les Français à avoir une vie scientifique internationale”;
  2. favoriser les collaborations entre disciplines, ce que freine considérablement la structuration du système universitaire français autour des disciplines académiques;
  3. analyser et comprendre les effets de la puissante transformation de l’information et de la communication par les technologies numériques.

A leurs yeux, c’est la contribution de la recherche en sciences humaines et sociales à la Cité qui en sera déterminée et qui “pourra alors être partie prenante d’initiatives et de programmes d’enseignement reposant sur des conceptions ouvertes, à la fois démocratiques et soucieuses d’excellence”.

Bien que très différents dans le propos, ces deux textes se rejoignent sur les perspectives d’avenir qu’ils souhaitent envisager pour l’enseignement et la recherche en sciences humaines et sociales. Vincent Goulet conclut, en “incurable optimiste”, sur la place retrouvée du monde universitaire dans nos sociétés, à l’enseignement redevenu plus égalitaire, finançant à des hauteurs dignes la formation des jeunes générations; sur la capacité des chercheurs à formuler les problèmes d’aujourd’hui et de demain. Pour Pierre-Cyrille Hautcoeur et Michel Wievorka, les transformations structurelles qu’ils appellent de leurs voeux, dont la “finalité est de permettre de créer des dispositifs flexibles, ouverts à l’innovation et à des coopérations multiples et diverses, capables d’accueillir dans de bonnes conditions enseignants-chercheurs et étudiants étrangers, et de contribuer à l’aggiornamento de notre système d’enseignement supérieur”. Ne reste plus qu’à savoir  quel en sera le coût pour la génération actuelle d’étudiant-e-s et de jeunes docteur-e-s, qui se sentent sacrifiés sur l’autel de l’excellence, et partant, pour nos institutions d’enseignement supérieur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.