« La ministre ne connaît pas encore le contenu précis de la loi » – la LPPR à Marseille

Hier, vendredi 21 février 2020, Frédérique Vidal avait convoqué à la Présidence d’Aix-Marselle Université, au Pharo, les directions d’unités des Universités d’Aix-Marseille, Avignon, de Nice et de Toulon ainsi que des représentant·es des syndicats. Accueillie par un comité d’accueil engagé, au chant de « Frédérique Vidal, Ministre du capital, on ne veut pas voter pour toi » et accompagnement de casseroles, la Ministre a essuyé un feu de questions.

Frédérique Vidal répond aux directions d’unité, Aix-Marseille Université, Pharo, 21 février 2020

Comme le rapporte un compte rendu informel :

La ministre n’a qu’un seul message finalement : je ne comprends pas que la communauté de l’ESR soit contre une réforme qui veut lui donner de  l’argent ! Et elle est vraiment persuasive sur cet élément de langage. Elle promet beaucoup oralement : augmentation des récurrents, augmentation des postes, revalorisation des carrières… Mais elle est  finalement aussi acide sur la discrétisation des rumeurs autour du texte, qu’elle est floue sur les promesses, jamais chiffrées. Elle a  donc tenté d’être convaincante, mais n’a clairement pas convaincu les directions d’unité qui n’étaient pas tous au garde à vous, loin s’en faut, et qui ont bien réussi à témoigner de leurs inquiétudes.

Comme l’indique Hélène Aurigny, maîtresse de conférences en histoire grecque (Force ouvrière) , dans le reportage de France Bleu Provence de ce matin (7h), la Ministre « vient nous parler d’une loi dont elle dit elle-même qu’elle n’en connaît pas le contenu ». Cela rend ainsi complètement inutiles les éventuelles discussions. Qui plus est, son nouvel élément de langage vise à étouffer complètement les profonds désaccords entre communauté universitaire et Ministre sur la philosophie des réformes en cours, au MESRI ou au Ministère de l’Économie et des Finances ; le nouveau motif invoqué étant que le calendrier retraites vient perturber la réflexion sur la LPPR.

À Marseille, comme dans le reste de la France, l’Université et la recherche restent pleinement mobilisée contre les projets de loi Retraites, Recherce, Pacte de productivité et, le 5 mars, s’arrêtent !

1. Revue de presse radiophonique , à 7h05 min.

https://www.francebleu.fr/emissions/nos-journaux/provence

2. Communiqué FO-ESR, 22 février 2020


Force Ouvrière Enseignement Supérieur et Recherche
Section Départementale des Bouches du Rhône
UD FO des Bouches du Rhône, Vieille Bourse du Travail
13 Rue de l’Académie, Place Léon Jouhaux, 13001 Marseille –
http://snpreesfo13.fr/accueil/
foesr13@gmail.com

Communiqué FO ESR 13
À Marseille, la ministre Vidal ne convainc pas

Venue à l’université d’Aix-Marseille ce vendredi 21 février, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Frédérique Vidal s’est entretenue avec les directeurs d’unité conviés à un échange au Pharo, siège de l’université.

Elle était attendue par un comité d’accueil formé par des collègues qui poursuivent depuis des semaines la lutte contre la réforme des retraites et la LPPR (loi de Programmation pluriannuelle de la recherche). Au moins une soixantaine de personnes était venue dire à nouveau leur opposition à ces projets de loi.

Rappelons qu’à l’université d’Aix-Marseille, plus d’une vingtaine de motions ont été votées pour faire état des inquiétudes, de l’opposition ou de la colère des personnels devant ces réformes injustes.

Les laboratoires Telemme, centre Camille Jullian, IDEMEC (Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative), Laboratoire méditerranéen de sociologie (LAMES, UMR 7305), Laboratoire Population Environnement Développement, l’UMR 7297 TDMAM/CPAF, Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone d’Aix-Marseille Université (LERMA), laboratoire I2M (Maths), Laboratoire de Psychologie Sociale (LPS EA 849) ; le laboratoire d’anthropologie ; l’IMBE. Le Laboratoire d’informatique et systèmes (le LIS) et du Département d’informatique et interactions (DII). Les départements FLE, sciences du langage, sociologie, histoire, anthropologie, LEA, études germaniques, les sciences de l’Antiquité, les Arts, le département d’Études du Monde Anglophone ; le conseil d’UFR ALLSH, l’assemblée générale des personnels de la MMSH… 

Le syndicat FO ESR 13 avait été convié par le président Éric Berton à participer à l’échange avec la ministre. Nous avons posé la question suivante :

« Madame la Ministre, si le projet de loi LPPR n’est pas encore connu, des fuites ont permis quelques premières analyses. Est-ce que vous pouvez confirmer ou infirmer que l’article 2 stipulerait que dans la programmation budgétaire 2021 – 2027, une fraction de l’argent que l’État ne mettra plus en cotisations patronales pour les retraites sera réaffecté en augmentation du budget de l’ANR et en revalorisations indemnitaires (c’est-à-dire en primes plutôt qu’en salaire) ? »

Réponse : la ministre n’a souhaité ni infirmer ni confirmer le contenu du texte.

Nous regrettons que la ministre, venue expliquer les principes de la future loi LPPR, ait raté cette occasion d’apporter des clarifications sur ce point. Cette absence de réponse est symptomatique de l’ambiguïté qui a marqué les échanges entre les DU et la ministre : si l’on invoque les pré-rapports, la ministre répond qu’ils ne l’engagent pas, et si on cherche à critiquer la loi, elle rétorque qu’on ne saurait s’opposer à un texte qui n’existe pas encore.

Les collègues DU et les autres organisations syndicales ne s’en sont toutefois pas laissé conter : ils ont rappelé l’interdépendance entre cette loi et la réforme des retraites, que la ministre a cherché à nier ; ils ont rappelé dans quelles conditions de précarité, d’épuisement, de baisse des financements et des postes, de situations administrative et scientifique absurdes, de découragement de tous les personnels face à l’absence de perspective de carrière ils travaillaient au quotidien.

À cela la ministre a répondu de manière assez provocatrice qu’elle ne comprenait pas pourquoi la communauté universitaire refusait de l’argent ; qu’elle ne remettait pas en cause les statuts, le CNU, les MCF, ni le plafond des 192h ; qu’elle ne faisait qu’apporter des « boites à outils » ; que les postes devaient être décidés en interne dans les établissements en fonction de la masse salariale ; que « l’université était au XXIe siècle ce que les usines étaient au XIXe siècle en terme de développement des territoires » (on redoute que la comparaison ne soit valable pour les droits sociaux). Aux questions précises sur les modes de financement de la recherche, elle a fini par préciser qu’elle ne pouvait rien dire de la LLPR « car les arbitrages budgétaires n’étaient pas encore définis ».

Les réponses évasives, les promesses non chiffrées, les absences de réponse, parfois causées par une méconnaissance du sujet, confirment cependant nos inquiétudes : ce sont des attaques en profondeur contre tous les personnels de l’ESR.

Dans ce contexte, la Coordination nationale des facs et labos des 1er et 2 février 2020 a réuni 750 étudiants et personnels. Elle ouvre une perspective : le 5 mars « L’université et la recherche s’arrêtent ». FO ESR appelle les personnels à poursuivre et amplifier la mobilisation, à répondre à toutes les initiatives contre le projet de réforme des retraites.

FO ESR appelle les personnels à se saisir des propositions de la coordination nationale en organisant partout des AG, qui mettent en discussion ces propositions et qui construisent de manière effective l’arrêt de toutes leurs activités, c’est à dire la grève, à partir du 5 mars.

FO ESR appelle également les personnels à mandater des délégués pour la 2ème coordination nationale les 6 et 7 mars.

Source : communiqué FOESR Vidal, 22 février 20202


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.