Ouverture de la licence d’informatique : bluff de la présidence de Paris-8 ?

Communiqué de la présidence sur la licence 1 Informatique, 19 février 2020

La présidence de l’université Paris 8, en accord avec la direction de l’UFR dont dépend la licence informatique tient à informer que, contrairement à des informations qui peuvent circuler, la licence d’informatique est ouverte, comme on peut le vérifier sur Parcoursup avec une capacité de 90 places, et sera en mesure d’accueillir, comme prévu, les nouveaux bacheliers à la rentrée 2020. Celles et ceux qui feront le choix de cette formation peuvent être assurés que tous les moyens sont mis en œuvre, comme chaque année et comme pour toutes les autres formations, pour garantir l’accueil des étudiants et leur accès à l’ensemble des cours.

Université de Paris-8

La présidence s’avance sur des bases légales assez faibles, puisque seuls les Conseils centraux, notamment le Conseil de la formation et de la vie étudiante (CFVU), peuvent décider de l’ouverture ou non d’une licence. Or, lorsque la lourde décision a été prise le 4 février 2020 par le Collectif des enseignant·es de la licence d’informatique ((instance créée par le conseil de l’UFR MITSIC du 19 novembre 2019 pour s’occuper de la licence informatique, et regroupant l’ensemble des enseignant·es intervenant dans la licence, quelque soit leur statut, y compris les étudiant·es tuteurices.)), le personnel titulaire n’était pas en nombre suffisant pour assurer l’encadrement de 90 étudiant·es et les éventuelles vacations nécessaires pour couvrir la maquette. La présidente déterminant les services, mais ne pouvant imposer d’heures complémentaires, il reste à savoir si la présidente Annick Allaire a bien comptabilisé les heures de service des enseignant·es affecté·es à la licence. Les enseignant·es n’étant pas obligé·es d’accepter des heures complémentaires, qui, payées 23 centimes en dessous du SMIC, pénalise fortement les activités de recherche qui sont non seulement indispensables à l’évaluation de leur carrière mais surtout à leur maintien à niveau comme enseignant·e.

Espérons que l’Université de Paris-8 prendra rapidement conscience des besoins de recrutement pérennes d’enseignants et d’enseignantes-chercheuses compétent·es et ouvrira, dès 2021, des emplois de maîtres·es de conférences et de professeurs des universités, pour suivre les recommandations du CNESER, qui le 5 février 2020, dénonçait « une insuffisance de dotation récurrente de l’État » et insistait sur la nécessité

de poursuivre et d’amplifier l’accompagnement budgétaire pérenne de l’État pour dégeler et ouvrir de nouveaux postes de titulaires (en particulier en L1 pour diminuer les effectifs en TD et aussi à l’IUT de Tremblay ), améliorer les conditions d’étude et de travail et maintenir la qualité de l’enseignement.
Le maintien d’une université de qualité est essentiel pour le département de Seine-Saint-Denis et le CNESER ne saurait accepter sa mise en danger.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.